Renault: l'Etat ne réduira pas sa part avant février

Renault: l'Etat ne réduira pas sa part avant février

Renault Gamme Mégane 2013

Boursier.com, publié le vendredi 08 janvier 2016 à 21h01

Encore un peu de patience... La promesse de l'Etat de revendre les 4,7% du capital de Renault acquis au printemps dernier, ne pourra pas être tenue avant la mi-février au plus tôt... En effet, comme le souligne un article publié vendredi par 'lesechos.fr', l'Agence des participations de l'Etat (APE), qui gère les participations de l'Etat, ne peut plus agir sur les marchés dans les prochaines semaines, car il lui est interdit de céder des parts de Renault d'ici au 12 février, date prévue de la publication des résultats annuels du groupe.

En tant qu'actionnaire représenté au conseil d'administration de Renault (avec près de 20% des titres), l'Etat pourrait être accusé de délit d'initié s'il cédait des titres pendant les semaines précédant cette publication.

Les analystes pensaient que l'APE agirait vers la fin de l'année 2015, profitant d'une remontée de l'action Renault à son niveau du printemps, mais les turbulences boursières depuis le Nouvel An l'en ont finalement empêché.

L'Etat veut éviter d'encaisser des moins-values

Le 7 avril 2015, l'Etat avait porté de façon temporaire sa participation de 15,01% à 19,74% du capital de Renault afin de forcer le constructeur automobile à respecter la loi Florange sur les droits de vote double. Bercy avait acheté 14 millions d'actions Renault (4,7%) pour plus de 1 milliard d'euros.

Jusqu'à Noël, ces titres pouvaient être revendus à Deutsche Bank à 90% du prix d'achat initial. Mais en raison des turbulences boursières, et pour éviter les moins-values, l'APE a choisi de ne pas exercer ses options et de conserver les actions acquises au printemps, selon 'lesechos.fr'. Au départ, Bercy avait expliqué que les 5% en question seraient revendus "dès après l'assemblée générale" du 30 avril 2015.
Jusqu'à présent, seule une partie de ces options a commencé à être dénouée, a indiqué Bercy début octobre.

Le renforcement de l'Etat dans le capital de Renault a déclenché une crise avec l'autre grand actionnaire du constructeur, son allié japonais Nissan, qui a dénoncé un déséquilibrage de l'Alliance conclue en 1999. A l'issue d'un bras de fer de plusieurs mois, les parties sont parvenus à un compromis à la mi-décembre, plafonnant les droits de vote de l'Etat à 17,9% ou à 20% selon les situations.

 
3 commentaires - Renault: l'Etat ne réduira pas sa part avant février
  • avatar
    titi02800 -

    merci à Renault , j 'ai une laguna et une petite pièce a cassé au niveau du câble d 'embrayage cette pièce ne se fait plus , au lieu de débourser une dizaine d 'euros , je doit racheter une voiture , merci bande de voleur , je vais acheter étranger .... adieu

  • avatar
    mesange15 -

    L'action a pris plus de 50 % depuis 2014

  • avatar
    grand81 -

    comment peu t on encaisser des moins values et le pire j'achète et je sais que je vendrais à perte, vraiment trés forts ces socialistes

    avatar
    boz73 -

    Il m'étonnerait que l'état fasse des pertes, parce que si vous aviez fait le calcul il a payé près de 72 euro l'action, hors a ce jour elle est a plus de 85 euros, et encore parce qu'elle a chutée suite à la baisse des bourses Chinoises, avant c'était 93 euros, donc même si le cours ne remonte pas a son niveau de décembre il y aura une belle plus value, donc une opération rentable, donc oui très fort ces socialistes dont la finance était l'ennemie.
    Il va falloir que vous lisiez bien le texte, faire une division pour connaitre la valeur d'chat et prendre aussi quelques cours d'économie.
    Par contre il serait bon pour un particulier de revendre avant la vente massive de l'état qui aura un impact à la baisse où bien attendre que le cours remonte après cette vente.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]