Mi-séance Paris : le CAC40 repart à la hausse avec les bancaires

Mi-séance Paris : le CAC40 repart à la hausse avec les bancaires©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 14 novembre 2016 à 12h00

LA TENDANCE

La bourse de Paris repart à la hausse en ce début de semaine, le CAC40 progressant d'un peu plus de 1% à 4.538 points après un plus haut à 4.561 points ce matin. Les banques et les valeurs financières sont de nouveau bien placées dans le palmarès, encouragées par la forte remontée des taux d'intérêt. C'est finalement une conséquence plutôt inattendue de l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis : les taux obligataires viennent de connaître une véritable flambée depuis la semaine dernière. Tout est parti des Etats-Unis avec un taux à 10 ans (T-Bond) passé de 1,8% à 2,2%. Aussitôt, la contagion en Europe s'est manifestée avec des taux allemands (Bund) repassés très nettement en territoire positifs ou des taux français (OAT 10 ans) qui ont presque doublé, de 0,4% à 0,74% vendredi et 0,8% ce lundi matin sur le marché secondaire. L'actualité bancaire tourne aussi autour de la recapitalisation de la banque italienne Unicredit qui doit présenter un plan de relance le 13 décembre.

VALEURS EN HAUSSE

* En tête du CAC40, LafargeHolcim gagne 3% à 52,8 Euros. La journée investisseurs programmée vendredi prochain à Londres par LafargeHolcim recèlera forcément des annonces importantes pour le cimentier, qui semble enfin avoir relancé sa dynamique après une fusion compliquée. Pour le 'SonntagsZeitung', de nouvelles économies seront annoncées, notamment via la fermeture de filiales et des réductions d'effectifs. La France, le Brésil, le Canada et les États-Unis seraient notamment concernés par les pertes d'emplois, tandis que des dizaines de filiales modestes pourraient disparaître (le management avait déjà évoqué le nombre de 25 en septembre).

* ArcelorMittal gagne 4% à 6,64 Euros. L'Egypte a signé un compromis avec l'aciériste pour mettre un terme à un arbitrage qui aurait pu lui coûter 600 millions de dollars, si les demandes de l'aciéristes avaient été jugées légitimes, a indiqué l'agence de presse MENA. La procédure avait été introduite devant le Centre de règlement des conflits d'investissement (CIDR), un organisme de la Banque mondiale, voilà 18 mois. Les modalités exactes de l'accord qui a été signé n'ont pas été communiquées.

* Société Générale progresse de 1,2% au-dessus es 40 Euros. C'est un vieux serpent de mer qui a refait son apparition sur le titre, après que l'agence de presse italienne Ansa eut évoqué le retour de la rumeur sur un mariage entre la banque rouge et noire et son homologue italienne Unicredit. Ansa évoque plusieurs sources dans la sphère financière. Unicredit a évidemment refusé de commenter.

* BNP Paribas et Crédit Agricole s'adjugent environ 2% avec Axa.

* Innate Pharma enchaîne une sixième séance consécutive de hausse pour se hisser à 14,5 Euros (+8%). Les investisseurs réagissent à la présentation réalisée ce week-end au STIC des résultats de Phase I/II de nivolumab / lirilumab, laquelle a fait ressortir des données intéressantes montrant une efficacité supérieure de la combinaison avec lirilumab par rapport à nivolumab pris isolément.

VALEURS EN BAISSE

* CGG poursuit sa descente et reperd 6% à 14,3 Euros pendant que le baril de pétrole reste en baisse à 43,5 dollars le WTI.

* Veolia Environnement recule de 3,5% à 16,4 Euros, après l'abaissement de la recommandation d'Exane BNP Paribas de "surperformance" à neutre. Le bureau d'études juge que les investisseurs sous-estiment la pression qui devrait intervenir à cause des indexations des tarifs de l'eau en France. Il est également préoccupé par les défis auxquels sont confrontés les filiales australienne et américaine. Actuellement, l'analyste a une préférence pour le dossier Suez.

* Bureau Veritas perd 2,6% à 16,8 Euros. Une situation provoquée par l'abaissement de la recommandation du bureau d'études Jefferies sur le dossier, de "surperformance" à conserver, pour une valorisation à 18 Euros contre 22,60 Euros précédemment. L'analyste estime en effet que le groupe, comme son alter ego SGS, vont évoluer dans un contexte de faible croissance et que cela aura des conséquences sur les marges. Il préfère des dossiers comme Intertek, Eurofins et Applus.

 
0 commentaire - Mi-séance Paris : le CAC40 repart à la hausse avec les bancaires
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]