Clôture Paris : ça fait 8 !

Clôture Paris : ça fait 8 !©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 17 juillet 2015 à 18h00

LA TENDANCE

Avec une hausse symbolique de 0,06% ce vendredi, à 5.124 pts en clôture, le CAC40 enregistre une huitième séance consécutive de rebond, pour un gain cumulé de plus de 11%. L'indice parisien reste porté par l'amélioration du dossier grec et l'éloignement du risque de "Grexit". Le Bundestag vient à son tour de valider l'accord voté en début de semaine entre la Grèce et ses créanciers européens en vue d'accorder un troisième plan d'aide au pays. De son côté, le FMI se dit prêt à participer à un nouveau plan de sauvetage de la Grèce, qui intégrerait une restructuration de la dette du pays pour la rendre soutenable... Enfin, l'Union européenne a donné son feu vert au prêt-relais à accorder à la Grèce. D'un montant de 7,16 MdsE, il doit permettre au pays de faire face à ses prochaines échéances. Outre-Atlantique, le Nasdaq évolue actuellement sur de nouveaux sommets, porté aujourd'hui par le puissant rebond de Google après des comptes trimestriels solides !

Sur l'ensemble de la semaine, entièrement verte, le CAC40 grimpe de 4,5%.

ECO ET DEVISES

Comme attendu, l'Union européenne a donné son feu vert au prêt-relais à accorder à la Grèce. D'un montant de 7,16 milliards d'euros, il doit permettre au pays de faire face à ses prochaines échéances, dans l'attente de la mise en place de son troisième plan d'aide financier. Les fonds seront débloqués par le Mécanisme européen de Stabilité financière (MESF). "Le prêt aura une durée maximale de trois mois et sera décaissé en une ou deux tranches", précise l'UE dans un communiqué. La Grèce va devoir lever 3,5 milliards d'euros dès lundi pour rembourser des obligations arrivant à échéance détenues par la Banque centrale européenne (BCE). Elle doit aussi respecter des échéances de dette vis-à-vis du FMI. L'Eurogroupe a donné jeudi son accord de principe pour une aide du Mécanisme européen de stabilité d'une durée de trois ans. Le montant de cette aide devrait être compris entre 82 et 86 milliards d'euros. Ce feu vert reste toutefois soumis à l'approbation des pays de la zone euro. La France et l'Allemagne ont déjà dit "oui". Ce prêt servira notamment à rembourser le prêt-relais de 7,16 milliards d'euros.

Malgré l'opposition de certains députés, le Bundestag - chambre basse du parlement allemand - a validé vendredi l'accord voté en début de semaine entre la Grèce et ses créanciers européens en vue d'accorder un troisième plan d'aide au pays, à 439 voix contre 119 et 40 abstentions. Le montant de ce plan serait compris entre 82 et 86 milliards d'euros. Dès lundi, la chancelière Angela Merkel avait appelé à voter en faveur du texte... Jeudi,La Vouli, le parlement grec a voté, dans les temps, une première série de réformes réclamée par les créanciers. Il s'agissait d'une des conditions pour mettre en oeuvre les négociations entourant ce plan d'aide. D'ailleurs,l'Eurogroupe a donné hier son accord de principe pour aller plus loin, jugeant qu'Athènes avait rempli sa part du contrat...

L'indice du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan pour le mois de juillet ressort à 93,3 en première estimation contre 96 de consensus de place et 96,1 le mois précédent.

D'après le Département américain au commerce, les mises en chantier de logements aux États-Unis pour le mois de juin 2015 ont grimpé pour atteindre un rythme de 1,174 million d'unités, contre un consensus de 1,125 million et un niveau révisé à 1,069 million pour le mois de mai (contre 1,036 million en première lecture). Les permis de construire, quant à eux, se sont établis sur un rythme de 1,343 million d'unités, contre 1,178 million de consensus de place et 1,250 million pour la lecture révisée du mois de mai (contre 1,275 million en première lecture).

D'après le rapport gouvernemental du jour aux Etats-Unis, l'indice des prix à la consommation pour le mois de juin 2015 s'est établi en augmentation de +0,3% en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus, et +0,4% un mois avant. Hors alimentation et énergie, le CPI a progressé de +0,2% en juin, contre +0,2% de consensus. En glissement annuel, le CPI de juin progresse de +0,1%.

Après deux mois consécutifs de baisse, le nombre total de créations d'entreprises augmente à nouveau en juin (+3,2% tous types d'entreprises confondus, en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables), du fait du rebond des immatriculations des micros-entrepreneurs. Hors micro-entrepreneurs, la progression est plus modérée (+1,9%), précise l'Insee.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,0852$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 50,4$ et le Brent s'affiche à 56,8$.

