Dossier

Rachat de crédit immobilier : dépêchez-vous avant que les taux remontent !

1. Taux immobiliers : l'arrivée de Donald Trump bouleverse la tendance !

Taux immobiliers : l'arrivée de Donald Trump bouleverse la tendance !©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 14 novembre 2016 à 10h17

C'est finalement une conséquence plutôt inattendue de l'élection de Donald Trump en tant que Président des Etats-Unis : les taux obligataires viennent de connaître une véritable flambée en quelques jours. Tout est parti des Etats-Unis avec un taux à 10 ans (T-Bond) passé de 1,8% à 2,2%. Aussitôt, la contagion en Europe s'est manifestée avec des taux allemands (Bund) repassés très nettement en territoire positif ou des taux français (OAT 10 ans) qui ont quasiment doublé, de 0,45% le 8 novembre avant l'élection à 0,83% ce lundi avant d'amorcer une légère détente (0,72% aujourd'hui).

A lire aussi

Enfin de l'inflation ?

Pourquoi ce mouvement ? Il semble que les promesses économiques de campagne de Donald Trump ont brutalement fait renaître les espoirs de retour de l'inflation. Sans attendre les précisions sur ce programme encore flou dont les grandes lignes reposent une relance économique par l'investissement, des baisses d'impôts et une refonte du commerce extérieur, les marchés ont vu les conséquences inflationnistes de telles mesures. Trump ambitionne en effet de baisser les impôts pour les particuliers comme pour les entreprises, tout en augmentant fortement les investissements publics dans la défense et les grands travaux d'infrastructures. Un tel programme devrait d'une part stimuler la consommation et attiser l'inflation, et d'autre part entraîner un vif accroissement de l'endettement de l'Etat, avec un afflux d'émissions obligataires à la clé. Face à un tel environnement inflationniste, la Fed serait amenée à accélérer l'an prochain son cycle de hausse des taux.

Conséquences sur les taux immobiliers

En attendant d'en arriver là, ce sont les épargnants français qui vont en subir des conséquences puisque cette remontée des taux obligataires, si elle se confirme dans les prochains jours ou semaines, sera répercutée par les banques dans leurs grilles de taux immobiliers. La hausse ne sera peut-être pas très brutale mais elle reléguera désormais dans le passé les taux record encore observés ce mois-ci. Le facteur pouvant limiter cette répercussion des taux de refinancement dans les barèmes bancaires repose en effet sur les objectifs commerciaux des banques pour 2017. Ces objectifs restent élevés (équivalents à ceux de 2016)  et sont donc de nature à maintenir une grande concurrence entre les établissements bancaires et des marges comprimées sur le crédit immobilier. Mais tout dépendra bien sûr de l'évolution des OAT 10 ans avec un œil dans les prochaines semaines sur la réunion monétaire de la Fed le 14 décembre prochain et une probable hausse des taux américains à la clé...

Dépêchez-vous !

Dans ces conditions, il est évidemment recommandé de ne pas attendre si  un projet immobilier avec emprunt est en projet. Les taux sont encore très bas et il faut en profiter. Idem si vous n'avez pas encore renégocié (ou re-renégocié) votre emprunt immobilier, dépêchez-vous car les délais de réponse vont certainement s'allonger et les banques risquent déjà de se montrer beaucoup moins conciliantes...

1 / 5

suivant
 
4 commentaires - Taux immobiliers : l'arrivée de Donald Trump bouleverse la tendance !
  • avatar
    vivarais -

    étonnant ce matin aux infos francophones ont annoncé que les taux de prêts immobiliers diminuaient
    et les médias français annoncent que les prêts augmentent à cause de trump
    où est la désinformation ?

  • avatar
    vivarais -

    le taux d'inflation est une bonne chose pour le petit peuple qui ne survit que grâce au crédit
    ave l'inflation les salaires suivent et le taux d'endettement diminue
    je m'explique si vous faites un prêt d'accession à la propriété votre prêt sera de 30% de votre salaire
    si votre salaire augmente à cause de l'inflation votre taux diminuera à la condition d'avoir pris un prêt à taux constant
    dans les années 70 lorsque j'ai fait mon prêt au début c'était 30% de mon salaire , 5 ans après ce n'etait plus que 10%

  • avatar
    Mdr -

    Aux regards du plancher atteint,ils ne peuvent que remontés...Cela me parait évident.

  • avatar
    nonours -

    et quoi encore ?
    tout ceci relève de l'improvisation la plus dangereuse ........

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]