Soitec, le marché joue des annonces

Soitec, le marché joue des annonces©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 20 janvier 2016 à 14h49

Le titre Soitec habituellement très corrélé aux baisses et aux hausses du marché, évolue à contre-courant aujourd'hui, à quelques heures de la publication de son chiffre d'affaires du 3ème trimestre 2015/2016. L'action gagne 9,1% à 0,59 euro, alors que le CAC40 chute dans le même temps de 3%. La publication sera-t-elle l'occasion pour le groupe d'annoncer une opération de refinancement majeure, rendue nécessaire par l'arrivée à maturité de lourdes échéances de dette ? C'est possible, car le temps joue contre l'entreprise iséroise. Le management n'avait pas caché que des financements complémentaires seront nécessaires "dès le premier trimestre de l'exercice fiscal 2016-2017", c'est-à-dire dans quelques semaines (l'exercice démarre le 1er avril). Or Soitec doit rembourser 42,9 millions d'euros de financements à Shin Etsu Handotai, Bpifrance Participations et CEA Investissements au mois de mai, et doit financer son fonds de roulement et ses investissements. Ces dernières semaines, la direction, sans en faire de mystère, négociait le refinancement de la dette et planchait sur une recapitalisation.

Une division solaire fortement réduite, mais pas encore défunte

Le visage du groupe recentré sur son coeur de métier est un peu plus séduisant, même si la montée en puissance du FD-SOI n'a rien d'un raz-de-marée. De la division solaire, il ne subsiste plus grand-chose, après que Soitec ait échoué à trouver un repreneur. L'activité a été stoppée et le foncier du site de San Diego aux Etats-Unis a été cédé, ainsi que deux parcs en Europe. Les équipements de San Diego et de Freibourg (en Allemagne) ont été vendus aux enchères. La liste comprenait 473 objets en Allemagne et 325 aux Etats-Unis. Les enchères ont pris fin le 14 janvier dernier. Il reste quatre machines à écouler à San Diego, selon la firme spécialisée Maynards, en charge de la vente, avec une date butoir au 15 février. Le produit de ces ventes n'est pas connu.

Pour autant, Soitec n'est pas totalement sorti du solaire. La société reste exposée à certains risques de cette activité, et conserve quelques obligations contractuelles, qui sont des engagements hors bilan. "Ces garanties peuvent aller jusqu'à cinq ans sur les matériels en cas de défaut et jusqu'à vingt-cinq ans sur la performance de production d'énergie", peut-on lire dans le document de référence, ce qui oblige Soitec à "maintenir une organisation légère en charge de leur suivi et de leur gestion", dont le coût a été provisionné jusqu'à la fin de l'année 2017 à ce stade. Enfin, les actifs liés à la centrale solaire de Touwsrivier en Afrique du Sud ont été réintégrés dans les activités poursuivies, alors qu'ils figuraient en actifs disponibles à la vente auparavant. Cela s'explique par "l'incertitude relative au délai de réalisation de leur cession", indique le même rapport. Le périmètre porte sur la société CPV Power Plant no1 (détenue à 20%), des créances financières et un dépôt de garantie.

 
0 commentaire - Soitec, le marché joue des annonces
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]