Mi-séance Paris : les arbitrages restent violents parmi les dernières publications

Mi-séance Paris : les arbitrages restent violents parmi les dernières publications©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 28 octobre 2016 à 12h00

LA TENDANCE

Il ne se passe toujours pas grand-chose pour l'indice CAC40 qui reprend quelques points à 4.542 points (+0,2%). L'indice de la bourse de Paris reste stable sur la semaine mais les variations de cours sont encore à chercher sur les sociétés qui publient leurs trimestriels et elles sont assez brutales. Aujourd'hui les gagnants sur le CAC40 sont Sanofi ou Saint-Gobain. Tout l'inverse de Gemalto et de Nokia qui reste en baisse. Wall Street a consolidé jeudi soir, après une nouvelle salve de résultats trimestriels, et malgré une belle actualité des fusions et acquisitions dominée par l'offre de Qualcomm sur NXP.

VALEURS EN HAUSSE

* Sanofi se distingue en tête du CAC40 ce vendredi, sur un gain de 6,4% à 73,3 Euros. Il faut dire que le laboratoire a relevé ses prévisions 2016 après avoir dévoilé des résultats en amélioration au troisième trimestre et supérieurs aux attentes du marché. La filiale américaine Genzyme et les vaccins ont soutenu le groupe pharmaceutique dont l'activité diabète pâtit toujours de la diminution des ventes du Lantus aux Etats-Unis. Sanofi s'attend désormais à une croissance du bénéfice par action de ses activités de 3% à 5% à changes constants en 2016 "sauf événements majeurs défavorables imprévus". Jusqu'à présent, le groupe tablait sur un bénéfice net par action "globalement stable" par rapport à celui de 5,64 euros enregistré en 2015.

* Eutelsat remonte de 8,5% à 19 Euros. Les investisseurs saluent le point trimestriel de l'opérateur satellitaire, lequel a fait ressortir des performances commerciales supérieures aux attentes. La croissance organique est ressortie à +0,7% là où le consensus attendait une baisse. Tous les objectifs ont été confirmés, ce qui en soi une bonne nouvelle après l'avertissement sur résultats lancé au printemps.

* Alten bondit de plus de 10% après avoir fait état d'une nouvelle forte croissance de l'activité au troisième trimestre. Le groupe vise une accélération de sa croissance organique à plus de 5,5% en 2016.

* Saint-Gobain s'adjuge 3,3% à 39,9 Euros. Le groupe a réalisé au troisième trimestre 2016 un chiffre d'affaires de 9,76 milliards d'euros, en croissance interne de 2,1%. Sur 9 mois, le chiffre d'affaires se situe à 29,3 milliards d'euros. Pour le quatrième trimestre, le groupe pense que l'activité en France continuera à bénéficier de la reprise de la construction neuve tandis que la rénovation ne montre pas encore de signes d'amélioration. Les autres pays d'Europe occidentale devraient poursuivre leur croissance, l'Amérique du Nord devrait progresser dans la construction tandis que les marchés dans l'industrie restent hésitants. En Asie et pays émergents, les activités devraient poursuivre leur bon niveau de croissance interne. Saint-Gobain confirme ses objectifs 2016 et anticipe pour le second semestre une amélioration du résultat d'exploitation à structure et taux de change comparables par rapport au second semestre 2015.

VALEURS EN BAISSE

* Gemalto chute de 11% sur les 50 Euros. Gemalto a confirmé vendredi sa prévision de marge pour cette année mais a réduit son objectif de résultat opérationnel pour 2017 en raison notamment des conditions difficiles pour ses activités dans le mobile. Le spécialiste français de la sécurité numérique a fait état d'un chiffre d'affaires de 753 millions d'euros pour le troisième trimestre, en repli de 1% à taux de change constants.

