Ouverture Paris : le CAC40 incapable de rebondir

Ouverture Paris : le CAC40 incapable de rebondir

Janet Yellen hilare

Boursier.com, publié le mardi 09 février 2016 à 09h30

LA TENDANCE

Les investisseurs tentent de se remettre du coup de grisou enregistré hier sur le Marché parisien (-3,20%) et la performance de Tokyo ce matin n'incite pas à l'optimisme (-5,08%). La tendance est là depuis le début 2016 : les marchés actions broient du noir. Le CAC40 qui s'est testé en territoire positif en début de séance fléchit de nouveau peu avant 9h30, reculant de -0,20% à 4.055 points. A ce stade, le seuil symbolique des 4.000 points n'est pas encore attaqué... Les valeurs bancaires constituent les cibles privilégiées des vendeurs, en raison de la dégradation de la situation économique ou de leur exposition, pour certaines, aux acteurs pétroliers. Demain, la Fed américaine pourrait rassurer les marchés. Janet Yellen, la patronne de la banque centrale américaine doit intervenir publiquement pour la première fois depuis la fin 2015. Elle est auditionnée par la Chambre des représentants demain et le Sénat jeudi. Il sera sans doute question de savoir si la Fed va poursuivre comme prévu son cycle de resserrement monétaire, ou si les conditions actuelles sont telles qu'il convient de faire une pause.

WALL STREET

La semaine a commencé dans le rouge à Wall Street, comme en Europe, les investisseurs s'inquiétant d'un ralentissement de l'économie mondiale, de la rechute des cours du pétrole, ainsi que des incertitudes concernant la politique de la Réserve fédérale américaine. Les valeurs financières ont été particulièrement maltraitées.

Lundi à la clôture, l'indice Dow Jones a perdu 1,1% à 16.027 points, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 1,42% à 1.853 points, finissant son plus bas niveau depuis 2014. Quant au Nasdaq composite, riche en valeurs "technos" et "biotechs", il a reculé de 1,82% pour finir à 4.284 points. En séance, les trois indices avaient cependant perdu entre 2% et 3% avant de réduire légèrement leurs pertes.

ECO ET DEVISES

La production industrielle allemande de décembre est extrêmement décevante, puisqu'elle se contracte de -1,2%, alors que les économistes anticipaient en moyenne un rebond de 0,5%. Sur un an, elle chute de -2,2%. En parallèle, les services statistiques ont annoncé des chiffres inférieurs aux attentes pour la balance commerciale, avec une contraction de -1,6% à la fois pour les importations et les exportations. La balance commerciale britannique de décembre sera annoncée à 10h30. Aux Etats-Unis, l'étude JOLTS sur les ouvertures de postes en décembre (16h00 : consensus 5.413) sera suivie des stocks et ventes de grossistes de décembre (16h00 : consensus -0,2% et -0,4% m/m respectivement).

La parité euro / dollar atteint 1,1207 ce matin. Le baril de Brent se négocie 33,01$ et le WTI 31,89$ pour l'échéance d'avril. L'once d'or se traite 1.192$ (+0,3%).

VALEURS EN HAUSSE

* Sanofi (+0,35% à 70,16 Euros): le groupe a publié ce matin ses résultats 2015 mitigés, car si les revenus, le résultat opérationnel et le dividende sont ressortis un peu courts, le bénéfice net par action est un peu plus élevé que prévu. Le laboratoire a confirmé que 2016 sera une année de transition, qui se soldera par une stabilité des résultats.

* Engie (+1% à 14,06 Euros) : le groupe va fermer sa centrale de Rugeley (Staffordshire), dans le centre de l'Angleterre, au début de l'été prochain. Il a dû prendre cette décision à cause de la détérioration des conditions sur le marché britannique des centrales à charbon, dont les perspectives ne sont pas prêtes de s'améliorer. La centrale de 1.000 MW est opérationnelle depuis 1970. Elle est détenue à 75% par Engie et 25% par le japonais Mitsui.

* L'Oreal (+1,30% à 151,95 Euros) : Selon nos informations, Natixis est passé à l'"achat" sur le dossier tout en rehaussant son objectif de cours de 161 à 170 euros. Les solides fondamentaux de L'Oréal (récurrence des résultats, qualité du profil de risque et équilibre de son mix) méritent que le titre retrouve sa prime historique (sur 5 ans) par rapport aux staples. Une meilleure optimisation du bilan serait un plus mais à ce niveau de valorisation relative, un tel catalyseur n'est pas nécessaire, estime la banque.

* LafargeHolcim (+0,35% à 32,61 Euros) : le groupe a reçu le feu vert des autorités pour céder la totalité de Lafarge India. Un processus de vente a été relancé. Le groupe restera présent sur place via ACC et Ambuja Cements.

* Scor (+1% à 29,55 Euros) : a dévoilé le bilan de ses renouvellements au 1er janvier. Le réassureur fait état d'une rentabilité technique "attendue quasi stable par rapport à janvier 2015", tandis que les primes brutes sont en hausse de 2% à 3 milliards d'euros. Le ratio combiné net 2016 est attendu proche de 94%, si le niveau de sinistralité demeure dans la norme.

VALEURS EN BAISSE

* Technip (-0,30% à 42,54 Euros) : le groupe a décroché un contrat à prix forfaitaire auprès de Deep Gulf Energy III, pour le développement des champs South Santa Cruz et Barataria, situés en eaux ultra profondes dans le Mississippi Canyon (golfe du Mexique), au large de la Nouvelle-Orléans, à environ 2.000 mètres de profondeur.

* Gecina (-1,10% à 108,55 Euros) : la foncière va céder son patrimoine d'immobilier de santé à Primonial REIM, à l'issue du processus de sélection lancé l'année dernière. Le montant de la transaction atteint 1,35 milliard d'euros acte en mains, soit un taux de rendement net de 5,9% et une prime de l'ordre de 16% sur les expertises au 30 juin dernier.

 
0 commentaire - Ouverture Paris : le CAC40 incapable de rebondir
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]