"A Matignon on travaille beaucoup, beaucoup, et j'y veille", admet Edouard Philippe

"A Matignon on travaille beaucoup, beaucoup, et j'y veille", admet Edouard Philippe©Boursier.com

Boursier.com, publié le jeudi 31 mai 2018 à 15h34

"A Matignon on travaille beaucoup, beaucoup, et j'y veille". La réaction d'Edouard Philippe n' a pas tardé, après le témoignage sur BFM TV de deux employés, qui se disent au bord du "burn-out". "La pression est considérable notamment parce que les attentes des Français sont considérables" et "parce qu'à cet endroit, c'est l'intérêt du service public "qui est en jeu", a expliqué le Premier ministre.

"Compte tenu de ces pressions, de l'intensité du travail, on ne peut pas, dès lors qu'on constate que quelque chose ne va pas, espérer que ça va s'arranger ou attendre, donc on prend des décisions rapides et donc lorsque quelqu'un nous dit ça ne va pas bien se passer, on en tire les conséquences", a-t-il ajouté, à propos des personnes réaffectées selon lui, mais pas licenciées.

"Pas facile à encaisser"

Une femme travaillant dans les services du Premier ministre raconte que son action n'est jamais considérée. "Quand un conseiller dit à une personne qu'elle peut sauter à tout moment, qu'il décide si elle sera encore là le mois prochain, la semaine prochaine, comme ça en face-à-face, je pense que c'est quelque chose qui n'est pas facile à encaisser", explique-t-elle.

Un de ses collègues aussi a choisi de témoigner. "Être exigeant c'est une chose, mais travailler beaucoup plus sans compensation c'est anormal. C'est le cas actuellement au cabinet", décrit-il. Certaines secrétaires, assistant des conseillers dans leur "travail intensif", finissent leurs journées à "3 heures, 4 heures du matin". Et la pression serait telle qu'"on ne sait jamais si on finira la semaine".

Chaises musicales

Selon l''Express', quatorze secrétaires, dont six au sein du secrétariat particulier d'Edouard Philippe, ont quitté leur poste en l'espace d'un an, et un audit aurait été effectué en interne en début d'année par une société de conseil en entreprise.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.