Clôture Paris : ça commence mal...

Clôture Paris : ça commence mal...©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 01 octobre 2015 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40, qui avait bien commencé la séance dans le sillage des places asiatiques, a repiqué du nez en début d'après-midi avec Wall Street, pour clôturer dans le rouge, en baisse de 0,65% à 4.427 pts. Les investisseurs préfèrent rester prudents après les nouvelles données sans relief en provenance de Chine. L'indice parisien débute donc le quatrième trimestre sur une note négative après sa chute de 7% sur l'ensemble du troisième trimestre... De son côté, Wall Street s'affiche dans le rouge actuellement, après quelques indicateurs économiques contrastés, en attendant les chiffres de l'emploi de septembre demain et la saison des résultats trimestriels qui débutera la semaine prochaine (Alcoa publiera jeudi 8 octobre).

Depuis le début de l'année, le CAC40 gagne désormais un peu moins de 4%.

ECO ET DEVISES

L'indice ISM manufacturier américain ressort à 50,2 en septembre, contre 50,5 de consensus et 51,1 au mois précédent. Supérieur à 50, l'indice indique toujours une expansion de l'activité mais à un rythme inférieur.

Selon le rapport du jour, les dépenses de construction aux Etats-Unis pour le mois d'août 2015 se sont établies en hausse de +0,7% par rapport au mois antérieur, contre +0,6% de consensus et +0,4% pour la lecture révisée du mois de juillet (contre +0,7% en première lecture). Les dépenses de construction du mois d'août ont progressé de 13,7% en glissement annuel.

L'indice PMI manufacturier américain de Markit pour le mois de septembre 2015 est ressorti à 53,1, conforme au consensus des économistes de la place, après une lecture 'flash' (préliminaire) de 53 plus tôt ce mois.

Le Département US au Travail vient d'annoncer que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, ont progressé de 10.000 sur la semaine antérieure à 277.000. Un chiffre moins bon qu'attendu puisque le consensus tablait sur 272.000 demandes.

La croissance se poursuit dans le secteur manufacturier de la zone euro à la fin du 3ème trimestre 2015, la production et les nouvelles commandes affichant de légères progressions en septembre. L'Indice PMI final pour l'Industrie Manufacturière se replie néanmoins de 52,3 en août à 52 en septembre sur un plus bas de cinq mois. Un niveau en ligne avec les attentes.

L'Indice PMI manufacturier se redresse de 48,3 en août à 50,6, indiquant une croissance marginale du secteur manufacturier français, après 2 mois consécutifs de contraction en juillet et en août. Le consensus tablait sur un indice à 50,4.

Nouveaux signes de ralentissement en Chine. Les trois indicateurs PMI dévoilés ce matin sont ressortis en repli en septembre, l'indice PMI manufacturier Caixin/Markit tombant même à son plus bas niveau depuis six ans et demi, à 47,2 après 47,3 en août. Signe du ralentissement, la composante des nouvelles commandes à l'export a reculé à un rythme supérieur encore, tombant à 44,6 après 46,6 le mois précédent. La croissance dans les services est pour sa part tombée en septembre à un plus bas niveau de 14 mois, l'indice PMI Caixin/Markit revenant à 50,5, un niveau sans précédent depuis juillet 2014. Enfin, l'indice PMI manufacturier "officiel" du gouvernement s'est établi à 49,8 contre 49,7 le mois précédent. Si le chiffre progresse très légèrement par rapport à celui d'août, il reste en deçà du seuil de 50 qui témoigne d'une contraction de l'activité...

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1194$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 45,7$ et le Brent s'affiche à 48,6$.

VALEURS EN HAUSSE

* Groupe FNAC remonte de 9,8% après trois séances consécutives de baisse et un recul de 3,6% hier après son offre sur Darty.

* Technip (+2,9%) après avoir remporté un contrat auprès d'ENI. Vallourec gagne aussi 5,3%.

* Trigano (+2,3%), inscrivant par la même occasion un nouveau sommet depuis 2008. L'action profite toujours des échos favorables du Salon du camping-car au Bourget qui se déroule jusqu'au 6 octobre, un enjeu commercial important pour le groupe... La Société Générale qui est à l'achat, vise désormais un cours de 52 euros sur le dossier.

* Safran monte de 1,5% et passe au-dessus de 68 Euros.

* Renault (+1,3%) alors que les immatriculations de voitures neuves en France sont restées très vigoureuses en septembre, avec une hausse de 9,1%. Les immatriculations ont été particulièrement dynamiques pour les marques étrangères, avec une hausse moyenne de 15,1%. Dans le détail, Fiat a vu des ventes grimper de 14,6%, Ford de 20%, Nissan de 19,3%, Toyota de 20,9%, Mercedes de 11,1%, BMW de 17,7%, GM de 2,3% et Hyundai de 15,2%.Du côté des constructeurs français, PSA Peugeot Citroën a progressé de 3,9%, avec une hausse marquée pour les véhicules de la marque Peugeot (+7%), tandis que Citroën (-0,6%) et DS (-1,3%) reculent. Le groupe Renault avance de 5,8%, avec une augmentation de 5,3% pour Renault et de 9,3% pour Dacia. Valeo monte également de 1,6%.

