'60 millions de consommateurs' alerte sur des composants "toxiques" dans des cosmétiques

'60 millions de consommateurs' alerte sur des composants "toxiques" dans des cosmétiques©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 27 août 2020 à 18h53

Après avoir passé au crible 86 cosmétiques, la revue a épinglé plusieurs produits, y compris de marques très connues comme Dior ou encore Carrefour...

Des substances potentiellement cancérogènes ou polluantes dans des crèmes hydratantes, des métaux lourds dans des dentifrices... Afin de classer les produits d'hygiène et de beauté en fonction de la dangerosité de leurs composants, le magazine '60 millions de consommateurs' a lancé le "Cosméto'Score", développé à l'image du Nutriscore.

Pour inaugurer ce nouveau système de notation reposant sur 5 catégories (allant de la note "A" à "E"), 86 cosmétiques courants ont été passés au crible : gels et crèmes de douche, crèmes hydratantes, mousses à raser, dentifrices, vernis à ongles et fonds de teint. La revue a dévoilé les résultats dans son numéro en vente ce jeudi.

Et selon '60 millions de consommateurs', certains résultats peuvent "étonner", lorsqu'on découvre que "telle crème hydratante de luxe, comme telle crème de douche de grande distribution mondialement connue, écope d'un score E - autrement dit, que son utilisation est 'fortement déconseillée' car elle contient trop de substances problématiques".

Des ingrédients problématiques pour chaque catégorie

Pour chaque catégorie de produits cosmétiques analysés, le magazine relève des ingrédients problématiques. Dans les crèmes hydratantes par exemple, '60 millions de consommateurs' pointe des polymères utilisés pour créer un film sur la peau et limiter la perte en eau, mais dont la fabrication est très polluante. Des colorants dits azoïques, dont certains "sont potentiellement cancérogènes en plus d'être sensibilisants et irritants" sont également présents, notamment dans les crèmes Dior ou Marionnaud.

Le magazine indique que des produits de la marque Carrefour, Dop ou encore Weleda contiennent de la coumarine, "suspectée d'être cancérogène, mutagène et reprotoxique". Du Lilial (butylphényl méthylpropional), qui serait toxique pour la reproduction selon un avis du Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs émis en 2017, serait également présent dans la crème Dove.

Impact pour la santé et pour l'environnement

Le magazine évoque d'autres produits, comme les dentifrices également, dont certains "de marque Oral B, Sanogyl, Sensodyne, Signal, Vademecum ou Zendium" ont révélé des traces de métaux lourds, comme le zinc et l'étain, ou du dioxyde de titane, qui "peut contenir des nanoparticules et est soupçonné d'être cancérogène", détaille la revue.

Outre l'impact pour la santé, '60 millions de consommateurs' a précisé que le "Cosméto'Score" devait également permettre d'évaluer l'impact pour l'environnement. "Cette double analyse est l'une de ses originalités, tout comme le fait d'évaluer ces risques pour tous les ingrédients, en tenant compte de leur importance dans la composition, de l'usage du produit (rincé ou non, quotidien ou non...) et de leur récurrence dans notre quotidien", a précisé le magazine.

Le secteur de la beauté se défend

La Fédération des Entreprises de la Beauté (FEBEA), qui représente les entreprises cosmétiques, n'a pas tardé à réagir à cette publication. "Le débat sur la composition des produits est toujours légitime, en cosmétique comme pour tous les autres produits de consommation. En revanche, inquiéter le consommateur avec des indicateurs fourre-tout, forcément anxiogènes, n'est pas la bonne méthode", écrit son président, Patrick O'Quin, dans un communiqué.

Pour la fédération, le "CosmetoScore" conçu par le magazine mélange ainsi les données sur la santé, sur l'environnement, sur les allergènes (qui ne concernent par définition que les rares personnes allergiques à un ingrédient), sur les mauvais usages (aérosols inflammables...).

S'agissant des ingrédients présentés comme "potentiellement dangereux", ou "pouvant présenter un risque", la FEBEA "rappelle que tous les produits cosmétiques vendus en France respectent la réglementation cosmétique européenne, qui est la plus stricte au monde". Elle ajoute que "tous les produits cosmétiques mis sur le marché en France sont donc sûrs, autorisés et contrôlés".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.