VALEURS EN HAUSSE

* CGG grimpe de 3,8%. C'est JP Morgan qui a mis le feu aux poudres, en relevant sa recommandation à "surpondérer" et en portant son objectif de 4,90 à 5,50 euros.

* bioMérieux monte de 3,4%. Le chiffre d'affaires semestriel est en vive hausse de 19,5%, à 933 millions d'euros. Un niveau qui dépasse les attentes du consensus Bloomberg, soit 913 ME. Les acquisitions ont apporté 9,1% à la croissance, mais la progression organique est solide, à 8,1% à taux de change et périmètre constants. Les objectifs sont confirmés.

* Alcatel-Lucent progresse de 3,2%. Le dossier est porté par les résultats supérieurs aux attentes de son rival Ericsson, qui a de surcroît rassuré les analystes sur le marché nord-américain, en affirmant que la demande est en train de se stabiliser, après une période un peu plus creuse au niveau des dépenses d'investissement des grands opérateurs.

* Ipsen (+3%). L'agence américaine du médicament a approuvé la mise sur le marché de Dysport dans le traitement de la spasticité des membres supérieurs chez l'adulte. Ipsen avait déposé son dossier en septembre 2014. La toxine botulique (abobotulinumtoxinA) est également candidate en Europe au renforcement de son libellé actuel d'indications.

* LVMH monte de 2,8%, à près de 167 Euros.

* Orange progresse aussi de 1% avec Bouygues (+0,8%).

* PSB Industries (+0,8%). La croissance externe a permis à PSB Industries d'afficher une hausse de 37% de son chiffre d'affaires au second trimestre 2015, à 91,3 millions d'euros. A périmètre et taux de changes constants, la progression est plus modeste, 2,7%. Au cours du premier semestre, les revenus ont progressé de 28,5% en données brutes et de 4% en données constantes, à 168 ME.

VALEURS EN BAISSE

* EDF recule de 1,4%. Alors que la Commission de régulation de l'énergie a estimé mercredi que les tarifs de l'électricité devaient augmenter entre 3,5% et 8% au 1er août prochain, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal a assuré que "ce ne sera pas le cas"." La hausse sera en moyenne de 2,5%", a-t-elle assuré jeudi matin au micro de RMC et BFM Télé. "Et encore pour certains consommateurs, ce sera 0% et notamment pour les petits commerçants et artisans", a-t-elle fait valoir.

* Engie perd aussi 1% mais reste au-dessus des 17 Euros après plusieurs séances de progression.

* LafargeHolcim perd 0,9%. Le groupe a racheté aujourd'hui les 50% de Lafarge Tarmac qui étaient aux mains d'Anglo American, pour 992 millions de livres (intégrant la variation du besoin en fonds de roulement), soit l'équivalent de 1,42 milliard d'euros sur la base des cours de change actuels. Cette opération, programmée, fait partie des étapes préliminaires du processus de désinvestissement requis par la Commission européenne pour approuver la fusion qui a permis la création du nouveau géant des matériaux de construction. Elle était nécessaire pour la vendre de Lafarge Tarmac à CRH, conformément à l'accord signé avec le groupe irlandais. Les cimenteries de Cauldon et de Cookstown ainsi que certains actifs non opérationnels ne sont pas concernés. La cession devrait être finalisée d'ici la fin du mois, à l'exception des Philippines dont la vente est attendue d'ici fin septembre.

* Alstom (-0,3%). Hier, GE a remis à la Commission européenne un document comprenant une série de concessions en vue de faire aboutir l'opération, sur laquelle l'antitrust communautaire avait un regard critique. "Ces remèdes répondent aux griefs de la Commission tout en préservant l'intérêt économique et stratégique de l'opération", a fait savoir l'américain.

* Norbert Dentressangle (stable). Le bras de fer s'est durci entre Elliott Capital Advisors et XPO Logistics en marge de l'offre publique d'achat amicale de XPO sur Norbert Dentressangle, qui se termine ce soir. Le fonds d'investissement, qui est monté avec ses affiliés à 9,06% du capital du groupe français, a saisi la justice à son tour et a obtenu la suspension de toutes les opérations d'intégration envisagées avec Norbert Dentressangle, jusqu'au prononcé de l'ordonnance issue de l'audience de référé du 23 juillet.

 
0 commentaire - Clôture Paris : ça fait 8 !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]