Taux immobiliers : le calme avant la hausse en 2018 ?

Taux immobiliers : le calme avant la hausse en 2018 ?©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mercredi 06 septembre 2017 à 11h01

Toujours peu de mouvements sur les taux d'emprunts immobiliers. Les premières grilles communiquées par les courtiers en ce début septembre montrent quelques variations mineures à la baisse qui compensent globalement les petites variations haussières observées en août.

Des taux toujours très attractifs

On emprunte aujourd'hui en moyenne autour de 1,3% sur 10 ans, 1,6% sur 15 ans, 1,8% sur 20 ans et 2% sur 25 ans. Pour les meilleurs dossiers, les courtiers parviennent à descendre jusqu'à 0,9% sur 10 ans, 1,1% sur 15 ans, 1,3% sur 20 ans et 1,55% sur 25 ans. Des taux qui restent donc très attractifs et à peine supérieurs de 0,3% aux records observés en novembre 2016. Cela reste une bonne nouvelle pour tous ceux qui ont un projet immobilier et il est toujours recommandé de mettre les banques en concurrence car les différences de taux peuvent être importantes selon les profils d'emprunteurs ciblés par les établissements.

Production de crédits record

«La tendance globale est à la stabilité, voire à l'attentisme», constate Empruntis. Il faut dire que beaucoup de banques ont actuellement atteint, voire même dépassé leurs objectifs 2017 de production de crédit. Comme le souligne le courtier Emprunt-Direct, de janvier à juillet, la production de nouveaux crédits à l'habitat des particuliers a déjà atteint 194 milliards d'euros, dépassant ainsi, sur 7 mois, le montant annuel des crédits produits entre 2010 et 2014. Emprunt-Direct pense que les banques pourraient désormais attendre la deuxième quinzaine de septembre voire même octobre, pour de nouveau ajuster leurs grilles, cette période constituant habituellement l'entrée dans le deuxième temps fort habitat de l'année.

Des évolutions haussières pour 2018

«Dans le contexte actuel où les banques anticipent une hausse des coûts de refinancement, ainsi que davantage de contraintes pouvant peser sur leur rentabilité, le risque est que certaines décident de ne prêter qu'aux clients les plus rentables, ceux avec lesquels elles pourront mettre en place une relation de long terme», analyse Sandrine Allonier, directrice des relations banques du courtier Vousfinancer. Les primo-accédants restent cependant un profil recherché par les banques.

Vousfinancer fait allusion à certaines évolutions réglementaires susceptibles de comprimer les marges bancaires et donc d'influencer les taux immobiliers à la hausse en 2018. Il s'agit tout d'abord de l'encadrement de la domiciliation des revenus à partir du 1er janvier 2018. En échange de cette domiciliation, les banques devront consentir un avantage individualisé qui devra être notifié. «Afin d'inciter les emprunteurs à continuer à domicilier leurs revenus qui constituent leurs ressources de demain, les banques devraient consentir des baisses de taux ou une exonération des frais de dossier, ou de certains frais bancaires, ce qu'elles anticipent comme un manque à gagner qui pourrait peser sur leur rentabilité», explique Sandrine Allonier.

Assurance emprunteur

A partir de janvier 2018, la possibilité de résilier annuellement l'assurance emprunteur sera par ailleurs étendue à tous les crédits en cours. Le risque pour les banques est de voir un certain nombre de leurs clients changer d'assurance, un facteur de pression supplémentaires sur leurs marges, sachant que les crédits accordés ces dernières années l'ont été à des taux très bas parfois compensés en partie par la rentabilité liée à la souscription de l'assurance groupe de la banque...

 
8 commentaires - Taux immobiliers : le calme avant la hausse en 2018 ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]