Ubisoft cherche des appuis dans la Belle Province

Ubisoft cherche des appuis dans la Belle Province

Ubisoft Yves Guillemot directeur général

Boursier.com, publié le vendredi 26 février 2016 à 07h09

Ubisoft se tourne vers le Canada pour assurer sa défense face à l'appétit de Vivendi, qui est monté à 15% de son capital de façon "non-sollicitée", selon la formule employée dans la finance pour désigner une intrusion sans concertation. Logique, quand on connaît l'importance du pays pour l'éditeur de jeux vidéo : le tiers des effectifs totaux d'Ubi travaille à Montréal ou à Québec. En ajoutant les implantations de Toronto et Halifax, ce sont plus de 3.000 salariés qui évoluent dans le pays.

Rencontres avec des investisseurs canadiens

Le groupe a confirmé au journal canadien 'Globe & Mail' qu'il a organisé cette semaine des rencontres avec une douzaine d'investisseurs locaux à Montréal et Toronto. "Nous voulons accroître le nombre d'actionnaires canadiens dans Ubisoft pour avoir un meilleur contrôle sur le capital", a même expliqué au quotidien Yves Guillemot, qui pense que solliciter des investisseurs de long terme constitue une bonne défense. Le dirigeant serait même intéressé par un investissement du gouvernement québécois, ou par toute manifestation de soutien de la part d'Ottawa.

Le 'Globe' nous apprend également que BlackRock et Fidelity, qui possèdent ensemble 15% la société, sont du côté du management, de l'aveu même de la famille Guillemot qui détient pour sa part 9% du capital et 15% des droits de vote. Yves Guillemot chercherait à fédérer 50% du tour de table pour aborder sereinement la prochaine assemblée générale annuelle, qui aura lieu en septembre.

 
0 commentaire - Ubisoft cherche des appuis dans la Belle Province
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]