Mi-séance Paris : la tendance devient hésitante

Mi-séance Paris : la tendance devient hésitante©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 25 octobre 2016 à 12h00

LA TENDANCE

La tendance reste légèrement positive en Bourse de Paris même si le CAC40 peine à rejoindre les 4.600 points qui permettraient de se rapprocher d'une performance annuelle stable. L'indice parisien grappille 0,1% vers la mi-journée à 4.558 points. Le faible écart sur le CAC40 masque toujours d'importantes variations sur les valeurs qui ont publié leurs trimestriels. Orange domine ainsi le palmarès à l'inverse de Safran. Aux Etats-Unis, une grande majorité des entreprises continuent à dévoiler des résultats supérieurs aux attentes.

VALEURS EN HAUSSE

* Orange (+5% à 14,8 Euros) a confirmé tabler sur une progression de son Ebitda retraité cette année tout en prévoyant de verser un dividende stable au titre de 2016. Au troisième trimestre, les revenus de la société ont progressé de 0,8% à 10,32 milliards d'euros, marquant une accélération après une stagnation des revenus au trimestre précédent. L'Ebitda retraité s'est amélioré de 1,6% à 3,6 MdsE, donnant une marge de 34,9%, en progression de 0,3 point. Ces chiffres sont légèrement supérieurs aux attentes du consensus des analystes.

* En deuxième position du CAC40, Air Liquide s'adjuge 2,4% à 95 Euros après une publication trimestrielle globalement conforme aux attentes des analystes. Le numéro un mondial des gaz industriels a bénéficié des synergies tirées du rachat de l'américain Airgas l'an dernier, des économies de coûts et du dynamisme des pays émergents, Chine en tête... Air Liquide se dit confiant dans sa capacité à générer en 2016 une croissance à la fois du résultat net et du bénéfice net par action, intégrant l'effet de l'augmentation de capital finalisée début octobre.

* CGG (+2% à 27,3 Euros) a été choisi par Pemex pour un important contrat d'acquisition marine wide-azimuth et d'imagerie intégrées afin d'optimiser l'imagerie sismique de la zone géologique sub-salifère complexe en eaux profondes de la région de Perdido au Mexique.

VALEURS EN BAISSE

* Dassault Systèmes chute de 6,4% à 71,7 Euros malgré des objectifs annuels revus à la hausse. Une révision qui n'apparaît sans doute pas suffisante aux yeux du marché. L'éditeur de logiciels de conception et de fabrication assistée par ordinateur vise désormais pour 2016 un bénéfice net par action compris entre 2,40 et 2,45 euros (+7% à +9%), avec un effet de change négatif de 2 points de pourcentage, au lieu de 2,40 euros. Le groupe relève aussi son estimation de chiffre d'affaires prévu à 3,015-3,030 MdsE contre 2,990-3,015 MdsE auparavant, soit une croissance à taux de change constants de 6% à 7%. La société a par ailleurs confirmé viser une marge opérationnelle d'environ 31% contre 30,8% en 2015.

* Schneider Electric (-0,5% à 62,8 Euros) a coupé court aux rumeurs. Suite aux spéculations de fin de semaine dernière faisant état d'un éventuel intérêt du groupe français pour Rockwell Automation, le groupe français "dément catégoriquement ces rumeurs". L'action du groupe américain s'est envolée de plus de 20% vendredi suite à un article de 'StreetInsider' évoquant une possible offre de Schneider valorisant Rockwell Automation 18 Mds$.

* Safran (-2,6% à 62,4 Euros) prévoit sur l'ensemble de l'exercice 2016 une croissance organique du chiffre d'affaires comprise entre 2 et 4%. Du fait de la consolidation de la joint-venture ASL par mise en équivalence, le chiffre d'affaires ajusté publié des activités poursuivies devrait afficher une croissance proche de 1% en 2016, au taux de change spot moyen estimé de 1,11$ pour 1 euro. Le groupe anticipe également une augmentation d'environ 5% du résultat opérationnel courant ajusté, accompagnée d'une nouvelle hausse du taux de marge par rapport à 2015 (au cours couvert de 1,24$ pour 1 euros) et un cash-flow libre représentant plus de 40% du résultat opérationnel courant ajusté, un élément d'incertitude demeurant le rythme de paiement de plusieurs États clients.

* Quelques prises de bénéfices sur les banques qui avaient tiré la tendance vers le haut hier. BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole reculent de moins de 1%.

 
2 commentaires - Mi-séance Paris : la tendance devient hésitante
  • avatar
    cestlavie -

    P..... de marchés boursiers ou tout est magouillé et c'est ma non P..... de banque bien aimée grande receleuse et ensuite grande faucheuse qui m'y avait attiré , le crime parfait organisé et plus rien pour le prouver ! malgré ses pires razzias boursières du passé , de temps a autres a la télé tel un muezzin appelle le soir les fidèles a la prière , cette voix masculine grave suave envoutante a souhait annonce sans se démonter un éventuel rappel des pigeons pour toujours mieux les plumer nickel chrome les faire briller et a cet effet un alléchant programme est concocté il ne manquent pas d'idées ces daubés ! cependant vous pouvez le vérifier cette boutique de malheur dans l'absolu a la possibilité de vous ruiner en toute légalité elle est harcelée de tous les cotés : tapez pour vous faire une idée : la banque qui présente le plus de plaintes et de réclamations , remarquez généralement ne sont portés que d'assez petits litiges , par contre de ce coté la casse est d'un tout autre niveau , c'est du gros c'est du fort c'est du costaud en rappelant également le role malfaisant de sa petite associée obligée en urgence par l'Elysée !

  • avatar
    Mdr -

    Le support majeur des 4600 points parait inabordable et bien difficile a franchir durablement.Les performances économiques générales sont très loin d'étre au rendez vous,mais bon il faut respecter le timing.....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]