670.000 destructions d'emplois salariés cette année, selon l'Unédic

670.000 destructions d'emplois salariés cette année, selon l'Unédic©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 22 octobre 2020 à 15h46

L'organisme qui gère le régime d'assurance-chômage estime que 420.000 demandeurs d'emploi seront indemnisés en plus d'ici la fin de l'année.

Une ampleur inédite, à cause de la crise sanitaire... Depuis le mois de janvier, le solde de l'Assurance chômage s'est dégradé de 16 milliards d'euros, selon les données dévoilées par l'Unédic. Avec la hausse des dépenses d'allocations et des recettes moins élevées, cette dégradation de la trésorerie du régime devrait se poursuivre... Le déficit annuel s'élèverait ainsi à 18,7 milliards d'euros à fin 2020 et à 9,7 milliards d'euros fin 2021.

Ce déficit porterait la dette à fin 2021 à 65,2 milliards d'euros précise l'Unédic dans un communiqué que presse. Le bond de la dette cette année résulte pour 57,2% du financement de l'activité partielle (à hauteur de 10,2 milliards d'euros), pour 28,2% de l'augmentation des dépenses d'allocations chômage versées aux demandeurs d'emploi et pour 14,6% aux reports de cotisations et autres moindres ressources liées à la baisse de l'emploi soumis à contribution chômage.

670.000 destructions d'emplois à fin 2020

Toujours selon l'Unédic, les destructions d'emplois salariés atteindraient environ 670.000 fin 2020, dont 420.000 demandeurs d'emploi indemnisés par l'Assurance chômage de plus par rapport à fin 2019.

L'organisme qui gère le régime d'assurance-chômage parie sur une embellie 2021, avec une baisse de 270.000 chômeurs indemnisés, soit environ 2,9 millions de personnes fin 2021.

En 2020, les dépenses du régime devraient donc flamber de 32% par rapport à 2019 pour avoisiner les 54,2 milliards d'euros. Les dépenses 2021 atteindraient 48,8 milliards d'euros.

Nouveaux emprunts

"En conséquence, pour sécuriser le financement du régime, l'Unédic a adapté le dimensionnement de ses emprunts et règle sa stratégie financière afin de continuer à emprunter sur les marchés financiers en bénéficiant des conditions les meilleures et limiter l'exposition au risque", peut-on lire dans le communiqué.

Quatre émissions d'obligations sociales à moyen terme, des "Social bonds", ont été effectuées avec succès (en mai, juin, juillet et octobre), permettant de lever 13 milliards d'euros. La charge d'intérêt de la dette "est rigoureusement maîtrisée. Celle-ci demeure faible pour le régime, environ 0,3 milliard d'euros pour 2020, et stable à ce stade par rapport aux années précédentes".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.