* Imerys perd 6% à 63 Euros malgré la confirmation de ses objectifs annuels et des résultats en amélioration sur neuf mois. La déception est sans doute à chercher du côté de la nouvelle baisse des revenus au troisième trimestre avec un recul de 2,5% en organique, après un repli de 2,2% au premier semestre, et une baisse des volumes de 3,2%.

* BNP Paribas cède 0,9% à 53 Euros. Alors que les comptes du troisième trimestre de BNP Paribas ont fait ressortir des profits supérieurs aux attentes - le bénéfice net s'est hissé à 1,89 MdE sur la période juin-septembre, comparé à 1,69 MdE escompté par le consensus -, le titre est à la peine. Au-delà des prises de bénéfices légitimes, ce repli s'explique par quelques ajustements de brokers. CM-CIC Securities a dégradé son opinion à "neutre" sur la banque, contre un précédent avis "acheter", tout en ne modifiant pas son objectif toujours fixé à 55 euros. Jefferies reste pour sa part à "conserver" en visant 52 euros. Le broker retient beaucoup de points positifs dans cette publication, que ce soient les revenus, la profitabilité et la solvabilité, mais pointe du doigt la pression négative sur la banque de détail en France, laquelle affiche un volume d'activité en baisse de 3,1%.

* Total recule de 1% à 44 Euros malgré la publication de résultats trimestriels supérieurs aux attentes grâce à la hausse de sa production. Le groupe pétrolier et gazier a fait état d'une baisse de 25% de son résultat net ajusté trimestriel à 2,070 milliards de dollars, contre 1,880 Md$ anticipé par le consensus. Le cash flow net du Groupe ressort à -594 M$ contre -571 M$ au troisième trimestre 2015, stable alors que le prix moyen des hydrocarbures a baissé de 11%, les marges de raffinage ont reculé de 53% et le groupe a finalisé plus d'acquisition au troisième trimestre 2016. La production d'hydrocarbures du groupe a progressé de 4% à 2,443 millions de barils par jour grâce à cinq projets majeurs en production. Total souligne également qu'il est en avance sur son programme de réduction des coûts, confortant son objectif d'une économie de quatre milliards de dollars en 2018.

 
1 commentaire - Mi-séance Paris : les arbitrages restent violents parmi les dernières publications
  • avatar
    cestlavie -

    il était inscrit que cette sa....ie ne dépasserai pas au mieux a la fin de l'année les 4500 points ... un point c'est tout ! tenez a propos d'un arbitrage je pensais naivement qu'il s'agissait d' un dédommagement ! mais pas du tout la casse boursière ou ils m'avaient attiré et il ne reste plus rien pour le prouver , le crime parfait exécuté l'escroquerie ayant prit une ampleur considérable sans autres solutions , un arbitrage "POUR SE RENDRE UTILE m'avait été proposé par ma banque adorée celui de reporter ce qui pouvait rester de mon blé sur un autre de leur placement pas mal rémunéré si ça pouvait me contenter ? mais ça ne me contentais pas du tout , a ce véritable compromis de marchand de tapis il avait été répondu "non merci" en d'autres termes n'était ce pas encore de la figure des gens se moquer ? a part ça l'arbitre a perdu son sifflet , sourds comme des pots muets comme des carpes ils sont comme frappés d'amnésie , sauf bien entendu quand il s'agi de droits de gardes ou de pénalités bancaires a payer etc , dans ces cas indiscutablement ils sont beaucoup plus réactifs ils ont tendance a donner un sérieux coup de surmultipliée , remarquez il faut bien renflouer tout ce qui a été paumé : avec la filiale Natixis perte de 2 milliards d'euros suite a une désastreuse aventure financière avec le rachat du rehausseur de crédit U.S. - CIFG : Natixis la filiale commune aux 2 banques sœurs qui composent actuellement le groupe B.P.C.E. + la perte de 751 millions d'euros provoquée par "l'erreur" d'un trader et oui peu importe la manière pour renflouer le navire , tous les moyens sont bons pour ramasser du blé !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]