Point trop n'en faut sur Carrefour, juge Bernstein

Point trop n'en faut sur Carrefour, juge Bernstein

Carrefour enseigne

Boursier.com, publié le mardi 08 novembre 2016 à 10h08

Carrefour s'est comporté comme le prévoyait Sanford Bernstein sur la période récente, ce qui pousse le bureau d'études à abaisser de "surperformance" à "performance de marché" sa recommandation, toujours assortie d'un objectif à 25,50 euros. Le titre du distributeur français a en effet progressé de 9% depuis le début du mois d'août, et de 10,6% par rapport à l'indice MSCI. Il est donc temps de faire une pause, estime l'analyste Bruno Monteyne, dont le scénario s'est vérifié : le 3ème trimestre n'a pas été aussi faible que le marché le craignait et les marges ont tenu bon. De surcroît, les investisseurs ont désormais bien intégré que le free cash-flow va bénéficier d'un levier important grâce aux réductions des CAPEX (dépenses d'investissement) chez Dia en 2017.

Des doutes persistent

Certains éléments empêchent pourtant le bureau d'études de maintenir un biais positif. D'abord, il estime que le management n'a pas l'air de vouloir réduire de façon importante ses dépenses d'investissement, ce qui limitera le potentiel d'amélioration du cash-flow libre au-delà de 2017 une fois l'effet Dia passé. En outre, Carrefour continue à investir dans ses hypermarchés et la méthode de croissance choisie, par acquisition, semble coûteuse. À cela s'ajoutent les doutes que nourrit l'analyste sur l'offre Internet, même si les ventes omni-canal reviennent régulièrement dans la discussion. Enfin, la situation en Chine continue à peser sur l'activité. "Il existe plusieurs catalyseurs positifs potentiels dans un futur proche, comme les introductions en bourse de Carmila et du Brésil, mais nous ne pensons pas que le levier que cela créera suffira à compenser le risque induit par la stratégie de CAPEX élevés du groupe", conclut Monteyne.

Bernstein est classé au 3ème rang pour la justesse de ses recommandations sur Carrefour depuis un an sur une trentaine d'analystes. Actuellement, le dossier bénéficie d'un courant porteur avec 64% d'avis positifs et un objectif moyen tout proche des 28 euros.

 
0 commentaire - Point trop n'en faut sur Carrefour, juge Bernstein
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]