Vivendi : comptes publiés

Vivendi : comptes publiés©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 18 février 2016 à 18h19

Le Conseil de surveillance de Vivendi, réuni ce jour sous la présidence de Vincent Bolloré, a examiné les comptes consolidés du Groupe pour l'année 2015, arrêtés par le Directoire le 10 février 2016. Dans un contexte de transition économique de ses métiers, le Groupe a réalisé des résultats 2015 conformes aux perspectives annoncées et, hormis les chaînes Canal+ en France, l'année a été marquée par les bonnes performances opérationnelles de tous les métiers. Le chiffre d'affaires a progressé de 6,7% (+1,4% à taux de change et périmètre constants) par rapport à l'année 2014 à 10.762 millions d'euros, le taux de marge opérationnelle courante s'est établi à 10,2% (à taux de change et périmètre constants) et le résultat net ajusté a augmenté de 11,3% à 697 millions d'euros.

Le résultat net part du groupe a reculé de 59,3% à 1.932 millions d'euros en raison d'un effet de base défavorable lié aux importantes plus-values de cessions d'actifs réalisées en 2014 par rapport à 2015.

Accélération de l'expansion internationale

Vivendi a poursuivi le développement de ses activités à l'international. Celles-ci représentent désormais près de 60% du chiffre d'affaires. Le Groupe est le leader mondial de la musique enregistrée avec une part de marché globale de 34% en 2014. Des possibilités de développement dans de nouveaux marchés s'offrent à Universal Music Group, grâce au lancement de nouvelles offres par des acteurs mondiaux, régionaux et nationaux ainsi qu'à des nouveaux entrants dans la musique digitale.

Les activités de télévision payante comptent 11,2 millions d'abonnés individuels, dont 5,5 millions hors de France métropolitaine. En particulier, Groupe Canal+ dépasse dorénavant les 2 millions d'abonnés individuels dans plus de 30 pays d'Afrique où, après avoir lancé la chaîne africaine A+ en octobre 2014, il a poursuivi l'enrichissement de son offre avec notamment 25 chaînes supplémentaires en 2015.

Les activités de production et de distribution cinématographiques et audiovisuelles sont notamment portées par Studiocanal, premier studio européen qui a continué à étendre son empreinte géographique avec des accords au Royaume-Uni et dans les pays scandinaves en 2015, ainsi qu'avec le renforcement de sa présence sur le marché nord américain.

Par ailleurs, avec l'acquisition de Dailymotion, l'une des plus grandes plateformes vidéo au monde (3,5 milliards de vidéos visionnées chaque mois), Vivendi a complété ses capacités de distribution numérique et ainsi accéléré son développement international.

Au cours des derniers mois, Vivendi a également confirmé sa volonté d'investir en Europe du Sud, marché qui partage une culture et des racines latines identiques aux siennes. Au 31 décembre 2015, il détenait 21,39% des actions ordinaires de Telecom Italia et 0,95% de Telefonica. Actionnaire de long terme, le Groupe a proposé avec succès en décembre 2015 la présence de quatre membres au conseil d'administration de l'opérateur de télécoms italien, dont trois représentants de Vivendi et un membre indépendant.

L'investissement dans Telecom Italia constitue une opportunité pour le Groupe d'être présent et de se développer sur un marché dont les perspectives de croissance sont significatives et dont l'appétence pour les contenus de qualité est très forte. Dans le cadre de sa politique d'investissement dans des contenus latins, Vivendi explore par ailleurs des opportunités d'investissement dans plusieurs sociétés de production en Europe du Sud.

Développement de la production propre de contenus

Le développement de la production propre de contenus, qui réduit la dépendance de Vivendi vis-à-vis de tiers, passe par un investissement permanent dans les artistes et les talents ainsi que par une multiplication des projets de productions originales et des prises de participation dans des sociétés de production. Vivendi s'appuie ainsi sur ses moyens de production propres : Canal+ (Création originale), Studiocanal (cinéma et séries), les sociétés Flab Prod, Studio+ et Can't Stop acquises au premier semestre 2015 (émissions de flux), Studio Bagel (contenus courts pour Internet) ainsi que les labels d'Universal Music Group.
Vivendi entre à hauteur de 26,2% au capital de Banijay Zodiak, un des plus grands producteurs et distributeurs indépendants de programmes télévisuels au monde résultant du rapprochement entre Groupe Banijay et Zodiak Media. L'opération doit être finalisée très prochainement. Le Groupe a également pris une participation de 30% dans Mars Films, un des leaders français de la production et distribution de films de cinéma.

