A Wall Street, le Nasdaq termine à un record

A Wall Street, le Nasdaq termine à un record
Des traders à la Bourse de New York, le 29 mai 2018

AFP, publié le lundi 04 juin 2018 à 23h22

Wall Street a terminé en hausse lundi, le Nasdaq affichant un nouveau record grâce à une nette progression des valeurs technologiques et les courtiers ignorant les craintes de guerre commerciale.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Nasdaq, à forte coloration technologique, s'est apprécié de 0,69% à 7.606,46 points.

L'indice vedette de la Bourse de New York, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,72% à 24.813,69 points.

L'indice élargi S&P 500 a progressé de 0,45% à 2.746,87 points.

"La tendance haussière a été comme souvent dirigée par les valeurs technologiques", a indiqué David Levy de Republic Wealth Advisors.

Le géant Apple a atteint un plus haut historique en prenant 0,84% à 191,83 dollars, se rapprochant un peu plus des 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière.

Le groupe a annoncé lundi lors de sa conférence annuelle des développeurs à San José, près de San Francisco, des fonctions destinées à empêcher les applications et sites internet de pister les utilisateurs via les "cookies".

Microsoft (+0,87%) a quant à lui annoncé un accord pour racheter GitHub, une plate-forme dédiée à l'hébergement et au développement de logiciels libres pour 7,5 milliards de dollars.

"Cette opération prouve que les entreprises américaines ne sont pas effrayées par le contexte politique", a indiqué Peter Cardillo de Spartan Capital.

Les craintes de guerre commerciale ont en effet eu peu d'impact sur les marchés lundi malgré l'avertissement de la Chine dimanche qu'aucun compromis commercial ne serait possible avec les Etats-Unis en cas de sanctions douanières américaines, et de la conclusion samedi d'un sommet du G7 sans déclaration commune.

- Facebook se défend -

D'après les analystes de DataTrek, le relatif mutisme des marchés s'explique notamment par la croissance robuste du secteur technologique, "suffisamment puissant pour submerger les craintes de guerre commerciale", par le recul des taux d'intérêt sur la dette américaine redonnant de la force au marché des actions, et par l'anticipation de potentielles conséquences encore plus lourdes en Europe si une guerre commerciale éclatait.

L'indice regroupant les petites et moyennes capitalisations a de son côté terminé à un nouveau record historique, le Russell 2000 clôturant en hausse de 0,33% à 1.653,37 points.

"Ces entreprises sont épargnées par toute crainte de guerre commerciale dans la mesure où leurs revenus sont générés sur le sol américain", a noté M. Levy.

Le marché obligataire se tendait: le rendement sur la dette américaine à 10 ans montait à 2,941% contre 2,902% vendredi à la clôture et celui sur les bons à 30 ans grimpait à 3,083% contre 3,051% en fin de semaine dernière.

Parmi les valeurs du jour, le géant des réseaux sociaux Facebook (-0,37% à 193,28 dollars) a affirmé "être en désaccord" avec les conclusions du quotidien New York Times, selon qui les fabricants de téléphones portables auraient pu avoir accès aux données personnelles des utilisateurs sans obtenir leur consentement en installant une interface Facebook sur leur smartphone.

Le laboratoire pharmaceutique Merck a progressé (+2,41% à 62,02 dollars). Son médicament phare, le Keytruda, a montré de nouveaux résultats encourageants pour les patients atteints de cancer du poumon.

Le géant des OGM et des pesticides Monsanto a légèrement avancé (+0,24% à 127,86 dollars) après que le groupe allemand de pharmacie et d'agrochimie Bayer a annoncé lundi qu'il comptait supprimer le nom de la marque après son acquisition.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.