Mi-séance Paris : prudence pour le "May Day"

Mi-séance Paris : prudence pour le "May Day"©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 17 janvier 2017 à 12h00

LA TENDANCE

Deuxième séance d'assez net repli pour le marché parisien à la mi-journée. A midi, le CAC40 recule de 0,67% à 4.850 points alors que les investisseurs attendent prudemment le discours que doit prononcer la Première ministre britannique Theresa May pour détailler les douze priorités des négociations relatives à la sortie de l'Union européenne. Selon les premiers éléments rendus disponibles, c'est la ligne dure qui a été retenue, puisque la dirigeante britannique a d'ores et déjà affirmé qu'elle ne souhaitait pas pour son pays un statut de membre partiel... Coté valeurs, Bureau Veritas, victime d'une dégradation d'analyste souffre, tout comme Alstom, dont la publication trimestrielle n'a pas séduit.

VALEURS EN HAUSSE

* Catana Group (+27,3% à 0,7 euro) après avoir doublé ses ventes au cours des trois premiers mois de son exercice 2016-2017. La société a enregistré un chiffre d'affaires de 10,2 ME sur son premier trimestre fiscal, en hausse de 106% par rapport à la même période de l'an dernier. Cette montée en puissance, essentiellement portée par le segment Bateaux neufs confirme les anticipations du groupe et ancre avec succès le repositionnement initié voici deux ans. Fort d'un carnet de commandes fourni et conformément à sa feuille de route, Catana Group peut d'ores et déjà anticiper une croissance de plus de 30 % de ses ventes de bateaux neufs pour l'exercice en cours, compartiment désormais principal de son activité (75%).

* Solutions 30 (+2,5% à 14,2 euros) au lendemain de l'annonce du rachat de 51% du capital de la société allemande ABM Communication, avec l'option d'acquérir le solde du capital dans un délai de 4 ans. Créée en 2003, ABM Communication a réalisé un chiffre d'affaires de 12 millions d'euros en 2016, avec un effectif de 150 personnes. La société, basée dans la région de Stuttgart, intervient dans le déploiement de solutions pour l'internet à très haut débit auprès d'acteurs de référence.

* AccorHotels (+1,2% à 38,5 euros). Le projet Booster est sur de bons rails. La société a communiqué une valeur d'actifs brute au 31 décembre 2016 du portefeuille Booster, qui correspond à la quasi-totalité du parc en propriété et location d'HotelInvest, à l'exception d'Orbis, de 6,6 milliards d'euros. Le groupe est entré en discussion avec plusieurs investisseurs et vise toujours une clôture de l'opération avant l'été 2017.

* Engie (+0,6% à 11,7 euros). Le groupe va céder Elengy à une autre de ses filiales, GRTgaz, afin de renforcer la position de l'acquéreur dans le GNL. La transaction maintiendrait l'actionnariat existant de GRTgaz (75% Engie, 25 % SIG) après augmentation de capital réservée à SIG et apport des titres détenus par Engie, et réduirait la dette nette d'Engie de 200 ME. Elengy est le 2ème plus grand opérateur européen de terminaux GNL.

VALEURS EN BAISSE

* Innate Pharma (-3,7% à 14,6 euros) : Goldman Sachs a réduit d'acheter à neutre sa recommandation sur la valeur en dépit d'un objectif de cours relevé de 17 à 18 euros.

* Alstom (-2,8% à 25,6 euros) : après un niveau de commandes record au second trimestre fiscal, la tendance s'est révélée un peu moins favorable pour Alstom sur le troisième trimestre de son exercice clos le 31 mars, soit la période allant d'octobre à décembre. Mais de gros contrats ont été annoncés début 2017 et les objectifs 2020 sont confirmés.

* Bureau Veritas (-2,6% à 18,2 euros). Le Credit Suisse est à l'origine de cette pression baissière puisque la banque helvète a dégradé la valeur de "surperformance" à "sousperformance" tout en réduisant sa cible de 20 à 17 euros. Le CS a en fait dégradé l'ensemble du secteur de la certification alors que des vents contraires pèsent sur la croissance à court terme, que le commerce international pourrait être perturbé par le contexte géopolitique, et que les valorisations relatives sont relativement tendues.

* Peugeot (-1,5% à 16,6 euros). Sur qui s'abattra le couperet de la justice après Renault dans l'affaire du "dieselgate" ? Car il s'abattra à nouveau, a laissé entendre la ministre de l'écologie Ségolène Royal, qui ne veut pas interférer dans le travail de la justice mais a précisé que d'autres constructeurs pourraient être inquiétés. Citroën par exemple ? 'Le Parisien Aujourd'hui en France' révèle que des tests réalisés sur la C4 Cactus tendraient à démontrer que le véhicule émettrait beaucoup trop d'oxydes d'azote (NOx) en situation de conduite réelle. Le vice-président du groupe, Christian Chapelle, devrait être à Milan ce matin pour tenter d'obtenir du laboratoire qui a réalisé les tests quelques éclaircissements.

* Rémy Cointreau (-1,2% à 81,1 euros). A deux jours de la publication des comptes du troisième trimestre 2016-2017 de la société, l'équipe d'analystes de Crédit Suisse abaisse ses estimations bénéficiaires et son sentiment sur le groupe de spiritueux. La recommandation passe de "surperformance" à "neutre", tandis que l'objectif de cours sur la valeur est ajusté de 84 à 82 euros. Pour le courtier helvétique, sir Rémy Cointreau bénéficie de solides fondamentaux, ceux-ci sont pris en compte dans la valorisation actuelle.

 
0 commentaire - Mi-séance Paris : prudence pour le "May Day"
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]