29% des salariés du privé convertis au télétravail

29% des salariés du privé convertis au télétravail
café web internet digital

Boursier.com, publié le mercredi 20 février 2019 à 10h14

Le télétravail reste ponctuel, avec en moyenne 7 jours par mois, ce qui est également proche de la durée idéale perçue par les salariés (6,7 jours).

Le télétravail séduit de plus en plus de Français... En 2018, 29% des salariés du privé ont choisi de passer une partie de leur temps de travail chez eux, selon une étude Ifop pour Malakoff Médéric Humanis publiée ce mercredi. Cela matérialise une hausse de quatre points par rapport à 2017.

Cette augmentation est en partie liée à la légère hausse de la pratique contractualisée (+50% par rapport à 2017). Mais les auteurs de cette étude observent que le télétravail informel est beaucoup plus pratiqué (21% des salariés vs 19% en 2017), dans 22% des entreprises contre 18% en 2017.

Sept jours par mois en moyenne

Combien de temps les Français passent-il à la maison ? Le télétravail reste ponctuel, avec en moyenne 7 jours par mois, ce qui est également proche de la durée idéale perçue par les salariés (6,7 jours).

L'étude montre par ailleurs que 56% des salariés aimeraient bénéficier de cet aménagement et même 62% parmi ceux dont le métier ne le permet pas. La réduction du temps des trajets est le premier argument cité (par 54% des télétravailleurs) suivi de la souplesse des horaires (36%).

Autre enseignement de cette étude : près de neuf télétravailleurs sur dix estiment gagner en efficacité dans leur travail. Ce point de vue est partagé par 67% des managers, tandis que 79% des patrons estiment que le télétravail permet un engagement accru et une plus grande productivité des équipes. Plus productifs, les télétravailleurs gagneraient également en autonomie et en responsabilité pour 91% des dirigeants et pour plus de sept managers sur dix.

Davantage d'autonomie

"En instillant plus d'autonomie, le télétravail serait un des leviers pour lutter contre la crise de motivation et le désengagement des salariés de plus en plus important dans les entreprises. Pour 83% des salariés, le télétravail booste leur engagement", notent aussi l'Ifop et Malakoff Médéric Humanis. Près de la moitié des dirigeants (49%) évoquent également une baisse de l'absentéisme.

Mais le télétravail a aussi ses travers : pour 60% des salariés, il engendre un empiétement de la vie pro sur la vie perso, 47% d'entre eux citent la surcharge de travail comme un des risques et 51% le risque d'addiction au travail. "Ainsi au lieu de mieux fixer la limite entre la sphère privée et professionnelle, il la rend poreuse en faisant déborder le travail au-delà de la frontière que le salarié souhaite édifier entre son travail et sa vie", estime Malakoff.

Par ailleurs, 42% des salariés citent le risque de sédentarité, de mauvaises postures et 54 % d'entre eux craignent la perte de lien social, l'isolement et cette crainte est partagée par 46% des dirigeants.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.