De Marseille à Bordeaux ou Paris, la redistribution des cartes des prix de l'immobilier

De Marseille à Bordeaux ou Paris,  la redistribution des cartes des prix de l'immobilier©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le jeudi 21 janvier 2016 à 09h24

La baisse des prix de l'immobilier ancien est restée modérée en 2015 dans les grandes agglomérations, quelques grandes villes dynamiques comme Bordeaux connaissant même de légères hausses de prix. En prenant un peu de recul, on s'aperçoit cependant que les écarts de prix entre les grandes métropoles françaises se sont creusés ces dernières années. Depuis la mi-2011, période qui correspond globalement au dernier pic des valorisations, le spécialiste de l'estimation des prix immobiliers, MeilleursAgents.com, estime par exemple que Marseille a perdu 14% contrairement à Bordeaux qui a gagné plus de 11% ou à Toulouse qui s'est apprécié de 9%.

L'attrait de Bordeaux

En quatre ans et demi, l'écart de prix entre Marseille et Bordeaux serait donc de 25%, ce qui place désormais Bordeaux largement devant Marseille avec des prix moyens allant de 3 000 à 3 500 € pour les appartements alors qu'ils se situent davantage entre 2 500 et 3 000 € le mètre carré dans la cité phocéenne. En ce qui concerne les maisons, le budget au mètre carré se rejoint à Marseille ou Bordeaux avec une moyenne légèrement supérieure à 3 000 €.  Les écarts pourraient encore se creuser encore cette année puisque MeilleursAgents.com prévoit une poursuite de la baisse des prix à Marseille mais une hausse à Bordeaux en 2016. A part Bordeaux, deux autres villes augmenteraient en 2016 : Lyon et Nantes.

Poursuite de la baisse des prix à Marseille

Ces différences géographiques sont souvent à chercher dans l'attractivité des villes, leur dynamisme économique (emploi) ou leur politique de rénovation urbaine. Sur ces critères, Bordeaux a clairement tiré son épingle du jeu parmi les métropoles françaises ces dernières années, ce qui a donc augmenté le rapport de force entre acheteurs et vendeurs, créant ainsi une tension sur les prix contrairement à Marseille. D'autres villes du Sud-Est comme Montpellier ou Nice souffrent aussi d'une baisse de la proportion d'acheteurs. Si Nice reste la métropole de province la plus chère pour les appartements (comptez entre 4 000 et 5 000 € le mètre carré pour un appartement bien situé), la capitale économique de la Côte d'Azur est désormais talonnée par Lyon où les prix grimpent souvent à plus de 4 000 €. Plus rares à Nice, les maisons y restent beaucoup plus chères.

Stabilité à Lille ou Nantes

Toujours d'après les estimations de MeilleursAgents.com, des villes comme Lille ou Nantes affichent des hausses de prix de l'ordre de 3% sur les quatre dernières années, autour de 2 500 euros en moyenne pour les appartements. Comme partout, ces valeurs moyennes peuvent être très fortement dépassées lorsqu'il s'agit de biens sans défauts situés dans les meilleurs quartiers : jusqu'à 3 800 € à Lille ou Nantes.

Paris n'a pas été épargné

Même si Paris partait de très haut, la capitale n'a pas été épargnée par la baisse des prix ces dernières années puisque MeilleursAgents.com estime que les prix ont quand même perdu 11% depuis leurs plus hauts il y a 4 ans et demi. Paris aurait encore reculé de -1,9% en 2015, autour de 7 700 € le mètre carré pendant que les autres départements d'Ile-de-France ont mieux résisté avec même une progression mesurée à 1% dans les Hauts-de-Seine, autour de 5 400 € pour le prix moyen des appartements.

Les Hauts-de-Seine résistent

Le 92 reste le département de banlieue parisienne qui a le mieux résisté à la baisse des prix ces dernières années. Certains logements y sont d'ailleurs plus chers que les quartiers les plus abordables du Nord-Est parisien. Une tendance qui semble se poursuivre actuellement : «Les prix à Paris continuent de céder du terrain même s'il y a eu un ralentissement en fin d'année 2015», observe le Président de MeilleursAgents, Sébastien de Lafond, qui pronostique une nouvelle baisse cette année, notamment parce que les petites surfaces sont délaissées par les investisseurs échaudés par l' encadrement des loyers.

 
0 commentaire - De Marseille à Bordeaux ou Paris, la redistribution des cartes des prix de l'immobilier
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]