Ouverture Paris : les marchés restent sous pression...

Ouverture Paris : les marchés restent sous pression...©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 18 mai 2017 à 09h30

LA TENDANCE

Le CAC40 a subi une séance de nette prises de bénéfices hier, ce qui ne lui était plus arrivé depuis quelques temps. Une baisse motivée par la nouvelle controverse concernant les liens de Donald Trump avec la Russie et les services secrets américains. Le terme "destitution" a fait son apparition et ses conséquences, en premier lieu l'abandon du programme économique de Donald Trump, ont motivé les craintes des investisseurs lors de la séance d'hier. Wall Street en a fait les frais. Le CAC40 reste sous pression ce jeudi matin avec une ouverture en légère baisse autour de 5.315 points. La volatilité, qui était tombée ces derniers temps au plus bas depuis plus de 20 ans, s'est redressée de façon spectaculaire... De quoi faire passe au second plan la nomination du gouvernement français hier, même si l'arrivée de Nicolas Hulot à l'Ecologie a fait tiquer le titre EDF qui a chuté de plus de 6% hier. Ce matin l'action rebondit modestement sous l'effet de rachats à bon compte, mais sans grande conviction...

WALL STREET

Mercredi soir, l'indice Dow Jones a plié de 1,78% à 20.606 pts, tandis que l'indice large S&P 500 a lâché 1,82% à 2.357 pts, et que le Nasdaq Composite, riche en valeurs technos et biotechs, a dégringolé de 2,57% à 6.011 pts, au lendemain d'un record historique. Les trois indices ont ainsi signé leurs pires séances en pourcentage depuis l'élection de Donald Trump, il y plus de six mois. La volatilité, mesurée par l'indice VIX (aussi appelé "indice la peur"), a fait un bond de 18% pour remonter à 13,41, après être tombé sous la barre des 10, le 8 mai dernier, au plus bas depuis 24 ans. En Europe, l'EuroStoxx 50 a abandonné mercredi 1,6% à la clôture.
Dès mardi soir, la presse américaine a révélé que le président américain aurait tenté de faire pression sur James Comey, l'ex-directeur du FBI qu'il limogé le 9 mai dernier, en lui suggérant d'interrompre une enquête sur son ex-conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn. L'ancien directeur du FBI a ainsi livré au 'New York Times' la retranscription d'une conversation pendant laquelle Donald Trump l'aurait encouragé à abandonner son enquête sur Flynn en lui disant : "c'est quelqu'un de bien. J'espère que vous pourrez laisser tomber".
Ces propos pourraient être interprétés comme une tentative d'entrave à une enquête du FBI, ce qui est une infraction grave. La Maison-Blanche a catégoriquement contesté cette version des faits, mais la position de Donald Trump paraît de plus en plus fragilisée.
En début de semaine, M. Trump avait déjà créé un choc dans la classe politique américaine en divulguant des informations classifiées au ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov lors de leur rencontre le 10 mai dernier. Le président s'est justifié sur Twitter en estimant qu'il avait le droit de partager avec la Russie des informations concernant les risques terroristes...

ECO ET DEVISES

Sur le marché des changes, le dollar a poursuivi sa glissade, propulsant l'euro au plus haut depuis plus de 7 mois, à plus de 1,1150$. L'indice du dollar, qui mesure son évolution face à un panier de 6 devises internationales, a cédé mercredi 0,7% à 97,43, au plus bas du 4 novembre, 4 jours avant l'élection de Trump. Le billet vert a abandonné 5,6% depuis son pic de décembre dernier, où l'avait propulsé l'espoir de réformes susceptibles d'accélérer la croissance des Etats-Unis...
Les investisseurs se sont rués sur les valeurs refuges, à commencer par les obligations, faisant chuter les taux (qui évoluent en sens inverse des cours). Mercredi soir, le rendement de l'emprunt d'Etat américain (T-Bond) à 10 ans a plongé de 11 points de base pour revenir à 2,22% contre 2,33$ mardi. Autre valeur-refuge, l'or a bondi de 2% à 1.261$ l'once sur le Comex (contrat à terme de juin). Le métal jaune a repris 3,7% depuis le 9 mai, date du limogeage du patron du FBI par Donald Trump.
Dans ce contexte chahuté, le pétrole a lui aussi tiré son épingle du jeu, soutenu par une baisse des stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis, et avant une réunion de l'Opep, la semaine prochaine à Vienne. Le baril de "light sweet crude" pour livraison juin pointe en hausse de 0,8%, à 49$ sur le New York Mercantile Exchange. Le baril de Brent de mer du Nord progresse à 52$.
Les investisseurs tablent sur une reconduction pour 9 mois, jusqu'en mars 2018, de l'accord de réduction de la production pétrolière de l'Opep et ses alliés, lors de la réunion du 25 mai à Vienne. Lundi, l'Arabie Saoudite, principal producteur de l'Opep, et la Russie (non-membre du cartel) ont annoncé qu'ils s'étaient accordés pour réduire leur production jusqu'en mars 2018.

