Quand les contribuables aisés contribuent moins à l'impôt

Quand les contribuables aisés contribuent moins à l'impôt©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le vendredi 15 avril 2016 à 12h50

Le nombre de contribuables aisés a-t-il augmenté ou baissé depuis 2012 ? Le débat vient d'être lancé. D'un côté, les statistiques de la DGFiP (relayées notamment par les Echos) montrent que le nombre de foyers ayant plus de 200.000 euros de revenus est passé de 141.164 en 2012 à 137.081 en 2014. De l'autre, Bercy répond que ces chiffres sont très instables d'une année à l'autre et qu'en 2015 le nombre de foyers au-dessus de 200.000 euros déclarés est remonté à 142.146, dépassant du coup le niveau de 2012.

Moins de millionnaires mais plus de revenus supérieurs à 100.000 euros

Le ministère des Finances précise par ailleurs que leur nombre est passé de 4.630 en 2014 à 5.148 l'an dernier (ce qui reste tout de même inférieur aux 7.617 foyers recensés en 2012).

Bercy peut aussi mettre en avant le nombre de foyers déclarant plus de 100.000 euros car ici la progression a été régulière par rapport à 2012 (650.494 foyers), avec 702.665 foyers recensés en 2014 et 722.168 l'an passé.

Bref, le débat n'est pas près d'être clos, chacun pouvant ici piocher les arguments les plus favorables à sa démonstration. En revanche, sur la période 2012-2014, une tendance se dégage très clairement : la contribution à l'impôt des ménages aisés a diminué.

Les millionnaires ne paient plus que 3,2% de l'impôt

Les ménages « millionnaires » payaient par exemple 5,3% de l'impôt en 2012. En 2014, cette part n'était plus que de 3,2%, selon nos calculs effectués à partir des chiffres de la DGFiP. Ceci peut s'expliquer par le recul du nombre de contribuables concernés. En revanche, l'explication est moins évidente si l'on descend dans l'échelle des revenus.

Certes, les foyers gagnant plus de 200.000 euros étaient un peu moins nombreux en 2014 qu'en 2012 (0,37% des foyers fiscaux contre 0,38%). Néanmoins leur contribution à l'impôt a chuté beaucoup plus vite. De 21,8% en 2012, elle est tombée à 18,3% en 2014.

La tendance est encore plus flagrante pour l'ensemble des ménages gagnant plus de 100.000 euros. Leur contribution à l'impôt a été ramenée de 40% à 36,9%, alors que leur poids au sein des foyers fiscaux a augmenté (de 1,78% à 1,9%).

Il serait évidemment intéressant de pouvoir faire des comparaisons avec l'année 2015. Mais Bercy n'a pas donné de chiffres sur ce critère.

 
3 commentaires - Quand les contribuables aisés contribuent moins à l'impôt
  • avatar
    bernache3 -

    Il faudrait faire des contrôles ,ne pas couvrir ceux qui paient les élections !

  • avatar
    verite06 -

    le peuple est volé,,,,,par toujours plus d'impots,,,,
    certains partent,,,ils ont raison,,,,,,,

  • avatar
    chocolat70 -

    CQFD ?plus on est riche moins on paye d' impôt Suppression de toutes niches fiscales 80milliars d'euros en diminution de la dette

    avatar
    chevaldacier -

    C'est pas tout a fait ça , le problème est que les riches sont mal vu en France , on les montre du doigt plutôt que de les retenir , alors le seul moyen est de quitter le pays et investir ailleurs , quand il ne restera que des sans-dents , il y aura de quoi se faire du sang d'encre .
    Et qui paiera les impôts pour survivre ................ les sans-dents !

    avatar
    iscis -

    non Chevaldacier ! le barême est des plus injustes ( pas assez progressif= même taux à 30000 qu'à 70000 !!) ; quant aux niches fiscales c'est la plus grande injustice qui soit puisque que ce système enrichit les plus riches au détriment des autres ,cela est incontestable : mais chut , les élus sont dans la bonne catégorie leurs indemnités leur permettent même d'investir et de défiscaliser : ils font coup double avec notre argent !! alors ne comptez pas sur eux pour réformer l

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]