Clôture Paris : le CAC40 a repris 11% en 7 séances !

Clôture Paris : le CAC40 a repris 11% en 7 séances !©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 16 juillet 2015 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40, en grimpant encore de 1,47% ce jeudi, à 5.121 pts en clôture, vient d'enregistrer une septième séance consécutive de rebond, pour un gain cumulé de plus de 11%, toujours porté par l'évolution rassurante du dossier grec ! Le vote positif du parlement à Athènes constitue un nouvel élément apprécié favorablement par les investisseurs. Le Premier ministre Alexis Tsipras est en effet parvenu cette nuit à faire approuver, à une large majorité, le premier train de réformes attendu par les créanciers européens, en échange de l'ouverture des négociations sur un troisième plan d'aide, dont le montant s'élève entre 82 et 86 MdsE. L'Eurogroupe a également décidé "de donner son accord de principe pour une aide du Mécanisme européen de stabilité d'une durée de trois ans". La journée a par ailleurs été marquée par la réunion de la BCE qui, comme prévu, a maintenu le statu quo sur ses taux directeurs. La Banque centrale européenne a également rehaussé le plafond du mécanisme de fourniture de liquidités d'urgence (ELA) aux banques grecques, de 900 ME.

ECO ET DEVISES

L'Eurogroupe, qui réunit les ministres des Finances de la zone euro, a salué jeudi l'adoption par le Parlement grec de l'accord signé lundi entre Athènes et ses créanciers. Il prévoit un programme de réformes ambitieux, en échange d'un nouveau programme de soutien financier, le troisième pour la Grèce. Constatant que les autorités ont mis en oeuvre dans les temps et de manière satisfaisante, les quatre premières mesures réclamées, l'Eurogroupe a décidé "de donner son accord de principe pour une aide du Mécanisme européen de stabilité d'une durée de trois ans", écrit-il dans un communiqué. Le montant de cette aide devrait être compris entre 82 et 86 milliards d'euros. Ce feu vert reste toutefois soumis à l'approbation des pays de la zone euro. Si le Sénat et l'Assemblée nationale en France ont voté l'accord mercredi, le Bundestag allemand se prononcera demain. Certains pays ne devront pas passer par leur Parlement pour faire adopter le texte. L'Eurogroupe reste toutefois attentif et demande à Athènes de poursuivre le travail engagé en adoptant les prochaines réformes prévues au 22 juillet, et en mettant rapidement à jour la législation pour qu'elle se conforme aux premières mesures votées cette nuit. Les ministres des Finances devraient également donner leur accord vendredi, au prêt relais de 7 milliards d'euros qui doit permettre à la Grèce de faire face aux prochaines échéances, le temps que le plan de soutien se mette en place, a indiqué l'agence Bloomberg citant le Premier ministre irlandais, Enda Kenny. Le pays doit lever 3,5 milliards d'euros dès lundi pour rembourser des obligations arrivant à échéance détenues par la Banque centrale européenne (BCE). Elle doit aussi respecter des échéances de dette vis-à-vis du FMI. Selon des responsables européens cités cette semaine par Reuters, la Commission européenne pourrait recommander de puiser dans le FESF, le fonds européen de stabilité financière pour octroyer ce prêt.

Comme anticipé, la Banque centrale européenne a choisi le statu quo sur ses taux directeurs, à 13h45. En conséquence, le taux de refinancement ("refi") est reconduit à 0,05%, le taux de la facilité de prêt marginal reste à 0,30%, et celui de la facilité de dépôt est maintenu à -0,2%. Le dernier changement sur les taux de la BCE date de septembre, moment où l'institution monétaire a ramené ses taux à leur plus bas niveau historique. Mario Draghi a entamé la traditionnelle conférence de présentation de la décision à 14h30. Le patron de la BCE a confirmé que les mesures monétaires non-conventionnelles, notamment les programmes de rachat d'actifs, se déroulaient de manière satisfaisante. Le plan de 60 milliards d'euros mensuels sera maintenu jusqu'à fin septembre 2016 et en tout cas jusqu'à ce qu'un ajustement pérenne soit obtenu en vue du maintien de la hausse des prix en-deçà mais proche de 2%. Quant à l'imposante dette hellénique, le gouverneur de la BCE estime qu'un allègement est nécessaire. "Quelle est la meilleure forme d'allégement de la dette que l'on puisse concevoir dans le cadre juridique institutionnel qui est le nôtre ? C'est sur ce point là qu'il va falloir réfléchir au cours des semaines à venir", a-t-il ajouté. Draghi a également déclaré plus tard lors de la séance qu'il pensait que le pays allait rembourser l'échéance qu'il doit honorer à la BCE le 20 juillet.

La balance commerciale de biens de la zone euro avec le reste du monde affiche un excédent de 18,8 milliards d'euros en mai contre 14,7 MdsE un an plus tôt. D'après les données d'Eurostat, les exportations se sont établies à 164,4 MdsE, en hausse de 3% sur un an, alors que les importations ont atteint 145,6 MdsE, quasiment stables.

La hausse des prix a bien ralenti en juin dans la zone euro. Selon la seconde estimation d'Eurostat, le taux d'inflation annuel s'est établi à 0,2% le mois dernier, contre 0,3% en mai, et 0,5% un an auparavant. L'inflation "core" recule aussi de 0,9% à 0,8%.

