"Quels seront les vins du futur?"

©Boursier.com
A lire aussi

Boursier.com, publié le mercredi 17 mai 2017 à 09h30

Patriwine vient de mener une enquête concernant les vins de demain. Le réchauffement climatique aura forcement un impact à l'avenir.  Est ce que l'on aura du Bordeaux en Bretagne et du Champagne en Allemagne ? Est ce que l'on pourra faire évoluer chaque vin en fonction des goûts du pays ?

A l'approche de Vinexpo, le salon mondial du vin qui se tiendra du 18 au 21 juin, bons nombre de producteurs et négociants du monde entier se préparent à se réunir à Bordeaux.

Nouveaux cépages

La technologie la plus avancée invente de nouveaux cépages et une œnologie de précision afin de répondre au réchauffement climatique qui a fait prendre aux raisins 3° d'alcool en 30 ans. Ce réchauffement impacte aussi les traitements. Même si les viticulteurs sont de plus en plus vigilants, la recherche les aidera considérablement.

Ainsi l'INFRA a créé par hybridation d'un cépage muscadinia et d'un vinifera recroisé avec du grenache, du cabernet sauvignon, et du merlot un nouveau cépage sans nom à ce jour. Il permet de moins traiter qu'en bio mais nécessite plus d'eau !

Nouveaux procédés

L'INRA n'est pas en reste avec de nouveaux procédés comme le foulage par éclatement  et le flash détente ( on chauffe le raisin à 90 ° avant de le plonger dans une cuve sous vide). Cela permet de faire évoluer les couleurs, les polyphénols et tout ce qui structure le vin et favorise son vieillissement. Ils testent aussi les cépages face au stress hydrique. Ces procédés sont utilisés en France ainsi qu'en Argentine, en Australie  et au Chili... Ces nouvelles technologies permettent de contrôler la fermentation ainsi que le degré d'alcool sans additif. Idéal pour lutter contre le réchauffement climatique.

Par ailleurs, les œnologues devraient pouvoir faire évoluer les vins à leur guise en fonction des attentes de chaque pays. Ainsi en 2050, on pourrait trouver des vins plus épicés en Inde, avec plus de cannelle aux Etats Unis... c'est ce qu'assure le célèbre œnologue, Michel Rolland.

Les grands crus demeureront

Toutefois, il affirme que le terroir ne compte véritablement que pour les très grands crus et les vins naturellement complexe. En conclusion, cela veut dire que les vins de consommation pourront évoluer au gré de ces modes mais que les vins de garde conserveront leur patrimoine génétique et leur spécificité qui font leurs succès. Ainsi, les grands crus d'aujourd'hui resteront les grands crus de demain !

Patriwine, leader de l'investissement dans les grands crus, sera forcément vigilant de l'émergence de ces nouveaux vins ainsi que de leurs potentiels de progression.

 
1 commentaire - "Quels seront les vins du futur?"
  • Bogue -

    Si seulement on pouvait reveni aux vins du passé !!! Du temps, avant Parker, où les vins avaient du goût, chaque vin avait son goût propre.
    De nos jours c'est devenu de l'eau colorée, sans caractère, on ne sait plus ce qu'on boit.
    NUL !!!

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]