Malus auto : un surcoût de 121 millions d'euros en 2018

Malus auto : un surcoût de 121 millions d'euros en 2018©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 19 octobre 2017 à 09h14

C'est désormais une tradition et 2018 n'échappera pas à la règle. L'an prochain, le barème du malus automobile sera à nouveau durci.

Comme en 2017, le tarif débutera à 50 euros. Mais l'entrée se fera dès 120g de CO2 par km et non plus à partir de 127g. La ponction augmentera ensuite gramme par gramme (comme cette année). A 140g, il faudra par exemple débourser 1.050 euros, contre 473 euros actuellement.

En haut de tableau, la taxe maximale sera appliquée à compter de 185g. Elle s'élèvera à 10.500 euros. A titre de comparaison, le tarif le plus élevé est aujourd'hui de 10.000 euros pour les véhicules émettant au moins 191g de CO2 par km.

388 millions d'euros

Au total, Bercy espère des recettes annuelles de 388 millions d'euros en 2018, contre 347 millions d'euros en 2017. Estimer que le surcoût du nouveau barème sera de quelque 40 millions d'euros serait toutefois faux.

De fait d'année en année, le parc soumis au malus diminue. Et les véhicules qui entrent dans le champ de la mesure émettent également moins de CO2. Ainsi un maintien du barème actuel n'aurait pas permis de maintenir les recettes à leur niveau de 2017.

Par rapport à un barème inchangé, Bercy estime donc que la nouvelle grille permettra à l'Etat d'encaisser 121 millions d'euros de recettes complémentaires.

Financer les aides aux véhicules propres

Comme chaque année, le gouvernement espère bien entendu atteindre l'équilibre entre ces recettes et les dépenses d'aide à l'acquisition de véhicules propres, désormais recentrées sur les véhicules électriques, avec un bonus de 6.000 euros.

Le malus servira aussi à financer la prime à la conversion des véhicules diesel d'avant 2001 et des véhicules essence d'avant 1997. La prime de base sera de 1.000 euros, passera à 2.000 pour les foyers non imposables et grimpera à 2.500 euros pour l'achat d'un véhicule électrique.

 
1 commentaire - Malus auto : un surcoût de 121 millions d'euros en 2018
  • avatar
    JON-DE-LIONNE -

    on s'offusquait hier encore en Seine-et-Marne qu'un professeur ait pu avoir une relation avec une élève de 14 ans
    et pourtant...
    Par le passé je crois qu'il y a une prof qui a eu des relations avec son élève qui s’appelait Emmanuel ! et la prof est aujourd'hui suspendue à un autre type d'avenir ! comme quoi la justice et la morale sont fonctions de considérations qui sont loin de la .....morale !

    On en vient même à décréter une morale officielle et puis celle pour les autres...et pendant le temps ou on parle de morale on ne parle plus des vrais problèmes, n'est-ce pas !

    L'affaire Weinstein semble être arrivée au bon moment, heureuse coïncidence !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]