Taux : le Brexit envoie les taux US au plus bas historique !

Taux : le Brexit envoie les taux US au plus bas historique !©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 01 juillet 2016 à 21h37

La chute des taux d'intérêts souverains vers leurs plus bas niveaux historiques s'est accélérée depuis le Brexit, qui fait craindre un ralentissement de l'économie mondiale. Conséquence prévisible : les banques centrales mondiales devraient adopter prochainement des politiques monétaires encore plus accommodantes, selon les analystes financiers.

Vendredi, les Etats-Unis ont rejoint le club des pays affichant des taux records à la baisse : le rendement de l'emprunt d'Etat américain (T-Bond) à 10 ans, est ainsi tombé en séance à 1,3784%, et celui du T-Bond à 30 ans a atteint 2,1873%, le plus bas jamais enregistré pour ces deux échéances.

Le Brexit pourrait signer la fin des hausses des taux de la Fed cette année

Selon les gestionnaires de certains fonds d'investissement, cette tendance pourrait se poursuivre pendant des années en raison des effets négatifs à long terme de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Les fonds BlackRock, Guggenheim Partners et Vanguard Group, notamment, estiment que les taux américains (qui restent comparativement plus élevés que ceux de la plupart des autres pays développés) pourraient encore reculer dans les prochains mois.

Mohamed El-Erian, conseiller économique du groupe financier allemand Allianz a estimé, dans un entretien avec 'Bloomberg Television', que le taux des T-Bonds à 10 ans pourrait tomber jusqu'à 1,25%, si les banques centrales poursuivent leur activisme et que l'économie européenne ralentit.

12.000 milliards de dollars d'obligations à taux négatifs

En Europe, les taux des emprunts d'Etat à 10 ans sont aussi tombés vendredi à leur plus bas historique dans de nombreux pays, dont la France (0,16%), le Royaume-Uni (0,86%), l'Allemagne (-0,13%) et la Suisse (-0,58%). Au Japon aussi, le taux du JGB à 10 ans est tombé vendredi à son plus bas, à -0,25%.

Le stock d'obligations dont les taux sont devenus négatifs ne cesse de gonfler dans le monde, et a franchi ces derniers jours le seuil des 12.000 milliards de dollars. En clair, les investisseurs qui achètent des obligations malgré un rendement négatif parient uniquement sur la poursuite de la hausse des cours, elle-même alimentée par les politiques des banques centrales et l'aversion des investisseurs pour des placements jugés plus risqués comme les actions.

Le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, a indiqué jeudi que l'institution se tenait prête à mener des assouplissements supplémentaires dès cet été, en réaction à un ralentissement prévisible de l'économie britannique dans le sillage du Brexit... De son côté, le FMI a estimé jeudi que la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne constituait désormais le "principal risque" qui pèse sur l'économie mondiale, appelant les gouvernement européens à entreprendre des actions "décisives".

Aux Etats-Unis, où la Réserve fédérale a entamé un cycle de hausse des taux directeurs en décembre 2015, de nombreux analystes estiment qu'en raison des incertitudes créées par le Brexit, la Fed ne pourra pas poursuivre sa politique de normalisation des taux avant 2017... Certains n'excluent pas que la Fed soit même obligée d'abaisser à nouveau ses taux, après les avoir portés entre 0,25% et 0,50% en décembre dernier (+1/4 de point).

"Une supernova qui explosera un jour"

A plus long terme, la baisse des taux et l'accumulation des titres à rendement négatif rendent les marchés obligataires très vulnérables à la moindre hausse des taux... En juin, un des meilleurs spécialistes mondiaux des marchés obligataires, Bill Gross, a tiré la sonnette d'alarme sur la formation d'une bulle spéculative obligataire.

Le fondateur du célèbre fond obligataire Pimco, désormais patron du fonds Janus Capital, a souligné avec inquiétude que les taux d'intérêts mondiaux étaient tombés "au plus bas depuis 500 ans d'historique connu"... Dans un tweet, M. Gross avait comparé le marché obligataire mondial à une "supernova qui explosera un jour", causant de gros dégâts lorsque les taux se mettront à remonter...

 
0 commentaire - Taux : le Brexit envoie les taux US au plus bas historique !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]