Nécessité d'arrêter les pertes des chaînes Canal+ en France

Les six chaînes Canal+ perdent de l'argent en France depuis 4 ans. Avec une forte érosion de leur base d'abonnés depuis 2012, elles enregistrent une perte opérationnelle ajustée de 264 millions d'euros en 2015, soit 76 millions d'euros de plus qu'en 2014. L'arrivée de nouveaux entrants nationaux et internationaux dans le sport et la fiction a fait s'envoler les prix des droits de diffusion des contenus et a multiplié les offres concurrentes, ce qui a augmenté l'importance des pertes.

Cette situation menace l'ensemble du Groupe Canal+ qui emploie 8.200 personnes et est un acteur majeur dans le financement et le développement du cinéma français (accords avec le cinéma français renouvelés au printemps 2015) et international où il investit au total près de 800 millions d'euros par an.
La nouvelle équipe managériale mise en place cet été a pour priorité la mise en oeuvre d'un plan de transformation majeur permettant de revenir à l'équilibre. Ce plan doit restaurer la perception de la valeur de l'offre pour l'abonné en augmentant les investissements dans des productions originales et des contenus premium, ainsi qu'en améliorant de manière significative l'expérience-utilisateur dans le cadre d'une gestion rigoureuse des coûts indispensable.

Le Conseil de surveillance a jugé ce jour que Vivendi n'avait pas les moyens de supporter indéfiniment les pertes des chaînes Canal+ en France. Au cours des deux derniers exercices, le Groupe a déjà investi 1,5 milliard d'euros dans Canal+ en France (rachat de la participation de 20 % de Lagardère dans Canal+France en octobre 2013 et offre publique d'achat sur SECP en mai 2015) et les investissements à moyenne échéance restent conséquents, tant dans les contenus que dans la technologie.

Discussions entre Groupe Canal+ et beIN Sports

C'est dans ce contexte que Groupe Canal+ et beIN Sports ont entamé des discussions. Le Conseil de surveillance de ce jour a autorisé le Directoire à conclure un accord de distribution exclusive de beIN Sports. Cet accord permettrait à BeIN Sports de bénéficier de la force de la distribution de Canal+ et à l'ensemble des clients des deux sociétés de disposer d'une offre complète.
Par ailleurs, dans les jeux videos, le groupe annonce un projet d'offre sur le capital de Gameloft.

Perspectives

Le Conseil de surveillance a pris connaissance des perspectives présentées par le Directoire. Pour Universal Music Group, Vivendi continue d'anticiper une dynamique positive du secteur, grâce à la poursuite de la croissance du streaming et de l'abonnement atténuée par le déclin du téléchargement et des ventes physiques, conduisant à une croissance modérée des résultats cette année et à une amélioration des résultats à partir de 2017 et des années suivantes.

Pour Groupe Canal+, Vivendi entend arrêter les pertes des chaînes Canal+ en France, qui pourraient conduire à une baisse significative des résultats opérationnels en 2016, en mettant en oeuvre un plan de transformation avec pour objectif, pour les chaînes Canal+ en France, l'équilibre en 2018 et un niveau de rentabilité comparable à celui des meilleurs acteurs européens du secteur à moyen terme.

Situation de trésorerie

La trésorerie nette de Vivendi s'établissait à 6,4 milliards d'euros au 31 décembre 2015 contre 8 milliards d'euros au 30 septembre 2015.

Il sera proposé à l'Assemblée générale des actionnaires du 21 avril 2016 le versement au titre de 2015 d'un dividende ordinaire de 3 euros par action représentant un montant total distribué aux actionnaires de 4 milliards d'euros et correspondant à hauteur de 20 centimes à la performance du Groupe et à hauteur de 2,80 euros au retour aux actionnaires. Deux acomptes de 1 euro chacun ont été versés les 29 juin 2015 et 3 février 2016, et le solde sera mis en paiement le 28 avril 2016 (détachement le 26 avril 2016). Outre ces distributions, le Groupe a également procédé à des rachats d'actions à hauteur de 1.386 millions d'euros (73 millions d'actions) au 17 février 2016 dans le cadre du programme voté à l'Assemblée générale du 17 avril 2015.

Vivendi s'est engagé à restituer aux actionnaires un montant supplémentaire de 1,3 milliard d'euros au plus tard à la mi 2017. Celui-ci devrait prendre la forme d'un dividende ordinaire de 1 euro par action ou d'un rachat d'actions en fonction du contexte économique général.

Nominations

Le Conseil de surveillance de Vivendi a également proposé de soumettre à l'Assemblée générale du 21 avril la ratification de la cooptation de Catherine Lawson-Hall et le renouvellement de Philippe Donnet comme membres du Conseil de surveillance.

 
0 commentaire - Vivendi : comptes publiés
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]