Pression à la baisse sur le prix des petites surfaces à Paris

Pression à la baisse sur le prix des petites surfaces à Paris©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mercredi 02 décembre 2015 à 10h53

Le spécialiste de l'estimation des prix immobiliers, MeilleursAgents.com, a constaté en novembre une forte baisse de prix sur les studios et 2 pièces à Paris, -1,1% en un mois sur la base des promesses de ventes signées par les agences partenaires du réseau. A l'opposé, les grandes surfaces (3 pièces et plus) ont vu leurs prix augmenter de 0,3% en novembre. Au final, MeilleursAgents estime que les prix ont reculé en moyenne de -0,5% à Paris le mois dernier, ce qui porte la baisse à -1,5% depuis le début de l'année 2015.

En petite couronne parisienne, les prix de l'année 2015 suivent globalement la même tendance avec des baisses de 1,3% à 1,4% pour les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis et le Val de Marne. En grande couronne, la plus forte baisse est observée dans les Yvelines avec -3,8%, derrière le Val d'Oise (-3,1%).

Conséquence de l'encadrement des loyers

Pour revenir à la surprenante baisse des petites surfaces parisiennes le mois dernier, le dirigeant de MeilleursAgents, Sébastien Delafond, l'associe directement à l'encadrement des loyers, en vigueur depuis le 1er août pour un nouveau bail ou son renouvellement. «Nous recevons un nombre croissant d'appels de propriétaires bailleurs nous demandant de mettre en vente leur bien. Les investisseurs échaudés s'éloignent de ces types d'actifs dont la rentabilité est remise en cause par des loyers contraints et dont la fiscalité va encore s'alourdir avec l'augmentation des droits de mutation à Paris dès janvier 2016», explique Sébastien Delafond. Dans l'immédiat, les conséquences semblent donc être un afflux de mises en vente de studios et 2 pièces face à une demande qui reste atone, d'où une pression à la baisse sur les prix.

Bonne ou mauvaise nouvelle ?

Comme le rappelle MeilleursAgents, certains se réjouiront d'une baisse des prix des petites surfaces à Paris, les rendant ainsi plus accessibles aux primo-accédants. Sauf que deux Parisiens sur trois sont locataires et que l'offre de biens à la location va diminuer, les propriétaires bailleurs sortant du marché ou cherchant des modes de location alternatifs du type AirBnB. Leur rôle dans la fluidité d'un marché où tout le monde ne peut ou ne veut devenir propriétaire est donc essentiel, notamment pour les petites surfaces.

 
0 commentaire - Pression à la baisse sur le prix des petites surfaces à Paris
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]