Clôture Paris : le CAC40 chute encore de près de 2%

Clôture Paris : le CAC40 chute encore de près de 2%©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 24 février 2016 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40, qui avait déjà cédé 1,4% hier dans le sillage du pétrole, a plongé de 1,96% ce mercredi, nettement sous les 4.200 pts, à 4.155 pts en clôture. Wall Street reperd également du terrain aujourd'hui, plombé cette fois-ci par des statistiques américaines décevantes et notamment un ralentissement inattendu dans le secteur des services aux Etats-Unis. En ce qui concerne l'or noir, les prix tentent de se stabiliser actuellement, avec un baril WTI à environ 31$ et un Brent à 33$. Du côté des valeurs à Paris, Peugeot, à contre-courant, tire son épingle du jeu aujourd'hui après de solides résultats 2015. De nombreuses autres publications animent par ailleurs le palmarès en ce milieu de semaine...

ECO/DEVISES

La confiance des ménages français s'effrite. L'indicateur synthétique publié par l'INSEE recule de 2 points entre janvier et février, pour se positionner à 95 points.

L'indice flash PMI des services américains mesuré par Markit pour le mois février 2015 est ressorti à 49,8, contre 53,7 de consensus de place et 53,2 en janvier en lecture finale. Sous la barre des 50, l'indice traduit une contraction de l'activité dans les services aux États-Unis.

D'après le Département américain au commerce ce mercredi, les ventes de logements neufs aux USA pour le mois de janvier 2016 se sont établies sur un rythme de 494.000 unités, contre 520.000 de consensus et 544.000 au mois de décembre.

Les cours du pétrole sont repartis en nette baisse hier après des propos des ministres saoudien et iranien du Pétrole, qui ont douché les espoirs de voir la surproduction mondiale de brut être réduite rapidement. Le ministre saoudien du Pétrole, Ali al-Naïmi, a déclaré mardi s'attendre à ce que la plupart des grands pays producteurs acceptent l'accord de Doha sur gel de la production aux niveaux du mois de janvier afin de soutenir les cours. Cependant, il a exclu toute baisse de la production, et a estimé que cet accord n'était qu'un premier pas vers la réduction du surplus d'offre. Le 16 février dernier à Doha, a Qatar, l'Arabie saoudite et la Russie s'étaient engagés à geler leur production, accompagnés par le Qatar et le Venezuela. Quant au ministre iranien du Pétrole, il a quelque peu torpillé l'accord de Doha, en réaffirmant que Téhéran comptait au contraire augmenter sa production à la faveur de la récente levée de l'embargo international sur ses exportations...

D'après le dernier rapport hebdomadaire dévoilé par le Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont augmenté de 3,5 millions de barils lors de la semaine close au 19 février, à 507,6 millions de barils. Les stocks d'essence ont eux baissé de 2,2 millions de barils, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont reculé de 1,7 million de barils.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1028$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 31$ et le Brent s'affiche à 33$.

VALEURS EN HAUSSE

* Atos progresse de 3,1%. La SSII a publié ce matin des résultats annuels supérieurs aux attentes de la place, et fixé des objectifs 2016 qui paraissent plutôt bien placés. Le groupe a décidé d'insister sur son dividende, en hausse de 38%, pour marquer sa confiance.

* Peugeot gagne 1,4%. PSA a terminé sa restructuration économique, scande ce matin son management, qui a largement dépassé les objectifs fixés pour 2018 dès 2015. Pour le dividende, il faudra attendre l'année prochaine. PSA doit présenter son nouveau plan stratégique le 5 avril. Le constructeur a enregistré une hausse de 6% de son chiffre d'affaires retraité, à 56,33 milliards d'euros, dont une croissance de 4% pour sa division automobile, qui pèse 37,51 MdsE de ventes annuelles. Le résultat opérationnel courant du groupe est triplé à 2,73 MdsE, après 797 millions d'euros en 2014. La rentabilité de la division automobile est en nette amélioration. Le résultat net du groupe ressort à 1,2 MdE, alors qu'il était encore nettement déficitaire en 2014. Le cash-flow libre opérationnel atteint 3,8 MdsE hors charges de restructuration et éléments exceptionnels.