VALEURS EN HAUSSE

* EDF (+2% à 9,02 Euros) : Le Conseil d'Administration du Groupe EDF a approuvé la création de la société Edvance. Elle conclut le rapprochement des ingénieries d'EDF et d'Areva NP. "Il s'agit d'un jalon essentiel dans la refondation de la filière nucléaire française annoncée en juin 2015", explique le groupe. Edvance prendra en charge les projets de conception (basic design) et de réalisation (études, assistance à l'approvisionnement, montage et mises en service) d'îlots nucléaires et de contrôle commande des nouveaux réacteurs en construction, en France et à l'international. EDF détiendra 80% du capital de la société et Areva NP en détiendra 20%. Cette nouvelle entité est créée indépendamment de l'acquisition par EDF du contrôle exclusif de 'New Areva NP' programmée pour la fin de l'année 2017. La création d'Edvance conforte le rôle d'EDF en tant que chef de file de la filière nucléaire française. Areva NP se concentre sur son coeur de métier, à savoir la chaudière nucléaire. A ce titre, elle fournit le circuit primaire, les équipements, le contrôle commande de sûreté ainsi que l'instrumentation nucléaire et elle poursuit le développement de ses activités sur la base installée...

* Nanobiotix (+10% à 18,65 Euros) : annonce une première série de données cliniques issues de son programme en Immuno-Oncologie (IO), montrant que le produit NBTXR3 pourrait potentiellement transformer les tumeurs "froides" en tumeurs "chaudes". Laurent Levy, CEO de Nanobiotix a commenté :"La capacité à transformer des tumeurs froides en tumeurs chaudes est l'un des enjeux les plus importants de l'oncologie. Nos premières données cliniques semblent indiquer que NBTXR3 pourrait jouer un rôle majeur dans le monde de l'Immuno-Oncologie. Compte tenu de son mode d'action physique universel et de son bon profil de sécurité à long terme, NBTXR3 pourrait changer la donne dans le traitement de très nombreux cancers."

VALEURS EN BAISSE

* Iliad (-0,35% à 232,60 Euros) : Dans un contexte très concurrentiel, le Groupe Iliad a réalisé plus de 300.000 recrutements nets sur ses offres fixes et mobiles au 1er trimestre 2017. Iliad a enregistré une croissance de près de 7% de son chiffre d'affaires au 1er trimestre 2017, qui s'établit à 1.224 millions d'euros. FTTH : Accélération des raccordements avec près de 60.000 nouveaux abonnés sur le trimestre - Free 2ème opérateur FTTH 4G : 6,3 millions d'abonnés avec une consommation moyenne mensuelle 4G de 6 Go - Un réseau 4G couvrant plus de 80% de la population au 31 mars 2017. La 4G en illimité va devenir indispensable pour 3 Français sur 4 - Free est le 1er opérateur à inclure la 4G en illimité dans son forfait mobile à 15,99 euros pour les abonnés Freebox

* Elis (-2,40% à 19,51 Euros) annonce avoir remis à Berendsen une proposition améliorée de rapprochement des deux groupes en vue de créer "un leader pan-européen de la location-entretien d'articles textiles et d'hygiène", qui a été rejetée par le conseil d'administration de Berendsen. Le 12 mai dernier, le Conseil de Berendsen a rejeté l'offre initiale et a refusé d'engager des discussions avec Elis. Le 16 mai, Elis a remis à Berendsen l'Offre Améliorée, valorisant chaque action ordinaire Berendsen à 11,75 £, au 15 mai 2017, soit une prime d'environ 41 % par rapport au cours de l'action Berendsen à cette date. L'Offre Améliorée a été rejetée le jour même par le Conseil de Berendsen qui a refusé d'engager des discussions. En conséquence, Elis a jugé nécessaire de rendre publique l'Offre Améliorée afin que celle-ci puisse être considérée par les actionnaires de Berendsen. L'offre améliorée en numéraire et en titres adressée par Elis consiste en l'acquisition de chaque action ordinaire de Berendsen contre la remise de : 4,40 £ en numéraire ; et 0,426 action ordinaire nouvelle Elis. Sur la base du cours de clôture des actions ordinaires d'Elis à 19,99 Euros au 17 mai 2017 et d'un taux de change de 1 £ = 1,161 Euro, l'Offre Améliorée valorise chaque action ordinaire Berendsen à 11,73 £, soit une valeur de Berendsen d'environ 2,05 milliards £ pour la totalité du capital émis ou à émettre. L'Offre Améliorée représente un multiple implicite Valeur d'Entreprise / EBITDA 2016 ajusté de 7,2x et un multiple implicite Valeur des Fonds Propres / Résultat Net après Impôt 2016 de 19. Le groupe combiné dégagerait un chiffre d'affaires supérieur à 3 milliards d'euros et un EBITDA d'environ 960 millions d'euros, avec plus de 440 sites et des activités dans 28 pays.

