5G : Bruno Le Maire défend un déploiement sans "retard" en France

5G : Bruno Le Maire défend un déploiement sans "retard" en France©Boursier.com

Boursier.com, publié le lundi 14 septembre 2020 à 12h38

"On ne va pas faire ce cadeau à nos adversaires ou à nos rivaux économiques de prendre du retard sur le déploiement de la 5G", a affirmé le ministre de l'Economie...

La 5G et ses antennes continuent de diviser... Alors que plusieurs élus de gauche et écologistes ont demandé un moratoire jusqu'à l'été 2021 dans une tribune publiée dans 'Le Journal du Dimanche', le ministre de l'Economie a plaidé ce lundi pour un déploiement de la 5G sans "retard" en France.

"On ne va pas faire ce cadeau à nos adversaires ou à nos rivaux économiques de prendre du retard sur le déploiement de la 5G. Ce serait une erreur dramatique pour le pays, cela nous priverait d'avancées en matière médicale, de gestion des flux d'énergie, de gestion des transports... Ce serait un retour en arrière pour la France", a-t-il estimé sur 'France 2'.

"La France n'a pas le luxe d'attendre que ses voisins réussissent et déploient la 5G, parce que ce retard, on ne le rattrapera jamais. On le paiera dans notre vie quotidienne", a également ajouté le ministre.

Les enchères lancées le 29 septembre

Si Bruno Le Maire craint ainsi un retard technologique conséquent, les écologistes et plusieurs élus de gauche évoquent des risques environnementaux et sanitaires. Dimanche, près de 70 élus écologistes et de gauche, dont Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot, et les maires de Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Grenoble et Poitiers ont demandé un moratoire sur le sujet, estimant que le déploiement de la 5G se faisait trop tôt.

Pour relocaliser il faut aussi pouvoir proposer le meilleur environnement technologique. Le déploiement de la #5G sans retard est donc indispensable. La France doit être conquérante pas un pays fossilisé qui ne bouge pas ! pic.twitter.com/Ys3dzVtj7M
- Bruno Le Maire (@BrunoLeMaire)

Retardées par la crise du Covid-19, les enchères en vue de l'attribution des fréquences de la 5G doivent, pour rappel, débuter le 29 septembre, comme l'avait annoncé sur 'franceinfo' Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, le régulateur des télécoms.

Appel à "un débat public"

Mais selon les signataires de la tribune publiée dans le 'JDD', la décision du gouvernement d'attribuer les fréquences dès septembre "intervient sans étude d'impact climatique et environnemental ni aucune consultation publique préalable".

Sur 'France Inter', l'eurodéputé EELV a appelé à "un débat public". "On ne peut pas dans le même temps dire qu'avec la 5G, c'est une révolution numérique qui va transformer nos modes de vie, nos modes de travail, nos entreprises, et ne pas avoir un débat public autour de qui va bénéficier de cette 5G et comment cela va changer nos modes de vie", a-t-il expliqué.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.