Le Fonds monétaire international appelle une nouvelle fois l'Allemagne à investir davantage dans ses infrastructures publiques afin de stimuler ses perspectives de croissance et d'atténuer les effets négatifs liés à une société vieillissante. Le FMI table sur une croissance de la première économie européenne de 1,6% cette année et de 1,7% en 2016, soutenue par un euro plus faible et des prix de l'énergie plus bas. L'organisme estime en outre que l'excédent du compte courant augmentera au niveau record de 8,4% du produit intérieur brut cette année, contre 7,6% en 2014. Un chiffre qui met en évidence la faiblesse de la demande intérieure et l'épargne excessive dans l'économie.

Le Département US au Travail vient d'annoncer que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, ont reculé de 15.000 sur la semaine antérieure à 281.000. Un chiffre en ligne avec les attentes puisque le consensus tablait sur 282.000 demandes.

L'indice d'activité manufacturière régionale de la Fed de Philadelphie pour le mois de juillet 2015 est ressorti à 5,7, contre 12 de consensus et 15,2 un mois auparavant. L'indicateur traduit donc un net ralentissement de l'activité manufacturière de la région.

L'indice du marché immobilier américain mesuré par la National Association of Home Builders pour le mois de juillet 2015 est ressorti à 60, contre un consensus de place de 59 et un niveau de 59 rapporté un mois auparavant.

Sur le marché des changes, l'Euri vaut désormais 1,0899$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 51,5$ et le Brent s'affiche à 57,9$.

VALEURS EN HAUSSE

* Casino grimpe de 3,5%. Au 2ème trimestre 2015, le chiffre d`affaires consolidé a atteint 11,7 MdsE, en décroissance organique de -0,4%.En France, les ventes sur le second trimestre sont en croissance de +0,4% en organique. Comme prévu, Via Vareko a souffert au Brésil. Rallye la holding du groupe monte de 7%.

* Orange grimpe de 3,4%. Berenberg a pris le parti de repasser acheteur sur le dossier, en relevant sa valorisation de 15,50 à 17 euros.

* Carrefour monte de 2,8%. Les ventes du second trimestre sont en ligne avec les prévisions au niveau global, même si les performances par pays sont un peu différentes de ce qui était attendu par la communauté financière. Le directeur financier du groupe a souligné, dès le début de la conférence de présentation des chiffres ce matin, que le consensus d'EBIT 2015, soit entre 2,51 et 2,53 MdsE, paraît "raisonnable".

* Bouygues monte encore de 2,5% et passe au-dessus des 33 euros.

* Saint-Gobain (+2,5%). La tension monte à l'approche de l'assemblée générale extraordinaire de Sika, le 24 juillet prochain, réclamée par le holding Schenker-Winkler (SWH) pour voter la mise à l'écart de Monika Ribar, Paul Hälg et Daniel Sauter, et faire élire Max Roesle au poste de président. Un document obtenu par Bloomberg montre que plusieurs cabinets de conseil aux actionnaires, dont zRating, Ethos, Glass Lewis & Co et ISS recommandent aux actionnaires de repousser les résolutions soumises par SWH. Une majorité du conseil de la société suisse s'y oppose également. SWH, qui porte les intérêts de la famille Burkard, tente de reprendre la main sur le conseil en vue de finaliser la cession de ses parts (16,1% du capital mais 52,4% des droits de vote) à Saint-Gobain pour 2,75 milliards de francs. Une opération à laquelle le management de Sika est fermement opposé depuis plusieurs mois. Il reproche au groupe français de ne pas avoir l'intention de proposer une porte de sortie aux autres actionnaires et de ne l'avoir pas mis dans la confidence de la transaction avant qu'elle ne soit officialisée. Il juge en outre que les conflits d'intérêt seront trop importants, car les deux sociétés sont concurrentes sur le marché des mortiers.

* EDF (+1,3%). Alors que la Commission de régulation de l'énergie a estimé mercredi que les tarifs de l'électricité devaient augmenter entre 3,5% et 8% au 1er août prochain, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal a assuré que "ce ne sera pas le cas"." La hausse sera en moyenne de 2,5%", a-t-elle assuré ce jeudi matin au micro de RMC et BFM Télé. "Et encore pour certains consommateurs, ce sera 0% et notamment pour les petits commerçants et artisans", a-t-elle fait valoir.

* Peugeot gagne 0,5%. Le marché européen a poursuivi son ascension en juin, avec des immatriculations en hausse de 14,6% en glissement annuel, la meilleure performance mensuelle depuis décembre 2009. Dans ce marché très dynamique au mois de juin, PSA Peugeot Citroën s'est réveillé avec un bond de 12,8% de ses immatriculations à 148.932 unités. Une hausse qui reste cependant inférieure à la moyenne, ce qui érode la part de marché de 11,1 à 10,9%. Côté Renault, le mois de juin contraste avec un début d'année plus dynamique. La hausse se limite à 4,5%. Renault monte aussi de 2,5%.

VALEURS EN BAISSE

* Mauna Kea (-2,8%). Le titre pointe en forte baisse au lendemain de l'annonce d'un chiffre d'affaires semestriel en repli de 12% à 4 millions d'euros. Au 30 juin 2015, la société disposait d'une trésorerie de 12 ME. Suite à cette publication, Kepler Cheuvreux dégrade le dossier de "acheter" à "conserver" et réduit son objectif de 7,6 à 4,2 euros. Gilbert Dupont, qui évoque un semestre de mauvaise facture, abaisse ses estimations de résultats et réduit son cours cible de 7 à 6 euros.

* Alcatel-Lucent recule de 0,4% après une légère progression de 0,1% hier.

* Sur le CAC40, Technip et ArcelorMittal terminent aussi en très légère baisse.

 
0 commentaire - Clôture Paris : le CAC40 a repris 11% en 7 séances !
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]