Ce que devra rapporter votre épargne pour contrer l'inflation en 2016

Ce que devra rapporter votre épargne pour contrer l'inflation en 2016©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mercredi 20 janvier 2016 à 14h57

Regarder le rendement facial d'un placement est une chose. Comparer ce rendement à l'inflation en est un autre. Or dans une période de taux bas, mieux vaut veiller à ce que l'épargne investie rapporte effectivement quelque chose, c'est-à-dire qu'elle permette de revaloriser le capital au minimum du niveau de l'inflation. Cette problématique va prendre d'autant plus d'importance cette année que l'inflation devrait faire son retour. Le gouvernement prévoir une hausse des prix de 1% sur l'année.

L'Argent & Vous s'est donc posé une question simple : quel rendement brut faut-il obtenir pour que la rentabilité nette d'impôt dépasse l'inflation ? Cela dépend avant tout du type de support et de la fiscalité qui lui est appliquée.

Les placements défiscalisés

Certains produits comme le livret A ou le LDD ne supportent aucune fiscalité. Dans ce cas, le calcul est donc simple. Pour que le capital ne se dévalorise pas, il suffit que le taux facial soit plus élevé que l'inflation.

Si l'on se base sur l'inflation de 1% prévue par le gouvernement, une épargne défiscalisée devra donc rapporter 1% au minimum sur l'année pour sauvegarder le capital. Rappelons que le taux du Livret A et du LDD est de 0,75% et le restera jusqu'en juillet. Si le taux ne remonte pas à 1,5% à partir d'août, le Livret A et le LDD risquent donc de rapporter moins que l'inflation en 2016.

Les placements en partie exonérés

D'autres produits de placement peuvent être exonérés d'impôts mais pas de prélèvements sociaux (15,5%). C'est le cas du PEL, du moins sur ses douze premières années.

Pour égaler une inflation de 1%, ce type de support pourra donc se contenter de 1,19% de rendement avant prélèvements. Pour mémoire, le PEL sert actuellement 2% bruts (soit 1,69% en net) et les plans ouverts à partir de février rapporteront 1,5% brut (1,27% net).

L'assurance-vie

L'assurance-vie est plus difficile à évaluer sachant que sa fiscalité varie selon la durée du contrat et offre aussi des abattements forfaitaires. Toutefois si l'on se base sur un contrat de plus de 8 ans (imposé à 7,5%) avec des rachats dépassant largement l'abattement forfaitaire (4.600 euros pour une personne seule), les intérêts perçus subiront 23% de prélèvements. Le rendement devra donc dépasser 1,3% pour permettre au détenteur du contrat de faire mieux qu'une inflation de 1%. Notons qu'il s'agit ici d'un rendement après frais de gestion. Avec 0,5% de frais de gestion, cela suppose donc un rendement brut (avant frais) de plus de 1,8%.

Les placements intégralement fiscalisés

Reste le cas des intérêts qui ne bénéficient pas d'avantages particuliers (livrets bancaires, comptes à terme, obligations...). Outre les 15,5% de prélèvements sociaux, ces intérêts sont imposés au barème (de 0% à 45% selon les ménages).

Ainsi pour battre une inflation de 1%, un ménage non imposé devra s'assurer que son placement lui rapporte au moins 1,19% brut. L'exigence de rendement brut montera à 1,41% pour les foyers de la tranche à 14% et à 1,79% pour ceux qui sont taxés à 30%. Enfin, les hauts revenus des tranches à 41% et 45% verront leur capital se dévaloriser s'ils ne le placent pas au minimum à 2,2% et 2,4% avant impôts.

ISF

Il convient par ailleurs de préciser que les contribuables assujettis à l'ISF devront aussi tenir compte de cet impôt dans leurs calculs. Un contribuable payant 0,5% d'ISF devra par exemple ajouter 0,5 point aux taux planchers calculés précédemment pour préserver son capital de l'inflation.

 
0 commentaire - Ce que devra rapporter votre épargne pour contrer l'inflation en 2016
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]