2020, pire année de l'histoire du tourisme mondial

2020, pire année de l'histoire du tourisme mondial
Egypte pyramide

Orange avec Boursier.com, publié le jeudi 28 janvier 2021 à 18h52

Les arrivées internationales ont chuté de 74% d'après les dernières données de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Les arrivées internationales ont chuté de 74% d'après les dernières données de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT).

La débâcle se confirme pour le tourisme mondial, laminé par la crise sanitaire liée au coronavirus, qui a cloué les avions au sol et empêché les voyageurs de franchir les frontières. Selon le bilan publié jeudi par l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), les arrivées internationales ont chuté de 74% en 2020.

A l'échelle mondiale, les destinations ont reçu un milliard d'arrivées internationales en moins par rapport à l'année précédente, par suite d'un effondrement sans précédent de la demande et de l'instauration généralisée de restrictions sur les voyages. En guise de comparaison, la crise économique mondiale de 2009 s'était traduite par une baisse de 4%.

Des pertes colossales

Cette mise à l'arrêt des voyages internationaux représente une perte de recettes d'exportation estimée à 1.300 milliards de dollars - plus de 11 fois la perte enregistrée pendant la crise économique mondiale de 2009. La crise menace de 100 à 120 millions d'emplois directs dans le tourisme, dont beaucoup dans de petites et moyennes entreprises.

L'OMT observe par ailleurs une dégradation des perspectives globales de rebond en 2021. Du côté des professionnels du tourisme, 50% des personnes interrogées s'attendent maintenant à ce que le rebond ne se produise qu'en 2022, alors qu'elles étaient 21% en octobre 2020. L'autre moitié des personnes interrogées continue de tabler sur un rebond potentiel en 2021, mais elles sont moins nombreuses que dans l'enquête d'octobre 2020 (79% comptaient sur un redressement en 2021).

Retour à la normale en... 2023 ?

À plus longue échéance, la plupart des experts ne pronostiquent pas avant 2023 de retour aux niveaux d'avant la pandémie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.