Clôture Paris : le CAC40 reste au-dessus des 5.200 pts

Clôture Paris : le CAC40 reste au-dessus des 5.200 pts©Boursier.com

Boursier.com, publié le mercredi 13 septembre 2017 à 18h00

LA TENDANCE

Le CAC40, qui a renoué hier avec les 5.200 pts pour la première fois depuis le début du mois dernier, s'est montré plus hésitant ce mercredi, terminant tout de même une nouvelle fois en hausse, de 0,16% à 5.218 pts en clôture. Les investisseurs semblent donc avoir gagné en confiance après une période estivale morose, comme le prouve le triple record de Wall Street hier soir, alors que tous les regards étaient tournés vers la conférence d'Apple. La tendance a en outre été soutenue par les déclarations assez optimistes hier du secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin concernant le projet de réforme fiscale aux Etats-Unis.

ECO/DEVISES

Chiffres de l'emploi mitigés au Royaume-Uni. Côté bonne nouvelle, le taux de chômage a de nouveau reculé sur les trois mois clos fin juillet, à 4,3%, au plus bas depuis 1975. Le marché tablait sur une stabilité à 4,4%. Côté face, les salaires ont progressé moins vite qu'attendu, et compte tenu de la vigueur de l'inflation, les salaires réels sont de plus en plus sous pression. Le salaire hebdomadaire moyen a en effet augmenté de 2,1% (hors bonus) contre +2,2% de consensus et +2,1% sur les trois mois clos fin juin. Le salaire hebdomadaire moyen (bonus compris) a également progressé de 2,1% contre +2,3% de consensus. Le nombre de personnes demandant des allocations chômage a par ailleurs reculé de 2.800 en août contre une hausse de 600 attendue et un repli de 4.200 un mois plus tôt.

Pas de surprise au niveau de l'évolution des prix à la consommation en Allemagne en août. L'Office fédéral de la statistique a confirmé que l'inflation annuelle, calculée aux normes européennes, avait atteint 1,8% le mois passé. En séquentiel, l'inflation ressort à 0,2%, comme annoncé initialement. Sur une base non harmonisée, les variations mensuelle et annuelle des prix de détail ont aussi été confirmées, à +0,1% et +1,8% respectivement.

D'après un rapport gouvernemental aux USA, l'indice des prix à la production du mois d'août 2017 s'est établi en hausse de 0,2% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de place de +0,3%. Hors alimentation et énergie cette fois, le 'PPI' a progressé timidement, de 0,1% par rapport au mois précédent, tandis que le consensus était de +0,2%. En glissement annuel, le PPI a grimpé de 2,4% (+2% hors alimentaire et énergie).

D'après le dernier rapport hebdomadaire dévoilé par le Département à l'Energie américain, les stocks commerciaux de brut, hors réserve stratégique, ont augmenté de 5,9 millions de barils lors de la semaine close au 8 septembre, à 468,2 millions de barils. Le consensus tablait sur une hausse de 3,2 million de barils. Les stocks d'essence ont eux chuté de 8,4, contre une diminution de 2 millions attendue, alors que les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont diminué de 3,2 millions, contre un repli de 1,5 million anticipé. Ce rapport doit toutefois être pris avec des pincettes, l'ouragan Harvey ayant conduit à l'arrêt de nombreuses raffineries dans l'Etat du Texas, principale région productrice de brut aux Etats-Unis.

Sur le marché des changes, l'Euro vaut désormais 1,1895$. Du côté du pétrole, le baril WTI ressort à 48,9$ et le Brent s'affiche à 54,9$.

VALEURS EN HAUSSE

* Deinove bondit de 8,6%, portée par de bonnes nouvelles sur le front du financement de ses recherches. Le projet "AGIR", mené conjointement par Deinobiotics et l'institut Charles Viollette (ICV, Université Lille 1), a été retenu par le Programme d'Investissements d'Avenir piloté par le Commissariat Général à l'Investissement et opéré par Bpifrance. À ce titre, AGIR sera financé à hauteur de 14,6 ME, pour un budget total évalué à 25 ME. Les versements, constitués pour près de la moitié de subventions, seront échelonnés sur les 5 ans de durée du programme. Deinove percevra 10,4 ME tandis que l'Institut Charles Viollette recevra 4,2 ME.

