A Monaco, la SBM restructure: au moins 189 départs et quelques dizaines de licenciements

Chargement en cours
Le casino de Monte-Carlo, géré par la SBM, le 4 juin 2020
Le casino de Monte-Carlo, géré par la SBM, le 4 juin 2020
1/3
© AFP, VALERY HACHE

AFP, publié le jeudi 17 décembre 2020 à 12h28

La Société des Bains de Mer (SBM), pourvoyeuse de près de 4.000 emplois à Monaco, a officialisé vendredi le départ volontaire d'au moins 189 salariés et quelques dizaines de licenciements, dans le cadre d'une restructuration sans précédent.

"189 salariés ont été retenus à date pour un départ volontaire. Pour les départs contraints, le chiffre n'est pas finalisé", a indiqué à l'AFP la direction de la SBM, première entreprise touristique privée de la Côte d'Azur, en marge d'une réunion avec les 18 syndicats, confirmant une information de Monaco-Matin. 

Dans le journal, le président délégué Jean-Luc Biamonti annonce "quelques petites dizaines" de licenciements. Un chiffre que la SBM cherche à minimiser par des mobilités internes.

Privée de congrès, de clients en provenance de destinations lointaines et avec des hôtels à moitié vides durant l'été, la SBM vise une économie d'exploitation de 25 millions d'euros par an, avec un plan en deux phases, des suppressions de postes et dans un deuxième temps, une renégociation de certains accords collectifs ou usages en vigueur.

Pour l'entreprise, qui gère les principaux hôtels et les casinos de la Principauté, ainsi que 30 bars et restaurants, c'est du jamais vu. Son personnel vient majoritairement travailler de France et un peu d'Italie, pour une rémunération brute moyenne de 47.000 euros par an. 

Sortie du rouge en 2018, la SBM était redevenue rentable juste avant la crise sanitaire.

"Il y a eu des contrepropositions des syndicats, toutes ont été refusées", a déploré à l'AFP Olivier Cardot, secrétaire général adjoint de l'Union des syndicats de Monaco (USM), regrettant que la direction sous-estime les tensions avec le personnel. Un rassemblement a eu lieu vendredi dernier sur la place du casino, avec 500 à 700 salariés. 

"Ca va créer des sous-effectifs dans certains services à la sortie de la crise Covid, mais concernant les dirigeants et leur rémunérations, on ne répond pas à nos questions", dit-il.

Le plan de départs volontaires était ouvert aux plus de 57 ans à la condition essentielle d'un non-remplacement, et il a suscité plus de 300 candidats au départ selon M. Cardot.

Contrairement à ce qui se passe en France, la SBM conserve ses restaurants ouverts ces jours-ci dans le cadre du protocole sanitaire prévu en Principauté et elle enregistre un sursaut de réservations. Le Réveillon du 31 décembre affiche complet au Grill de l'Hôtel de Paris mais malgré ça, il va globalement manquer la clientèle italienne, allemande et extra-européenne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.