Ouverture Paris : le CAC40 désormais en direction des 4.700 points

Ouverture Paris : le CAC40 désormais en direction des 4.700 points

Un père-noël sur le "floor" du NYSE.

Boursier.com, publié le mercredi 07 décembre 2016 à 09h30

LA TENDANCE

Le dépassement du niveau sur lequel butait le CAC à 4.600 points hier, à la faveur d'une franche hausse, semble avoir libéré un nouveau potentiel haussier sur le marché parisien désormais sur ses plus hauts annuels. Le marché poursuit en effet sa progression ce matin, et s'adjuge plus de 1% à 4.680 points. Un marché qui n'est pas perturbé par des éléments macro-économiques aujourd'hui, alors que la BCE ne se réunit que demain et les investisseurs tablent sur la poursuite du programme de rachats pratiqué à coups de 80 MdsE par mois sur le marché obligataire et même sur sa possible prolongation au-delà du premier trimestre 2017... Le marché est aussi aidé ce matin par l'information selon laquelle Rome pourrait demander 15 MdsE de prêt au Mécanisme européen de stabilité pour recapitaliser ses banques les plus en difficulté.

WALL STREET

Après un début de séance hésitant, la Bourse américaine a terminé mardi en légère hausse, permettant au Dow Jones de signer un nouveau record. L'espoir d'un sauvetage public de la banque italienne Monte dei Paschi a soutenu les bancaires aux Etats-Unis comme en Europe. Les cours du pétrole ont rechuté de 2% sur fond de doutes concernant la mise en oeuvre de la baisse de la production de l'Opep.

Mardi, l'indice Dow Jones a progressé de 0,19% pour finir à 19.252 points, signant donc un nouveau record historique, le 19ème depuis le début de l'année et le 11ème depuis l'élection de Donald Trump à la Maison Blanche. Le S&P 500 a gagné 0,34% pour terminer 2.212 pts, égalant presque son dernier record du 25 novembre à 2.213 pts, tandis que le Nasdaq Composite a gagné 0,45% à 5.333 pts.

ECO ET DEVISES

La hausse de la production allemande en octobre est décevante, puisqu'elle se limite à 0,3%, alors que le consensus tablait sur 0,8%. La variation de septembre a été corrigée de -1,8 à -1,6%. Hors énergie et construction, la croissance d'octobre été de 0,1%. Au sein de l'industrie, les biens d'équipement ont toutefois bénéficié d'une reprise de 0,5%, mais la production de biens intermédiaires s'est contractée dans les mêmes proportions. La construction (+1,7%) affiche une évolution opposée à l'énergie (-0,5%).

Aux Etats-Unis, le rapport JOLTS concernant les ouvertures de postes (16h00), le rapport hebdomadaire du Département à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques (16h30) et les chiffres du crédit à la consommation (21h00) sont en vue.

La parité euro / dollar atteint 1,0722 ce matin. Le baril de Brent se négocie 53,65$ et le WTI 51,69$ pour l'échéance de février. L'once d'or se traite 1.168$ (-0,1%).

VALEURS EN HAUSSE

* Essilor (+0,05% à 100,20 Euros) : Laurent Vacherot va prendre du poids chez Essilor. L'actuel directeur général adjoint va devenir directeur général délégué auprès du PDG Hubert Sagnières. Le changement n'est pas uniquement sémantique : Vacherot va assumer la conduite opérationnelle de la société. "L'ensemble des responsables opérationnels lui rapporteront directement", explique le numéro un mondial de l'optique ophtalmique, qui est en pleine diversification.

* Crédit Agricole (+1% à 11,39 Euros) : Bruxelles s'apprête à sanctionner les trois banques qui ont refusé en 2013 de signer un arrangement dans l'affaire de manipulation des taux Euribor, a révélé hier soir le 'Financial Times'. Des informations qui vont dans le sens des rumeurs récentes, laissant entendre que l'antitrust dégainerait sa sanction avant la fin de l'année concernant Crédit Agricole, HSBC et JP Morgan. Les informations obtenues par le 'FT' laissent penser que les amendes se situeraient entre quelques dizaines et quelques centaines de millions d'euros, mais plutôt dans la zone des 100 à 300 ME que dans la frange supérieure.

* Airbus (+1,20% à 60,13 Euros) : le groupe et ses alliés auraient décroché le gros contrat de renouvellement de la flotte d'avions de patrouille et de sauvetage mis en jeu par les autorités canadiennes, aux dépens de Leonardo. Les informations du 'National Post' laissent entendre que le C-295 a supplanté le C-27J dans cet appel d'offres évalué à 3 milliards de dollars canadiens (environ 2,1 milliards d'euros).

* Faurecia (+2% à 35,08 Euros) : l'équipementier automobile est entré en négociations exclusives avec Parrot pour la reprise de Parrot Automotive. Dans un premier temps, Faurecia prendrait 20% des parts, sur la base d'une valeur d'entreprise de Parrot Automotive de 100 ME, et souscrirait à une obligation Parrot convertible en actions Parrot Automotive existantes à compter de l'année 2019, dont l'exercice lui permettrait de prendre le contrôle de la filiale.

* Derichebourg (+0,60% à 3,25 Euros) : le groupe a enregistré sur l'exercice 2015-2016 une marge d'EBITDA en légère hausse mais un recul du résultat opérationnel de -22% à 41,8 ME. Le résultat net est divisé par deux à 12,9 ME. Un dividende de 0,02 euro sera proposé. Le début du nouvel exercice se passe bien et bénéficie d'une base de comparaison aisée.

VALEURS EN BAISSE

* Orange (-0,10% à 13,41 Euros) : en 2008, l'Etat imposait un redressement fiscal de près de 1,9 MdE à l'opérateur. Malgré ses contestations en justice, la société avait dû s'acquitter de mauvaise grâce de cette somme en 2013. Mais hier, le Conseil d'Etat a donné raison à l'opérateur, et a annulé la décision de la Cour administrative d'appel, qui va devoir ré-examiner l'affaire.

 
1 commentaire - Ouverture Paris : le CAC40 désormais en direction des 4.700 points
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]