* Onxeo (+5,3%) rebondit après sa chute de 50% hier. La société a accordé une licence mondiale exclusive de son produit Validive dans le traitement de la mucite orale sévère radio/chimio-induite chez les patients traités pour un cancer ORL, à l'américain Monopar Therapeutics. La société avait déjà annoncé qu'elle était à la recherche d'un partenaire. Monopar sera en charge de toutes les étapes restantes. Le laboratoire français récupère 1 M$ de paiement initial et sera éligible à un maximum de 108 M$ en fonction du franchissement de certains jalons. Il obtiendra un pourcentage à deux chiffres sur les ventes futures éventuelles.

* Sequana (+4,5%) a publié ce matin des résultats intermédiaires en amélioration, avec un retour dans le vert au niveau du bénéfice net. Les prévisions annuelles restent prudentes, à cause de l'évolution du change et de l'inflation sur le coût des matières premières. L'entreprise garde le contentieux avec BAT en épée de Damoclès.

* Vivendi gagne 2,8%. UBS recommande désormais à ses clients d'acheter le titre Vivendi, alors qu'il était neutre jusque-là. Le bureau d'études a relevé son objectif de cours de 18 à 23 euros, en estimant que le dossier constitue un véhicule intéressant de croissance structurelle, qui s'appuie sur la division musique et sur un possible redressement de la télévision payante. La valorisation intègre une décote de holding, qui se limite aux détentions dans Telecom Italia, Ubisoft et Mediaset.

* Sur le CAC40, Schneider Electric gagne aussi 1,7% avec Capgemini (+1,4%) ou encore Vinci (+1,1%).

* Ubisoft (+0,8%). JP Morgan a annoncé ce matin détenir 11,33% du capital et 10,33% des droits de vote, soit un franchissement du seuil des 10% du capital et des droits de vote en date du 7 septembre, après une acquisition de titres sur le marché. L'actionnaire n'a pas fait de déclaration d'intentions, mais a précisé détenir les titres en couverture d'options à dénouement physique.

* Orange (+0,2%). La sortie de l'Etat du capital menacerait-elle la souveraineté numérique de la France ? Cette question a été posée au premier ministre Edouard Philippe par la CFE-CGC et l'Association de défense de l'épargne et de l'actionnariat salarié, dans un courrier. Les deux organisations exhortent le chef du gouvernement à sortir du silence sur l'avenir de la participation publique dans l'opérateur télécom, qui représente 23% de son capital. Elles considèrent qu'Orange est une entreprise "pleinement stratégique pour les intérêts français", qui mérite à ce titre d'être protégée, en particulier par le biais de la présence de l'Etat au conseil d'administration.

VALEURS EN BAISSE

* Eramet (-12,7%). Les banques italiennes Intesa Sanpaolo et Unicredit ont soldé leurs positions dans le groupe minier français Eramet, en profitant du sursaut du titre, revenu proche de ses plus haut d'un an. L'opération, portant sur 2.971.186 actions (11,176% du capital), a été réalisé via la construction accélérée d'un livre d'ordres. Les titres ont été placés à 57 euros pièce, soit une décote assez marquée de 10,7% sur le cours de clôture de mardi (63,55 euros).

* Essilor perd 2,3% avec quelques craintes autour des concessions qu'exigerait Bruxelles sur la fusion avec l'italien Luxottica.

* Michelin redonne 2% après avoir aligné trois séances de progression.

* Sur le CAC40, Engie cède aussi 1,4% avec Sodexo (-1,5%) ou encore Veolia (-0,9%).

* EDF (-0,9%). L'Autorité de sûreté nucléaire hausse le ton. Le régulateur a placé sous surveillance renforcée la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire dans le Cher, en raison de la dégradation du niveau de sûreté qu'elle constate depuis 2016 sur ce site, et de l'absence d'améliorations notables de la part d'EDF à ce jour.

 
0 commentaire - Clôture Paris : le CAC40 reste au-dessus des 5.200 pts
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]