Pétrole : les tensions en Irak font grimper les cours

Pétrole : les tensions en Irak font grimper les cours

gisement Bagdad

Boursier.com, publié le lundi 16 octobre 2017 à 21h05

Les cours du pétrole, qui avaient regagné la semaine dernière 4,5%, ont poursuivi leur progression lundi à la faveur de tensions militaires au Kurdistan irakien, dans la région de Kirkouk, l'une des principales zones pétrolières du pays. La production pétrolière irakienne est perturbée par ces opérations militaires, entraînant une hausse des cours mondiaux de l'or noir.

Lundi soir, le contrat à terme de novembre sur le pétrole brut léger américain (WTI) gagnait 0,8% à 51,87$ le baril sur le Nymex , tandis que le Brent de la Mer du Nord progressait de 1% à 57,79$.

Au Kurdistan irakien, les forces de Bagdad ont entrepris de reprendre le contrôle de la région de Kirkouk, d'où elles avaient été chassées il y a trois ans au profit des combattants kurdes (peshmergas). Les forces gouvernementales ont pris lundi la principale base militaire de la province pétrolière, et dans la soirée, elles ont affirmé avoir également pris contrôle du siège du gouvernorat de Kirkouk.

Les deux principaux champs pétroliers de Kirkouk à l'arrêt

Concernant les installation pétrolières, un haut responsable du ministère du Pétrole a indiqué que le pompage a cessé lundi après-midi dans les deux principaux champs pétroliers de Kirkouk. "Les techniciens kurdes ont arrêté les opérations de pompage des puits de Bay Hassan et Havana et ont quitté les puits avant l'arrivée des forces irakiennes", a affirmé ce responsable.

La région de Kirkouk compte six champs pétroliers, qui fournissent 340.000 des 550.000 barils par jour (b/j) qu'exporte en moyenne le Kurdistan irakien. Ce pétrole est exporté via un oléoduc de 1.000 kilomètres de long reliant Kirkouk à Ceyhan en Turquie.

Les analystes pétroliers voient désormais un risque très élevé que ce pipeline soit fermé à court terme en raison des opérations militaires en cours. La Turquie, fermement opposée à toute idée de création d'un Etat kurde, a elle aussi menacé récemment de fermer les vannes de son côté de la frontière.

Les opérations militaires ont éclaté dimanche, deux semaines après un référendum sur l'indépendance du Kurdistan irakien, le 25 septembre dernier, qui a remporté un large succès auprès de la population. 93% des électeurs se sont ainsi prononcés en faveur de l'indépendance du Kurdistan irakien. Les autorités locales ont refusé les demandes de Bagdad d'invalider ce scrutin, que le gouvernement irakien considère comme illégal.

 
1 commentaire - Pétrole : les tensions en Irak font grimper les cours
  • avatar
    Mafiosi -

    Très bien , bravo !
    Tapez vous entre vous de telle manière que les cours montent à 70 $ le baril .
    Merci par avance les gars !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]