50 millions d'euros de pénalités pour GE, qui n'a pas tenu ses promesses sur l'emploi

50 millions d'euros de pénalités pour GE, qui n'a pas tenu ses promesses sur l'emploi
General Electric

Boursier.com, publié le mardi 05 février 2019 à 15h50

GE avait promis de créer 1.000 emplois nets en France avant la fin 2018 lors du rachat de la branche énergie d'Alstom, en 2015.

General Electric va devoir payer 50 millions d'euros de pénalités, qui seront versés à un "fonds de réindustrialisation" spécialement créé en France, a annoncé mardi le ministère de l'Economie. Bercy reproche au groupe américain de ne pas avoir tenu ses engagements en matière de création d'emplois. GE avait promis de créer 1.000 emplois nets en France avant la fin 2018 lors du rachat de la branche énergie d'Alstom, en 2015. "L'évolution des marchés de l'énergie et l'accélération de la transition énergétique limitant fortement le marché des turbines à gaz, n'ont (...) pas permis d'atteindre l'objectif de création de 1.000 emplois nets", peut-on lire dans un communiqué.

50 millions d'euros

Le groupe américain a bien recruté 3.000 personnes mais le solde ne dépassait pas les 25 emplois en fin d'année dernière. Au moment de la vente en 2014, General Electric avait signé un accord contraignant, prévoyant une pénalité de 50.000 euros pour chaque emploi non créé. "Dans ce contexte et conformément à ses engagements, GE a confirmé la création d'un fonds de réindustrialisation doté de 50 millions d'euros, qui sera logé à la Caisse des dépôts et consignations", précise le ministère. Ce fonds sera piloté par un comité réunissant des représentants désignés par GE, les collectivités locales concernées et les services de l'Etat sous la présidence d'une personnalité "spécialiste de l'industrie", fait encore savoir Bercy.

Cette décision a été entérinée lors de la réunion, à Bercy, d'un comité de suivi en présence du ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le maire, de la secrétaire d'Etat Agnès Pannier-Runacher et de la direction du conglomérat. A cette occasion, "GE a également marqué ses intentions de développement à long terme en France, notamment pour (se) développer dans le domaine des énergies renouvelables", peut-on lire dans le communiqué. Les investissements réalisés par GE en France représentent près d'un milliard d'euros, lit-on également.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.