* Bouygues gagne 0,1%. Le groupe a amélioré sa rentabilité dans une proportion plus importante que ne l'anticipait le marché en 2015. Le groupe va poursuivre cette année sur cette tendance. Il propose un dividende stable de 1,60 euro, comme prévu. Quant aux discussions entre Bouygues Telecom et Orange, elles continuent.

VALEURS EN BAISSE

* Eurotunnel perd 6,6%. La Société Générale a abaissé ce matin de 14,7 à 10,5 Euros son objectif de cours, avec une recommandation inchangée à "conserver". Le groupe subit aussi actuellement l'incertitude quant à l'avenir du Royaume-Uni dans l'Union européenne, qui fait planer un doute sur la dynamique de la liaison entre Londres et le continent.

* ArcelorMittal poursuit sa chute de 4,7% après une baisse de 4,5% hier.

* EDF recule encore de 4,3% après avoir plongé hier sous les 10 Euros.

* Suez perd 4%. Le groupe a produit ce matin des résultats robustes au titre de 2015, qui permettent à la société de proposer un dividende de 0,65 euro par action, en ligne avec ce que prévoyaient les analystes. La génération de cash-flow libre a dépassé le milliard d'euros et devrait continuer à le faire cette année.

* Sur le CAC40, LafargeHolcim perd 4% avec Axa (-3,8%), Solvay (-3,5%) ou encore Engie (-2,7%).

* Renault perd 2,9%. Nissan va compléter sa large gamme de véhicules utilitaires avec la commercialisation en Europe d'un nouveau fourgon, le NV300, qui viendra s'intercaler dans la gamme entre le fourgon compact NV200 et le grand fourgon NV400. Il succède ainsi au Nissan Primastar. Le Nissan NV300 sera commercialisé courant 2016. Exemple de la montée en puissance des synergies entre Renault et Nissan, c'est l'usine Renault de Sandouville qui va fabriquer ce nouveau fourgon Nissan. Sa production va générer un volume complémentaire prévisionnel de 100.000 véhicules sur la période 2016-2026.

* M6 perd 0,9%. Sur l'exercice 2015, le groupe a vu sa marge opérationnelle courante consolidée se tasser de 16,4% à 16%. Le bénéfice net recule de -6,8% à 114,9 ME. Un dividende stable de 0,85 euro est proposé.

* Airbus recule de 0,8% après la publication des résultats 2015. Les analystes ne tiennent pas trop rigueur à la société d'une publication mi-figue mi-raisin, avec des perspectives 2016 que certains investisseurs jugent un peu décevantes. Les bureaux d'études soulignent de toute façon que c'est en 2017 que sera réellement jugé le groupe sur ses performances financières. L'EBIT ajusté avant fusions et acquisitions et le bénéfice par action avant éléments non récurrents devraient être stables en 2016, comme le flux de trésorerie disponible, sur la même base. Airbus espère livrer plus de 650 appareils cette année. Confiant dans l'avenir, Airbus a relevé de 8% son dividende 2015 à 1,30 euro par titre.

* Technip perd 0,5%. Le groupe a signé un contrat avec SP Olefins (Groupe SP Chemicals) pour la fourniture de sa technologie en matière d'éthylène, les études, les services techniques et les équipements propriétaires pour un craqueur de gaz d'une capacité de 650 KTA. Située à Taixing, dans la province de Jiangsu en Chine, l'usine utilisera de l'éthane et du propane en provenance d'Amérique du Nord. Cette usine fait partie du projet de SP Olefins qui repose sur l'utilisation d'hydrocarbures légers de 1100 KTA.

 
1 commentaire - Clôture Paris : le CAC40 chute encore de près de 2%
  • avatar
    pigeonxxl38 -

    c'est eux qui se tiennent la tete elle est pas mal celle la ! en réalité sans probleme chez eux a la fin du mois elle va tomber en entier ! moi de mon coté par le biais d'un écureuil c'est un cauchemar journalier que jusqu'au bout de l'existence je devrai affronter , cette banque systemique peut s'avérer etre un véritable DANGER public !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]