Mi-séance Paris : les yeux rivés vers la BCE

Mi-séance Paris : les yeux rivés vers la BCE

bourse

Boursier.com, publié le jeudi 20 juillet 2017 à 12h00

LA TENDANCE

Le marché parisien se maintient dans le vert à la mi-journée, soutenu par les nouveaux records de Wall Street et alors que le rythme de publications d'entreprises accélère. Mais le regard des investisseurs est tourné vers Francfort où la décision de la BCE sur ses taux et son programme de rachat d'actifs est attendue à 13H45. Aucun changement majeur n'est anticipé mais le conseil des gouverneurs pourrait décider d'abandonner la référence à sa disposition à augmenter la taille ou la durée de son programme d'achat d'actifs. La conférence de presse de Mario Draghi à 14H30 sera à ce titre très suivie. A midi, le CAC40 progresse de 0,26% à 5.230 points.

ECO ET DEVISES

Les prix à la production sont restés stables en Allemagne en juin, après avoir reculé de 0,2% le mois précédent, et contre une baisse de 0,1% attendue par le consensus. En glissement annuel, les prix affichent une hausse de 2,4% après +2,8% en mai, précise Destatis.

Les ventes au détail britanniques ont fortement accéléré en juin, affichant une hausse annuelle de 2,9% après +0,9% au mois précédent. Le consensus tablait sur un rebond limité à 2,5%. Les ventes 'core' augmentent sur un an de 3% contre +2,5% de consensus. Les ventes de vêtements ont tiré les volumes vers le haut, à l'inverse des ventes de nourriture.

Sur les devises, l'euro se maintient face au dollar, à 1,1503$ entre banques. Le Brent pour livraison septembre s'échange autour des 49,7$ et le WTI est proche des 47,3$.

VALEURS EN HAUSSE

* Mersen (+8,7% à 32,6 euros), porté par le relèvement de ses objectifs annuels. Le groupe de spécialités électriques et de matériaux avancés anticipe désormais cette année une marge opérationnelle courante en progression de 80 à 130 points de base et une croissance organique de 3% à 5%. La firme prévoyait jusqu'à maintenant un chiffre d'affaires en croissance organique de 0 à 2% pour 2017, ainsi qu'une marge opérationnelle courante en croissance de 50 à 100 points de base.

* Ingenico (+7% à 88,3 euros), les investisseurs saluant la confirmation des objectifs annuels de la société et le rachat de la société suédoise Bambora auprès de Nordic Capital pour un montant total de 1,5 milliard d'euros. L'opération aura un impact relutif sur le bénéfice par action de 5% en 2018 (avant synergie et PPA). Les synergies sont, quant à elles, estimées à 30 ME à horizon 3 ans, assurant une relution de +13% sur le bpa. La confirmation des objectifs 2017 est rassurante et l'acquisition de Bambora assure à la fois de la relution des EPS et une moindre exposition structurelle aux Terminaux de paiement, affirme Oddo. Le broker juge par conséquent ces nouvelles positives. Oddo est "neutre" sur la valeur avec un objectif de cours de 92 euros. Gilbert Dupont, de son côté, a réitéré son opinion "Acheter" avec un TP de 100 euros...

* Soitec (+4% à 53,8 euros), alors que le groupe a annoncé un chiffre d'affaires consolidé de 69,6 ME pour le 1er trimestre de l'exercice 2017-2018, en hausse de 26% et de 22% à taux de change constants. Oddo reste à l'achat sur le dossier en visant un cours de 65 euros et en parlant de début d'exercice "très satisfaisant" avec une forte accélération de la croissance confirmée au T1 et un quasi doublement des ventes dans le 300mm. Le broker souligne le maintien des objectifs 2018 par la direction.

