1.600 postes supprimés dans la Fonction publique en 2018

1.600 postes supprimés dans la Fonction publique en 2018
monnaie, euro

Boursier.com, publié le lundi 18 septembre 2017 à 18h18

Le projet de budget 2018 de la France, qui sera présenté le 27 septembre, sera bâti sur une prévision de croissance économique de 1,7%. "Nous espérons faire mieux mais nous sommes exactement dans la moyenne de ce qu'imaginent les économistes", a déclaré Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics lundi matin sur BFMTV.

Le gouvernement a revu aussi en hausse sa prévision de croissance pour 2017, à 1,7% également contre 1,6% prévu jusqu'à présent, pour tenir compte également de l'évolution du consensus des économistes, a-t-on précisé à Bercy, selon Reuters.

"Choix courageux"

"Notre hypothèse de croissance du PIB pour 2018 est sincère", explique de son côté le ministre de l'Economie Bruno Le Maire au 'Monde", "la reprise est solide et nous permet de faire des choix de réduction de la dépense publique".

"Nos choix courageux doivent nous permettre de sortir en 2018 de la procédure européenne de déficit public excessif", ajoute-t-il, ce qui nécessitera deux années consécutives de déficit public inférieur à 3% du PIB. Celui-ci doit être ramené cette année à 3,0%, contre 3,4% fin 2016, et baisser à 2,7% en 2018 selon la trajectoire publiée en juillet, pour tomber à 0,5% à la fin du quinquennat.

Mais l'exécutif doit aussi jongler avec les baisses de charges et d'impôts promises par Emmanuel Macron. Gérald Darmanin précise que la dépense publique devrait baisser de l'équivalent de 0,7 point de PIB l'an prochain, un objectif là aussi en retrait par rapport à la trajectoire de juillet, qui la situait à 53,8% fin 2018 contre 54,7% en 2017.

Ni purge ni rabot ?

Pour la méthode, il promet une politique qui "est tout le contraire de la purge et du rabot", avec des objectifs "que nous pourrons atteindre grâce à une grande réflexion sur les missions et l'efficacité du service public".

Les infrastructures de transport, les aides à l'emploi et au logement concentreront les baisses de crédits publics l'an prochain, a confirmé le ministre.

Pour les fonctionnaires, appelés à faire grève le 10 octobre, il assure que, malgré le gel du point d'indice de leur grille salariale, leur rémunération augmentera sur le quinquennat et que la hausse de la CSG (contribution sociale généralisée) en 2018 leur sera intégralement compensée.

Le PLF 2018 prévoira 1.600 suppressions de postes dans la fonction publique d'Etat, le gouvernement voulant réfléchir au périmètre du service public avant de mettre en oeuvre pour de bon les engagements d'Emmanuel Macron (120.000 fonctionnaires en moins en cinq ans), indique le ministre.

Sur le volet de la fiscalité, le projet de budget intégrera la réforme de l'ISF et la création d'un prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU