8 retraités sur 10 perdront du pouvoir d'achat, selon une étude

8 retraités sur 10 perdront du pouvoir d'achat, selon une étude
Illustration retraite

Boursier.com, publié le jeudi 27 septembre 2018 à 21h55

Près de 80% des retraités verront leur pouvoir d'achat amputé à l'horizon 2020 du fait des mesures du gouvernement, avec une perte moyenne de 400 euros par an au global par ménage, selon une étude de l'OFCE publiée jeudi sur le site internet des 'Echos'. Seuls les retraités les plus modestes devraient être épargnés, selon cette étude.

Si Emmanuel Macron a déclaré récemment qu'il fallait "arrêter d'emmerder les retraités", cette étude semble donc confirmer que cette catégorie de Français sera mise à contribution ces deux prochaines années...


Une hausse des pensions de seulement 0,3% en 2019 et 2020

Pour parvenir à cette conclusion, l'OFCE, un centre de recherche classé à gauche, a repris toutes les mesures prises par le gouvernement d'Edouard Philippe depuis un an : hausse de la CSG en 2018, puis le récent coup de pouce à 300.000 retraités pour les exempter ; suppression de la taxe d'habitation pour 80% des Français ; forte revalorisation du minimum vieillesse, et surtout la revalorisation a minima (+0,3%, inférieur à l'inflation) des pensions pour 2019 et 2020.

A cela, l'OFCE a ajouté la moindre revalorisation des APL (aides personnalisées au logement) qui concernera aussi les retraités.


Revenu amputé de 400 euros en 2020 pour 79% des retraités

Le solde des mesures à effet positif et négatif aboutit à amputer le pouvoir d'achat de 79% des retraités de 400 euros par an en moyenne dans deux ans. "La politique du gouvernement aura des effets massifs qui feront beaucoup de perdants, même si les plus fragiles semblent protégés", constate ainsi Pierre Madec, économiste à l'OFCE et auteur de l'étude, cité par 'Les Echos'.

La part des retraités perdants s'accroît avec le temps: ils représentent 62 % des ménages comptant au moins un retraité cette année, puis 73% l'an prochain et enfin 79% dans deux ans. La perte moyenne par année est elle aussi croissante : seulement 20 euros en 2018, puis 200 euros en 2019 et 400 euros en 2020, essentiellement à cause du quasi-gel des pensions.


Le gouvernement met en avant des éléments favorables aux retraités

L'étude de l'OFCE se base sur une prévision d'inflation à 1,6% en 2019 et 2020, alors que l'exécutif estime qu'elle devrait se réduire à 1,3% en 2019, ce qui devrait réduire la perte liée à la désindexation des pensions. Le gouvernement devrait aussi objecter que la moyenne est tirée vers le haut par les 10% des ménages les plus aisés qui affichent une perte moyenne de 1.270 euros en 2020 ! Or, l'étude ne tient pas compte de la réforme de la fiscalité du capital (ISF et "flat tax") qui devrait bénéficier à cette catégorie.

Par ailleurs, l'étude de l'OFCE ne prend pas non plus en compte les effets positifs attendus d'autres mesures du gouvernement, notamment la réforme du "reste à charge zéro" sur les soins dentaires, auditifs et optiques. Cette réforme devrait profiter assez fortement aux retraités, qui devraient ainsi faire des économies sur ces dépenses de santé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.