* Publicis (+2,4% à 65,4 euros), occupe la tête du CAC40 après avoir dévoilé un chiffre d'affaires trimestriel de 2,52 milliards d'euros, en croissance organique de 0,8%, traduisant une amélioration par rapport à la baisse de 1,2% observée en début d'année. En dépit de la faiblesse persistante des ventes, le groupe français est parvenu à améliorer sa marge de 20 points de base au premier semestre à 13,2%, la preuve selon le nouveau président du directoire Arthur Sadoun que les changements mis en oeuvre par son prédécesseur Maurice Lévy au cours des 18 derniers mois commencent à porter leurs fruits. Aucun commentaire n'a été fait sur l'objectif de marge 2018 et sur l'exercice 2017, la société mentionnant seulement qu'elle "s'attendait à ce que l'amélioration séquentielle de la croissance organique se poursuive au troisième trimestre", note Liberum. Le broker est à " conserver " sur la valeur avec un objectif de 65 euros.

* TF1 (+1,1% à 12 euros) après avoir obtenu le feu vert du Conseil supérieur de l'audiovisuel pour l'introduction de coupures publicitaires dans ses journaux télévisés. Le CSA a souligné que ces coupures publicitaires pourront être mises en place dans le respect du plafond de 12 minutes de publicité par heure. L'autorité de contrôle du secteur audiovisuel a en revanche rejeté la demande de TF1 qui souhaitait diminuer ses obligations de diffusion d'émissions d'information. Suite à cette annonce, Gilbert Dupont ajuste son objectif de 11,5 à 12 euros tout en restant à "accumuler" sur la valeur. Le groupe bénéficie encore de leviers opérationnels identifiés à savoir des revenus additionnels issus du marché francophone et une accélération de la réduction de ses coûts opérationnels. Toutefois, les ratios 2018-2019 deviennent plus exigeants et affichent une prime moyenne sur les VE/EBIT de 15% comparé au secteur Europe...

VALEURS EN BAISSE

* HighCo (-11% à 5,76 euros), sanctionné après son avertissement sur résultats. Suite à un deuxième trimestre plus faible qu'escompté ainsi qu'aux perspectives attendues sur le second semestre, la direction a indiqué ne plus viser qu'une croissance de la marge brute supérieure à 1% contre plus de 4% espéré précédemment. Grâce à une bonne maîtrise de ses coûts, l'objectif d'une amélioration de la marge opérationnelle ajustée supérieure ou égale à 50 points de base est maintenu. Suite à cette publication décevante, et afin de tenir compte d'une dynamique de croissance moins soutenue, Oddo revoit ses estimations de résultats et réduit son cours cible d'un euro à 6,5 euros. Au regard du ralentissement du Digital (principal relais de croissance du groupe) et la poursuite du repli des activités traditionnelles, et dans l'attente d'une meilleure visibilité sur l'activité, le broker opte également pour une vision plus prudente à court terme et dégrade le titre à "neutre"

* Air France KLM (-4% à 12,9 euros), pénalisé par la prudence d'easyJet. La compagnie a par ailleurs dévoilé le nom de sa future compagnie à coûts réduits. Jusqu'ici connu sous le nom de 'Boost', Joon proposera à partir de l'automne des vols moyen-courriers au départ de Paris-Charles de Gaulle, puis des vols long-courriers à l'été 2018. Elle doit exploiter à coûts réduits de 15% à 18% des lignes actuellement déficitaires du transporteur national. Une petite trentaine d'appareils sera dédiée à ce service, dont des A350 flambant-neuf à partir de 2020 (10) et des monocouloirs A320 et A321 pour démarrer (18).

* Rémy Cointreau (-2,3% à 101,4 euros). Le groupe de spiritueux a pourtant fait état d'une très forte accélération de sa croissance organique au premier trimestre de son exercice décalé, porté par un bond en avant des ventes de son cognac Rémy Martin en Chine. Mais la valorisation est très élevée...

 
2 commentaires - Mi-séance Paris : les yeux rivés vers la BCE
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]