165 sociétés demandent à l'UE de sévir contre Google

165 sociétés demandent à l'UE de sévir contre Google©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 12 novembre 2020 à 16h18

Elles estiment que le géant américain de la technologie favorise ses propres services dans les résultats des recherches sur internet.

Yelp, Expedia, Trivago, Kelkoo, Stepstone ou Foundem... Un groupe composé de 165 entreprises et organisations américaines et européennes demande à l'autorité européenne de la concurrence de se montrer plus ferme vis-à-vis de Google. Dans un courrier révélé par l'agence de presse Reuters, les signataires estiment que le géant américain de la technologie favorise ses propres services dans les résultats des recherches sur internet.

Leur lettre a été adressée jeudi à Margrethe Vestager, commissaire européenne à la Concurrence. Dans le détail, le groupe accuse la filiale d'Alphabet d'accorder un traitement de faveur à ses services d'hébergement, de voyages et d'emploi. Il note par exemple que le moteur de recherche attribue un emplacement préférentiel à ces services lorsqu'un internaute effectue une requête. Il appelle en conséquence l'exécutif européen à mettre rapidement fin à cette pratique.

Déjà de lourdes amendes de la part de l'UE

Margrethe Vestager a déjà infligé à Google des amendes d'un montant total de 8,25 milliards d'euros au cours des trois dernières années, notamment pour abus de position dominante.

"Bien que nous soyons en concurrence pour fournir au consommateur la meilleure expérience, il existe un concurrent commun qui ne joue pas équitablement: Google", écrivent les signataires dans leur lettre.

Usage des "OneBoxes"

"Google a obtenu des avantages injustifiés en traitant de manière préférentielle ses propres services dans ses pages de résultats de recherche (...)", poursuit la lettre qui dénonce notamment l'usage des "OneBoxes". Cet emplacement, juste sous la barre de recherche, regroupe les réponses à une requête d'un internaute et est considéré généralement comme un bon moyen pour une entreprise locale de disposer de davantage de visibilité.

"Avec cette utilisation exclusive des OneBoxes, Google maintient artificiellement les utilisateurs dans son propre service et les empêche de visiter des services concurrents et plus pertinents", dénonce la lettre.

Le groupe des 165 estime que le Digital Markets Act, la future loi destinée à empêcher les plates-formes d'abuser de leur position dominante, prendra trop de temps pour entrer en vigueur. Il exhorte en conséquence l'exécutif européen à agir rapidement pour s'assurer que Google accorde à ses concurrents un traitement équitable dans les résultats de recherche.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.