* Saint-Gobain (-0,05% à 49,55 Euros) : le groupe a tenu hier une réunion dédiée à ses investisseurs et analystes, consacrée à la stratégie du Groupe. Depuis sa dernière "journée investisseurs" en 2013, le Groupe a poursuivi sa transformation : de solides progrès ont été réalisés dans plusieurs domaines et ont permis une nette amélioration de ses indicateurs financiers. Saint-Gobain entend poursuivre de manière active cette stratégie grâce à son positionnement spécifique et ses forces, en cohérence avec les besoins d'un monde en mouvement. Chacun de ses trois pôles contribue à l'accélération de la mise en oeuvre de la stratégie du Groupe.
L'accélération de la demande de solutions Saint-Gobain, l'environnement macro-économique en amélioration progressive pour chacun de nos marchés finaux et les résultats des différents plans d'action mis en oeuvre, devraient permettre au Groupe de croître plus rapidement que ses marchés.
Cette croissance se traduira par une amélioration de la marge et un accroissement de la génération de trésorerie. Saint Gobain entend pouvoir démontrer son potentiel d'amélioration de marge, grâce à des leviers opérationnels spécifiques à chaque pôle. A moyen terme, la marge d'exploitation pourrait atteindre 12 à 14% pour le Pôle Matériaux Innovants, 11 à 13% pour le Pôle Produits pour la Construction et 4,5 à 5,5% pour le Pôle Distribution Bâtiment. Le Groupe révise à la hausse le montant et la durée de ses programmes d'économies de coûts grâce au déploiement de l'Industrie 4.0, ainsi qu'aux opportunités liées à la transformation digitale dans ses différents métiers. Sur la période 2017-2020, le montant des économies de coûts devrait atteindre au moins 1,2 milliard d'euros, ce qui correspond à un allongement et un accroissement du programme de 800 millions d'euros annoncé initialement pour la période 2016-2018.
La discipline financière continuera à être un axe prioritaire, avec des investissements contenus à environ 4% du chiffre d'affaires à moyen terme, c'est-à-dire en dessous de leur niveau historique, un niveau de besoin en fonds de roulement durablement inférieur à 30 jours, un contrôle rigoureux des charges hors exploitation, ainsi qu'un effort permanent d'optimisation des charges financières, qui seront en baisse en 2017 pour s'établir à moins de 500 millions d'euros.
L'optimisation du portefeuille d'activités sera une des clés de la création de valeur pour Saint-Gobain sur la période 2017-2020. Le rythme des acquisitions devrait s'accélérer, avec des acquisitions de taille petite et moyenne pour un montant total en hausse à 2 milliards d'euros sur les quatre prochaines années. Elles permettront de créer rapidement de la valeur. Le projet d'acquisition du contrôle de Sika demeure prioritaire : Saint-Gobain reste confiant et déterminé à finaliser ce projet, en parfait alignement avec la famille Burkard. Les cessions d'activités non-stratégiques représenteront un total d'au moins 1 milliard d'euros entre 2017 et 2020, en ligne avec la volonté permanente du Groupe d'optimiser son portefeuille...

* AB Science (-5,10% à 11,14 Euros) : Le CHMP (Committee for Human Medicinal Products) a adopté un avis négatif pour l'enregistrement du masitinib d'AB Science dans le traitement de la mastocytose systémique sévère indolente réfractaire aux traitements symptomatiques administrés à l'optimal chez l'adulte. Cette décision est principalement motivée par des écarts dans le respect des bonnes pratiques cliniques (BPC), observés durant l'inspection. Le CHMP a questionné la fiabilité des résultats de l'étude, dans la mesure où une inspection de routine des bonnes pratiques cliniques (BPC) effectuée sur les centres cliniques de l'étude a révélé des écarts importants dans la façon dont l'étude avait été menée. Ainsi, des modifications importantes ont été apportées au protocole de l'étude alors que l'étude était en cours, ce qui a rendu difficile l'interprétation des résultats. Les données de tolérance du produit étaient limitées et des questions ont été soulevées concernant les effets secondaires du produit, notamment les neutropénies (faible taux de globules blancs) et les effets nocifs du produit sur la peau et le foie, plus importants dans la mesure où le produit était administré à long terme. "AB Science a mis en place les actions afin de corriger ces écarts liés aux BPC", explique la société. AB Science va demander un réexamen du dossier en demandant l'opinion d'un groupe consultatif scientifique (SAG) afin d'évaluer la balance bénéfice-risque du produit.

 
2 commentaires - Ouverture Paris : les marchés restent sous pression...
  • avatar
    pigeonxxl38 -

    pas de doute pour moi l'effet final qui fait et qui fera mal sera la "Caisse d'Epargne" de malfaisants voleurs actifs : jamais ! de malfaisants receleurs réactifs : toujours !

  • avatar
    GP24 -

    L'effet Philippe continue surtout depuis que le complément est arrivé : Lemaire Bayrou et consorts.....

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]