5 décembre : vers une "galère épouvantable" ?

5 décembre : vers une "galère épouvantable" ?©Boursier.com

Boursier.com, publié le vendredi 22 novembre 2019 à 14h22

La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse redoute un mouvement très suivi, qui pénalise les travailleurs.

Quelle sera l'ampleur de la grève du 5 décembre dans les transports en France ? Plusieurs syndicats de la SNCF ont appelé à une grève illimitée et reconductible contre la réforme des retraites, bien décidés à ne rien lâcher contre l'exécutif. Conscient de la paralysie que le mouvement pourrait entraîner, le gouvernement prépare "un plan de transports", selon les termes du secrétaire d'Etat en charge du dossier, Jean-Baptiste Djebbari.

"Nous préparons bien sûr le plan de transports pour le 5, le 6, le 7, le 8... Bref les jours possibles de grève, de manière à faciliter le transport des Français, et nous serons très vigilants sur les aspects d'ordre public", a-t-il indiqué sur la chaîne BFMTV. Il a aussi affirmé multiplier les contacts, y compris avec la CFDT-Cheminots, quatrième syndicat de la SNCF, qui a annoncé à son tour jeudi le dépôt d'un préavis de grève reconductible à partir du 5 décembre.

Mauvaise nouvelle

Il s'agit d'une très mauvaise nouvelle pour Emmanuel Macron et son Premier ministre Edouard Philippe, qui pensaient pouvoir compter sur l'appui du syndicat réformiste dirigé par Laurent Berger, favorable à un régime universel par points. Le syndicat affirme cependant qu'il prêt à renoncer au mouvement si le dialogue avance dans les prochains jours.

Les trois principaux syndicats du groupe ferroviaire - CGT, Unsa et Sud-Rail - ont déjà appelé à une grève reconductible à partir du 5 décembre. Les syndicats de la RATP (Unsa, CGT et CFE-CGC) participent à la mobilisation et pourraient aussi fortement perturber les transports en région parisienne, comme cela avait été le cas le 13 septembre.

La liste s'est encore allongée dans les transports ces derniers jours avec des syndicats d'Air France, et les chauffeurs routiers (FO-Transports et logistique).

Une "galère épouvantable" ?

La présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse ne cache pas son inquiétude, à quinze jours de la grève. "J'ai beaucoup de craintes", a-t-elle déclaré vendredi matin au micro de Sud Radio. Elle redoute que le mouvement "plonge des millions de Français dans une galère épouvantable, singulièrement en Île-de-France".

"J'ai dit aux syndicats de la SNCF et de la RATP de ne pas se tromper de combat. Ils combattent une réforme injuste à leurs yeux, et je partage leur point de vue : on ne peut pas changer toutes les règles du jeu en cours de route. On peut combattre cette réforme, mais le droit de grève doit se concilier avec le droit d'aller travailler. Sinon, les cheminots vont rendre leur cause impopulaire. J'ai demandé à la RATP et à la SNCF de rembourser les voyageurs si le service minimum n'est pas garanti dans les transports en commun", a-t-elle répété.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.