Quelques tensions inflationnistes sur le prix des logements neufs

Quelques tensions inflationnistes sur le prix des logements neufs©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 28 août 2015 à 14h46

Le dernier observatoire de la Fédération des Promoteurs Immobiliers montre que le prix de vente moyen d'un logement collectif neuf est resté relativement stable au premier semestre 2015, à environ 3 945 € le mètre carré (hors parking) par rapport à un prix de vente moyen de 3 925 € en 2014 et 3 934 € en 2013. Les prix en Ile-de-France sont remontés à 4 722 € sur le deuxième trimestre 2015, ce qui marque quand même une augmentation de 3,3% depuis deux ans. En province, ils n'ont pas augmenté en deux ans, toujours autour de 3 630 €.

Tassement des prix à Nice

Cette stabilité masque toujours de fortes disparités locales et la Fédération des Promoteurs Immobiliers rappelle que les niveaux de prix restent parfois difficilement compatibles avec les capacités d'emprunt des ménages les plus modestes. Au sommet de la pyramide des prix culmine Paris où les programmes neufs sont rares. Pour un deux pièces, les prix démarrent rarement en-dessous de 400 000 €.  A Nice, région de province la plus chère, les prix se sont un peu tassés mais restent largement au-dessus des 5 000 € le mètre carré.

Tensions à Lyon

D'après les chiffres des promoteurs, entre le deuxième trimestre 2014 et le deuxième trimestre 2015, deux régions de province ont vu leur prix progresser fortement : +13,6% dans la Communauté d'Agglomération du Havre et +5,3% à Lyon. A l'inverse, les prix reculent de 5 à 6% à Strasbourg, Besançon, Caen et dans la Bassin d'Arcachon. Ces tendances peuvent cependant varier d'un trimestre à l'autre comme le montrent les précédentes estimations de la Fédération.

Risque inflationniste

Globalement, les ventes de logements collectifs neufs ont augmenté de 19% en France au premier semestre 2015, grâce au retour des particuliers investissant dans l'immobilier locatif avec le dispositif Pinel. Les investisseurs ont ainsi représenté plus de la moitié des acheteurs (51%) à comparer à 40% un an plus tôt. Ce regain de l'activité commerciale se répercute encore assez faiblement sur l'offre nouvelle de logements (les mises en vente) et pas encore sur les mises en chantier compte tenu des délais de construction. La Fédération note ainsi que l'offre commerciale est légèrement orientée à la baisse, ce qui suppose à court terme un risque de tension inflationniste sur les prix.

Régions en hausse

Régions en baisse

 
0 commentaire - Quelques tensions inflationnistes sur le prix des logements neufs
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]