Ouverture Paris : les 4.600 points restent infranchissables

Ouverture Paris : les 4.600 points restent infranchissables©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 06 décembre 2016 à 09h29

LA TENDANCE

Le marché parisien pointe en léger repli ce mardi matin après le rebond de 1% enregistré hier. La démission du gouvernement Renzi après le "non" au referendum constitutionnel italien n'aura pas semé le chaos sur les places boursières. Dans la tradition des derniers événements couperets (Brexit, Election de Donald Trump...), l'inverse de ce qui était attendu s'est produit... Mais alors que Wall Street enchaîne les plus hauts historiques, le CAC40 ne parvient toujours pas à franchir la barre des 4.600 points. Après 30 minutes d'échanges, l'indice phare parisien cède 0,18%, à 4.566 points. La BCE servira peut-être de déclic jeudi. Si l'Institution ne devrait pas modifier ses taux, le discours de Mario Draghi sera très attendu dans le domaine de la poursuite de la politique de soutien économique et bien évidemment sur le dossier italien.

ECO ET DEVISES

En Europe, les commandes aux usines allemandes se sont envolées de 4,9% entre septembre et octobre, selon les statistiques publiées ce matin par Destatis. Une hausse très supérieure à ce qui était attendu, puisque le consensus misait sur 0,6% de progression, après -0,3% sur le mois précédent. La nouvelle lecture du PIB du 3ème trimestre en zone euro est attendue à 11h00. Aux Etats-Unis, place à la balance commerciale (14h30), à la productivité trimestrielle (14h30) et aux commandes industrielles (16h00).

La parité euro / dollar atteint 1,0757 ce matin. Le baril de Brent se négocie 54,53$ et le WTI 52,33$ pour l'échéance de février. L'once d'or se traite 1.172$ (+0,2%).

VALEURS EN HAUSSE

* Genfit (+11% à 21,6 euros). Revoilà les bruits de couloir sur Genfit ! L'agence Bloomberg a appris d'une bonne source que la société nordiste travaillait avec ses conseils à plusieurs scénarios, dont une vente. En mars 2015, Bloomberg avait déjà fait état de rumeurs de négociations, alors que le dossier pesait 1,4 milliard d'euros en bourse après avoir bondi de 50% en quelques semaines. La pente s'est depuis inversée et la capitalisation de Genfit a fondu de 38% depuis le début de l'année, pour atteindre 608 millions d'euros.

* Celyad (+4,7% à 19,78 euros). A l'origine de ce flux acheteur, des nouvelles encourageants sur l'essai de phase I CAR-T NKR-2. Des données positives présentées lors du congrès de l'ASH (société américaine d'hématologie), aux Etats-Unis, ont démontré la sécurité du candidat médicament, notamment eu égard à l'absence de syndrome de relargage de cytokines et de décès lié à des problèmes de neurotoxicité, d'auto-immunité ou d'autres complications.

* Rexel (+2,25% à 15,5 euros). Selon nos informations, Citi est passé à l'"achat" sur la valeur.

* Engie (+1,9% à 11,7 euros). HSBC a rehaussé de "neutre" à "achat" sa recommandation sur la valeur, en visant 13,60 euros contre 15,50 euros précédemment.

* Société Générale (+1,8% à 41,6 euros). Morgan Stanley est passé de "pondération en ligne" à "surpondérer" sur la banque rouge et noire, revalorisée de 43,80 à 49,20 euros.

* Beneteau (+0,4% à 12,6 euros). A l'occasion de l'ouverture du salon nautique de Paris, Gilbert Dupont a organisé hier un roadshow où il a notamment rencontré Christophe Caudrelier, CFO de Bénéteau. Suite à ce rendez-vous, le broker réitère son conseil "accumuler" sur le titre et rehausse son cours cible de 11,5 à 13,5 euros. GD a abaissé son béta considérant que le profil de risque de la valeur est désormais moins élevé qu'auparavant étant donné que le plan de structuration de la société semble bien avancé, que l'environnement de marché est globalement positif et que la courbe d'expérience du nouveau management croît.

VALEURS EN BAISSE

* Sanofi (-2,1% à 74,5 euros). Le laboratoire serait bien dans la course pour un rachat d'Actelion, selon les informations obtenues par Bloomberg, qui avait déjà éventé fin novembre les ambitions de Johnson & Johnson sur le numéro trois suisse de la pharmacie, ambitions confirmées depuis. Le laboratoire français est régulièrement cité comme étant un prédateur dans le secteur, ce qui fait que son nom revient quasiment à chaque épisode de rumeur. Sanofi aurait fait part de son intérêt informel aux dirigeants d'Actelion. J&J, dont la proposition initiale avait été retoquée par la biotech suisse, serait revenu à la charge avec une proposition améliorée.

* Total (-1,4% à euros). La Deutsche Bank a dégradé la valeur à "neutre".

 
1 commentaire - Ouverture Paris : les 4.600 points restent infranchissables
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]