Mi-séance Paris : le CAC40 se cale sur les 5.400 points

Mi-séance Paris : le CAC40 se cale sur les 5.400 points©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 11 mai 2017 à 12h00

LA TENDANCE

La volatilité des indices boursiers est toujours aussi faible. Le CAC40 est encore pratiquement étale, en très légère hausse de 0,1% à 5.405 points à la mi-journée. Cela n'empêche le palmarès de s'animer au rythme des nombreuses publications trimestrielles qui se poursuivent, en particulier Crédit Agricole, SFR ou Ipsen. La Commission européenne a dévoilé ce matin ses dernières prévisions économiques pour la zone euro. L'Institution table désormais sur une croissance de 1,7% cette année contre 1,6% jusque-là, estimant que les risques pesant sur l'économie du Vieux continent sont devenus plus équilibrés. La croissance devrait s'établir à 1,8% en 2018. A Wall Street, la nuit a été marquée par un décrochage de 20% post-séance de l'action Snap, après de premiers trimestriels douloureux. Aujourd'hui, les regards seront tournés vers la Banque d'Angleterre, qui devrait annoncer un statu quo sur ses taux à la mi-journée. Le pétrole confirme son rebond, au-dessus des 48 dollars pour le WTI.

VALEURS EN HAUSSE

* En tête du CAC40, Renault progresse de 3,3% à 88,7 Euros. Barclays a relevé sa recommandation de pondération en ligne "surpondérer" sur le dossier, pour un objectif de cours rehaussé de 88 à 110 euros. Le bureau d'études anticipe la présentation stratégique de long terme que doit réaliser Carlos Ghosn à l'automne. Il estime que l'Alliance Renault Nissan monte en puissance, avec Mitsubishi et Avtovaz, et qu'elle sera à terme capable de produire une offre de véhicules hybrides et électriques sans équivalent.

* Nexity gagne 1,3% à 53,2 Euros après un conseil positif de Barclays.

* Ipsen se stabilise à 107,5 Euros : le laboratoire a relevé ses objectifs de moyen terme. Il table sur des ventes supérieures à 2,5 milliards d'euros en 2020, avec une croissance des ventes de médecine de spécialité de plus de 14% par an sur la période 2016-2020 et une croissance des ventes en santé familiale comprise entre 4% et 6% par an. La marge opérationnelle des activités sera supérieure à 30% à l'horizon du plan.

* Vallourec reprend 2% avec la remontée du baril.

VALEURS EN BAISSE

* En hausse ce matin, Crédit Agricole cède désormais 1% à 14,2 Euros. Les bénéfices se sont fortement accrus au premier trimestre 2017, en s'appuyant sur une performance plutôt solide de tous les métiers. Le bénéfice net dépasse les attentes de la place. Sur le périmètre Crédit Agricole SA, l'entité cotée, le produit net bancaire a bondi de 23,7% à 4,7 milliards d'euros, pour un résultat brut d'exploitation multiplié par 2,4, à 1,47 milliard d'euros. Le bénéfice net part du groupe passe de 227 à 845 millions d'euros. Ce bénéfice net comprend peu d'éléments spécifiques qui auraient pu le gonfler. Il s'appuie sur la forte hausse des revenus et les efforts sur les coûts. Tous les métiers ont affiché une bonne performance, en particulier l'assurance, la gestion d'actifs (Amundi), la banque de proximité et les services financiers. Le ratio CET1 non phasé atteint 11,9%, en baisse de -15 points de base par rapport à fin décembre 2016. "Le premier trimestre s'est inscrit dans la continuité de 2016", souligne le directeur général, Philippe Brassac, qui estime que cela illustre le succès du plan 2020.

* EDF (-1% à 8,77 Euros) : la Pologne et l'énergéticien pourraient annoncer "dans les prochains jours" les modalités de sortie du groupe français du marché local, a fait savoir le ministre polonais de l'énergie.

* Engie perd 0,9% à 13,9 Euros. Le fonds Neptune (monté par Carlyle et CVC) pourrait, comme prévu, racheter les 70% détenus par le français dans sa division E&P. Sky évoque un accord signé et le "Financial Times" un accord presque signé. Les actifs représentent plusieurs milliards d'euros.

* Safran (-0,9% à 76,8 Euros) : Boeing a gelé les essais de son B737MAX, dont le premier exemplaire doit être livré la semaine prochaine, après la découverte d'un composant défectueux sur le LEAP-B de CFM International (Safran / GE). La pièce semble pouvoir être remplacée.

* Assystem perd 7% à 34,4 Euros. Ce sont les grands manoeuvres chez Assystem ! Le groupe de Dominique Louis a pris deux importantes décisions concernant son avenir. D'abord, il va filialiser son activité d'ingénierie produits et de services post-développement et en céder le contrôle à Ardian. Ensuite, il va participer au tour de table de la nouvelle entité Areva NP, la société qui a vocation à être rachetée par EDF. Une OPRA sera lancée.

 
0 commentaire - Mi-séance Paris : le CAC40 se cale sur les 5.400 points
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]