Renault, rattrapé par le Dieselgat, dément toute manipulation

Renault, rattrapé par le Dieselgat, dément toute manipulation

Renault Captur teaser

Boursier.com, publié le mercredi 15 mars 2017 à 08h35

Renault prend-il le même chemin que Volkswagen? Objet depuis le mois de janvier d'une information judiciaire du Parquet de Paris concernant une éventuelle tromperie sur les émissions polluantes de ses véhicules diesel, le constructeur au losange apparaît de plus en plus menacé dans cette affaire. Selon 'Libération', qui cite un document de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) transmis au parquet, "Renault SAS a trompé les consommateurs sur les contrôles effectués et notamment le contrôle réglementaire de l'homologation sur les émissions de polluants (...)...La société a utilisé une stratégie ayant pour objectif de fausser les résultats des tests antipollution".

Près de 900.000 véhicules concernés?

Toujours selon ce procès-verbal de 39 pages cité par le quotidien, les écarts importants entre les performances de certains moteurs Renault au moment de leur homologation en laboratoire et leur utilisation en conditions réelles "permettent de soupçonner l'installation d'un dispositif frauduleux qui modifie spécifiquement le fonctionnement du moteur pour en réduire les émissions de NOx (Oxydes d'azote) dans des conditions spécifiques du test d'homologation". D'après le calcul effectué par Bercy, près de 900.000 véhicules auraient pu être commercialisés grâce à ces homologations, ce qui représente 16,8 milliards de chiffre d'affaires.

Renault dément toute tricherie

Après l'éclatement de l'affaire de trucage des émissions de véhicules Volkswagen, à l'automne 2015, le gouvernement français a confié une enquête à la DGCCRF pour faire la lumière sur les émissions en conditions réelles de conduite de toutes les marques commercialisées en France. Renault a toujours répondu qu'il n'avait pas embarqué de logiciel de trucage, que ses véhicules respectaient les conditions d'homologation et que les dépassements observés en condition réelle s'expliquaient par le choix d'une plage de température restreinte pour le fonctionnement optimal de son système de dépollution au nom de la performance et de la fiabilité de ses moteurs.

Face aux révélations de Libération, le groupe a d'ailleurs répondu au journal: "Renault rappelle qu'aucun de ses services en charge des tests ou de la commercialisation n'a enfreint les règles techniques et juridiques complexes, européennes ou nationales, relatives à l'homologation des véhicules". C'est désormais la Justice que le groupe de Boulogne va devoir convaincre.

 
1 commentaire - Renault, rattrapé par le Dieselgat, dément toute manipulation
  • avatar
    Sauvageon -

    Le jour où nous prendrons conscience que nôtre monde est dirigé par des gens sans scrupule, n'ayant pour seul ambition que de voir grossir leur fortune personnelle, sera un grand pas vers l'éveil des consciences.
    Il n'y a qu'à se rappeler toutes les affaires qui ont eu pour base l'amour immodérée du fric, façon laboratoire Servier ; viande de cheval remplaçant celle de bœuf ; sang contaminé ; farines animales etc... affaires se traitant toujours au détriment des consommateurs et citoyens contribuables.

    En attendant, des affaires comme celle-ci ne sont pas prêt de disparaître.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]