Impôt universel : une idée séduisante, mais difficile à appliquer

Impôt universel : une idée séduisante, mais difficile à appliquer©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le lundi 05 octobre 2015 à 16h09

De 52,3% en 2013, la part de foyers payant l'impôt est passée à 46,5% cette année et tombera même à 46% l'an prochain. Pour certains élus, cela va à l'encontre du principe de justice sociale. François Bayrou vient ainsi de se prononcer en faveur d'un impôt universel. Selon le président du Modem, il serait plus équitable que chacun paie l'impôt, même de manière symbolique.

A gauche aussi, l'idée à ses partisans. Le député PS Razzy Hammadi a ainsi déposé des amendements au PLF afin d'instaurer un impôt minimal obligatoire. Cela pourrait par exemple passer par une contribution forfaitaire. A la charge des ménages non imposés au travers du barème, son montant serait de quelques dizaines d'euros d'après l'élu, par exemple entre 30 euros et 60 euros.

Le coût du recouvrement est un frein

Sur le papier, cela reste tout à fait envisageable. Mais une généralisation de l'impôt sur le revenu serait-elle vraiment souhaitable ? Rien ne sert en effet de créer une règle si elle n'est pas appliquée. Or l'Etat pourrait-il réellement faire payer l'impôt à tous les Français ?

Comme l'a indiqué Razzy Hammadi, la dématérialisation de l'impôt devrait certes abaisser le coût de la collecte pour l'Etat. Mais c'est surtout le recouvrement des sommes non payées qui soulève des questions. Que ferait l'Etat face à des ménages ne pouvant payer ou refusant de payer un impôt de moins de 60 euros ? L'administration se retrouverait face à un dilemme : engager des poursuites coûteuses (avec une perte nette à la clé) ou abandonner systématiquement ses créances (en envoyant un très mauvais signal aux contribuables).

Etendre l'impôt à tous les Français se révélerait donc très complexe. Rappelons d'ailleurs que dans un souci d'efficacité, l'administration dispense déjà de paiement les contribuables dont l'impôt sur le revenu ne dépasse pas 61 euros.

 
5 commentaires - Impôt universel : une idée séduisante, mais difficile à appliquer
  • avatar
    Beware -

    il n'est pas normal que la solidarité soit à sens unique... Ceux qui "paient" ne reçoivent rien la plupart du temps.
    "vous ne vous rendez pas compte vous gagnez trop" ! "Désolé vous disposez d'un revenu trop élevé"... Ou "ne vous plaignez pas si vous payez des impôts est le fait que vous gagnez confortablement votre vie"... bref !
    Tu casques ! pendant que les autres se remplissent les poches à rien faire...
    Allocations familiales, RSA, travail au noir en étant au chômage où encore mieux en étant à l'étranger, aides diverses données gracieusement par des associations ou localités, aide au logement, et plus si "affinité".
    Alors OUI on participe quand on touche toutes les aides au frais de la collectivité qui elle trime pour garder la tête hors de l'eau pour sponsoriser tout ce petit monde... Pour une fois que le gouvernement a une bonne idée pour faire rentrer de l'argent dans les caisses de l'état.

  • avatar
    reinhart33 -

    Tout à fait d'accord avec Sweetie

    bonne soirée

  • avatar
    sweetie -

    Quand on veut, on peut .....

  • avatar
    sweetie -

    Que faire face à des récalcitrants d'un impot minimal : les déduire sur les revenus à la source : les allocations diverses et variées dont ils bénéficient. C'est aussi simple que pour diviser par 4 le montant des allocations familiales des familles aisées !

  • avatar
    bricenoe -

    60 € à payer ? ils ne veulent pas ? 60 € de moins d'alloc, CAF ou autres assistanats, voilà, c'est fait pour le recouvrement...

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]