73% des étudiants français travaillent pendant leur cursus

73% des étudiants français travaillent pendant leur cursus©Boursier.com

Boursier.com, publié le mardi 09 juillet 2019 à 17h06

Avec un budget limité à 590 euros par mois, nombreux sont ceux qui restent vivre chez leurs parents jusqu'au master.

Le bac tout juste en poche, des milliers de jeunes en France se préparent à découvrir les bancs de la fac ou encore de l'IUT... Et tenir leur budget reste un casse-tête, selon l'Observatoire E.Leclerc des Nouvelles Consommations, réalisé avec l'institut Ipsos.

Il faut dire que leur enveloppe est limitée : 590 euros mensuels en moyenne, pour faire face à des frais multiples. "Qu'ils vivent toujours chez leurs parents ou non, le budget moyen des dépenses d'un étudiant est de 436 euros. Ceux qui ont pu ou dû quitter le domicile parental dépensent, eux, 637 euros en moyenne, dont 288 euros pour se loger et 136 euros pour s'alimenter", estiment les auteurs de cette étude. Incapables de payer un loyer, ils sont 35% à déclarer vivre toujours chez leurs parents au moment du master (bac+5).

Plus de la moitié "ne s'en sortent pas" financièrement

Plus de la moitié (51%) des sondés déclarent "ne pas s'en sortir financièrement" et 73% des étudiants français travaillent pendant leur cursus pour augmenter leurs ressources.

Malgré un apport moyen de 193 euros complémentaires, les jobs étudiants, déclarés ou non, ne leur permettent toujours pas de vivre "décemment" selon 39% des sondés. Ils sont également 39% à terminer le mois à découvert.

Beaucoup doivent donc renoncer à certains plaisirs : 67% coupent dans leur budget consacré aux loisirs et 83% font très attention au prix quand ils achètent des produits alimentaires. "Cette nécessaire recherche du moindre coût se fait ressentir principalement dans le choix de leur alimentation. En effet, 26% des étudiants affirment ne pas pouvoir acheter leurs aliments en fonction de leurs désirs et 46 % d'entre eux déclarent ne pas avoir accès à "une alimentation équilibrée à chaque repas", peut-on lire dans un communiqué.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.