Ouverture Paris : hésitations en début de séance

Ouverture Paris : hésitations en début de séance

graphique bourse trader

Boursier.com, publié le vendredi 18 mars 2016 à 09h30

LA TENDANCE

L'indécision domine sur les marchés ce matin, l'indice parisien hésite et cède un peu de terrain (-0,25% à 4.430 points) après une ouverture en territoire positif. La place parisienne sousperforme Wall Street (+0,90% pour le Dow Jones hier), à cause de la remontée de l'euro face au dollar. Il faudra aussi se méfier des "sorcières" aujourd'hui : la journée dite des "quatre sorcières" est une séance particulière de bourse, qui a lieu le troisième vendredi des mois de mars, juin, septembre et décembre, au cours de laquelle arrivent à expiration les options et les contrats à terme sur indices et actions. Il en résulte d'importants volumes d'échanges additionnels. Ces journées ne sont pas forcément baissières mais elles sont synonymes de volatilité et d'incertitude.

WALL STREET

La Bourse américaine a inscrit une 5ème séance de hausse, jeudi, après le discours prudent de la Fed, qui annoncé mercredi un ralentissement du rythme de hausse de ses taux directeurs. Le Dow Jones et le S&P 500 sont désormais entrés en terrain positif depuis le début 2016, après avoir abandonné entre 8% et 9% sur les 6 premières semaines de l'année. Le prix du baril de pétrole WTI a flambé de 4,5%, franchissant le seuil des 40$ pour la première fois depuis début décembre.

Jeudi à la clôture, l'indice Dow Jones a progressé de 0,90% à 17.481 points à la clôture, tandis que l'indice large S&P 500 a avancé de 0,66% à 2.040 points, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs "technos" et "biotechs", a gagné 0,23% à 4.775 points. En Europe, l'indice EuroStoxx 50 a en revanche cédé 0,60%.

ECO ET DEVISES

Les prix à la production allemands ont reculé de 0,5% en février après avoir baissé de 0,7% le mois précédent, annonce l'office fédéral de la statistique. En glissement annuel, les prix affichent un repli de 3%, contre un déclin de 2,6% anticipé par les analystes.

Aux Etats-Unis, l'indice des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta (15h00) et l'indice du sentiment des consommateurs américains selon l'Université du Michigan (15h00) sont attendus. Par ailleurs, c'est la "journée des Quatre Sorcières" aujourd'hui, synonyme de volatilité avec l'arrivée à échéance de plusieurs types de contrats à terme.

La parité euro / dollar atteint 1,1315 ce matin. Le baril de Brent se négocie 41,50$ et le WTI 41,69$ pour l'échéance de mai. L'once d'or se traite 1.263$ (+0,4%).

VALEURS EN HAUSSE

* EDF (+0,15% à 9,78 Euros) : Les déclarations du ministre de l'économie Emmanuel Macron et du PDG de l'énergéticien Jean-Bernard Lévy rassurent les investisseurs. Les deux hommes ont rendez-vous à Bercy aujourd'hui pour avancer sur la stratégie d'EDF au Royaume-Uni et en France et pour aborder le nerf de la guerre : le financement du groupe.

VALEURS EN BAISSE

* LafargeHolcim (-1,60% à 37,80 Euros) : Eric Olsen, le directeur général, s'emploie depuis hier à convaincre les marchés que le cimentier est désormais en ordre de bataille, après une période délicate liée à la gestion de la fusion et à des marchés finaux moroses dans plusieurs régions. Ce matin, ce sont les colonnes du 'Figaro' qu'il a choisies pour enfoncer le clou. Olsen martèle à nouveau son message : "tout est maintenant en place", "l'essentiel de la mise en oeuvre de la fusion est derrière nous"... Pour le dirigeant, le nouveau groupe est "bien plus fort" que Lafarge et Holcim pris séparément.

* JCDecaux (-2% à 37,98 Euros) : Experion, plus connu sous son ancien nom CBS Outdoor, a finalement conservé le budget du métro de Londres, auquel postulait le français, le plus important du monde. Ce contrat de huit ans porte sur les espaces publicitaires de plus de 400 stations de métro qui totalisent plus de 30 millions de trajets quotidiens.

* DNXcorps (-8% à 4,50 Euros) : sanctionné au lendemain de la publication de ses comptes annuels. Le groupe a vu ses résultats se détériorer fortement l'an dernier. Le groupe ne donne pas d'indication sur les perspectives 2016.

* Marie Brizard Wine & Spirits (stable à 19 Euros) : la filiale française sort de son plan de redressement, après un remboursement anticipé. "La sortie du plan de redressement de notre filiale Marie Brizard Wine & Spirits France constitue la première étape de la sortie intégrale du plan de redressement de notre groupe qui devrait être effective dans les prochains mois", a précisé le directeur général Jean-Noël Reynaud.

 
0 commentaire - Ouverture Paris : hésitations en début de séance
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]