Mi-séance Paris : les 5.100 points résistent

Mi-séance Paris : les 5.100 points résistent©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 07 avril 2017 à 12h00

LA TENDANCE

La bourse de Paris est en baisse modérée de 0,3% ce vendredi, ce qui permet au CAC40 de préserver les 5.100 points. On aurait pourtant pu craindre le retour de tensions plus vives après la décision des Etats-Unis de conduire des frappes mer-sol contre une base syrienne, en réponse à l'attaque chimique perpétrée par le régime de Damas. Poutine a aussitôt parlé "d'agression", de quoi contribuer à inquiéter les opérateurs... La conséquence est pour l'instant visible principalement sur le baril de pétrole qui progresse autour de 52,5 dollars pour le WTI. Aux Etats-Unis, deux évènements sont à surveiller aujourd'hui : le rapport mensuel sur la situation de l'emploi (14h30) et la rencontre entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping.

VALEURS EN HAUSSE

* EDF (+0,8%). Le conseil d'administration, réuni jeudi, a voté une motion qui soumet la fermeture de la centrale de Fessenheim à des conditions. Conséquence : la demande officielle d'abrogation de l'autorisation d'exploiter la centrale ne sera pas faite avant la fin du quinquennat de François Hollande, dont c'était une promesse de campagne en 2012. EDF laisse ses options ouvertes même si, dans un communiqué, le groupe évoque "la fermeture de façon irréversible et inéluctable de Fessenheim"... si les conditions sont définitivement remplies, notamment le démarrage de Flamanville 3 et le respect du plancher de production nucléaire.

* Les valeurs pétrolières profitent peu de la hausse du baril. Total gagne quand même 0,5% à 48,8 Euros, plus forte hausse du CAC40.

* Safran (+0,2%) a bouclé la vente de Morpho Detection LLC à Smiths Group, conformément à l'accord signé en avril 2016. Le groupe français enregistrera une plus-value de cession avant impôts dans ses comptes du premier semestre 2017. Safran avait annoncé la vente de Morpho Detection à Smiths en avril 2016 pour une valeur d'entreprise de 710 millions de dollars.

* LDC (+0,9%). Le volailler a terminé l'exercice 2016-2017 avec un chiffre d'affaires de 3,58 MdsE (+2,9%), qui va lui permettre de réaliser une progression de son résultat opérationnel courant supérieur aux objectifs annoncés (de l'ordre de 5%). Le groupe a par ailleurs annoncé le rachat de Lionor (47 ME de CA) et de Couvoir Perrot (32 ME de CA, en cours de négociation).

VALEURS EN BAISSE

* Seule baisse vraiment significative sur le CAC40, Carrefour perd 2,7% à 21 Euros. Jusqu'ici à "neutre" sur le distributeur, UBS a dégradé ce vendredi sa recommandation à "vendre", tout en ramenant de 24,50 à 19,50 Euros son cours cible. Pour justifier sa décision radicale, le bureau de recherche helvétique pointe du doigt le contexte concurrentiel sur le marché français. UBS redoute une dégradation supplémentaire des marges du distributeur, compte tenu d'une guerre des prix qui fragilise ses positions. UBS entrevoit notamment de nouvelles pertes de parts de marché pour Carrefour sur les hypermarchés, format qui génère plus de la moitié des revenus du groupe, au profit des enseignes les plus offensives sur les prix, Leclerc et Lidl.

* Vivendi (-0,6%) a mis un terme à la "classe action" de 2002 en versant 26,4 M$ aux plaignants, soit environ un tiers du montant total de 78 M$, en ce compris les jugements déjà rendus. Cet accord se traduira par une reprise nette de provision d'environ 25 ME dans les comptes de l'exercice 2017 de Vivendi. La provision ayant été déduite fiscalement, cette reprise sera taxée en 2017. Cet accord est soumis à l'approbation finale du tribunal compétent. Pendant ce temps, les régulateurs italiens auraient le groupe dans le collimateur.

* Airbus (-1%). Le marché de l'aviation civile reste atone à l'issue du premier trimestre 2017, comme le montrent les chiffres publiés par Airbus. En mars, l'industriel a livré 62 appareils mais n'a engrangé que 22 commandes. Après trois mois en 2017, le solde de commandes nettes n'atteint que 6 appareils, car Airbus a engrangé 26 commandes mais a enregistré 20 annulations. Les livraisons sur trois mois, elles, sont plus normales, avec 136 avions remis à leurs propriétaires. La faiblesse des commandes est accentuée par la tenue cette année de la biennale du Salon du Bourget, du 19 au 25 juin, qui est traditionnellement l'occasion d'annoncer de gros contrats.

 
1 commentaire - Mi-séance Paris : les 5.100 points résistent
  • avatar
    Mdr -

    Avec une croissance économique pratiquement inexistante et un chomage a 10% ! Le saint des marchés travail a plein régime....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]