* Zodiac Aerospace (+1%). A l'image du marché, l'équipementier aéronautique aligne une deuxième séance de nette hausse avec un titre en progression de près de 6% à 21,7 euros en fin de matinée à Paris. Il faut dire que la valeur est tombée sur un plus bas de deux ans en début de semaine, victime d'une nouvelle illustration des tensions qui règnent au sein de sa division siège, avec la décision d'American Airlines d'annuler toutes ses commandes pour les sièges haut de gamme équipant ses B777 et B787, en raison des retards accumulés par l'équipementier dans ses livraisons...

* Pernod Ricard (+0,4%). Le titre du groupe de spiritueux est dopé par une note de Goldman Sachs qui est passé à l'"achat" sur le dossier en ciblant un cours de 98 euros.

VALEURS EN BAISSE

* Neopost chute encore de 13,3% après son plongeon hier de plus de 15%... En marge de comptes semestriels plutôt décevants, le management a annoncé une forte réduction du dividende pour l'année en cours et les deux ou trois suivantes, afin de disposer de davantage de fonds pour investir dans la transition économique en cours, à cause de la disparition progressive de la rente postale. Côté brokers, la Société Générale est toujours à l'achat sur la valeur, mais ne vise plus qu'un cours de 30 euros.

* Altice plonge de 10,4% en fin de séance à Amsterdam, alors que le groupe a annoncé avoir levé 1,61 milliard d'euros dans le cadre de son augmentation de capital destinée à financer une partie du rachat de Cablevision. La maison mère de Numericable-SFR a placé 69.997.600 actions A et 24.825.602 actions B à un prix de 17 euros pièce. Le groupe a indiqué ce matin qu'il espérait lever 1,8 MdE...

* Theradiag (-10,2%), plombée par l'annonce d'un creusement de ses pertes au premier semestre. Du fait des investissements soutenant le déploiement de l'activité théranostique, les coûts d'exploitation et les dépenses de R&D du spécialiste des kits de diagnostics in-vitro se sont inscrit en hausse sur la période, dégradant le résultat net à -2 ME au 30 juin 2015, contre -1,43 ME dégagés sur les six premiers mois de 2014.

* Air France KLM (-3,9%) après l'échec des négociations entre les pilotes et la direction. Autant dire que les prochains jours risquent d'être agités au sein de la compagnie. "Air France regrette l'échec des négociations autour de Perform 2020 avec les syndicats représentatifs de ses pilotes. Les nombreuses heures de discussion et de négociation, suivies de près par le Président-directeur général d'Air France, n'ont pas pu aboutir, dans des délais raisonnables, à un accord permettant d'assurer la croissance et la compétitivité de la Compagnie", indique AF.

* ArcelorMittal perd 3,8% pour sa deuxième séance consécutive de baisse après son rebond de 1,7% mardi dernier...

* Engie chute de 3,4%. L'arrêt prolongé de deux mois supplémentaires des réacteurs nucléaires belges de Doel 3 et Tihange 2 d'Electrabel va peser sur la rentabilité d'Engie. L'impact du non fonctionnement des deux centrales sur le résultat net récurrent part du Groupe est en effet estimé à environ 40 millions d'euros par mois en moyenne. Le Groupe ajuste en conséquence pour 2015 sa fourchette de résultat net récurrent part du Groupe de 0,1 milliard d'euros, correspondant aux deux mois d'hiver supplémentaires de non fonctionnement, avec une fourchette désormais comprise entre 2,75 et 3,05 milliards d'euros, à climat moyen en France. Cet objectif repose sur une estimation d'Ebitda et de résultat opérationnel courant de respectivement 11,45 à 12,05 milliards d'euros et 6,55 à 7,15 milliards d'euros. Par ailleurs, le Groupe confirme :un ratio dette nette/Ebitda inférieur ou égal à 2,5 x et le maintien d'une notation de catégorie " A " ; et un dividende au titre de 2015 avec un taux de distribution de 65-75% et un minimum de 1 euro par action, payable en numéraire. Le Conseil d'administration a ainsi décidé le principe d'un acompte sur dividende de 0,50 euro par action au titre de l'exercice 2015, qui sera versé le 15 octobre 2015.

* Orange (-2,4%) a défini ses priorités pour les cinq prochaines années, avec son plan stratégique 'Essentiels2020'. Pour conduire cette feuille de route, l'organisation du groupe évolue en phase avec ce plan stratégique, à compter du 1er mars 2016.

* Rémy Cointreau (-2,2%), victime d'une dégradation d'analyste. Dans le cadre d'un "screening" sur le secteur, UBS a abaissé sa recommandation sur le groupe de vins et spiritueux. Son opinion passe à "neutre" alors qu'il conseillait précédemment d'acheter le titre. Encore plus cinglant, le broker helvétique abaisse son objectif de cours de 81 euros à 57,5 euros pour tenir compte de ses nouvelles prévisions de bna.

 
0 commentaire - Clôture Paris : ça commence mal...
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]