Abad (LR) estime qu'"il y a vraiment urgence à déconfiner notre pays"

Abad (LR) estime qu'"il y a vraiment urgence à déconfiner notre pays"
Le chef de file des députés LR Damien Abad, le 29 avril 2020 à l'Assemblée nationale à Paris

AFP, publié le mercredi 10 juin 2020 à 12h30

"Désormais, il y a vraiment urgence à déconfiner notre pays", a estimé mercredi le chef de file des députés LR Damien Abad, qui plaide pour une réouverture des salles de restaurants "dès ce week-end notamment en Ile-de-France".

"Nous allons consacrer l'ensemble de la niche parlementaire LR à l'accélération du déconfinement économique", a-t-il expliqué lors d'un point presse, alors que la droite défend jeudi dans l'hémicycle six propositions de loi dont une baisse de la TVA dans la restauration, et des annulations ou exonérations de charges pour les PME ou l'embauche de jeunes.

"Le désarmement sanitaire aujourd'hui a entraîné un décrochage économique très important, une lenteur dans le déconfinement. Nous souhaitons assouplir le protocole sanitaire des fiches métiers, relancer une partie des salons professionnels", a poursuivi le député de l'Ain.

Il faut "axer aussi (le déconfinement) sur la filière touristique ou faciliter l'accès aux Ehpad, aux prisons, aux maisons pour personnes handicapées. Tous les sujets sont concernés, la culture, le sport, l'activité économique", a-t-il insisté.

Pour les cafés et restaurants, "si on fait la réouverture dès ce week-end et cette mesure de trésorerie de la TVA à 5,5%, on a un vrai coup de boost pour relancer l'activité à un moment où c'est quand même extrêmement difficile", considère le chef du groupe LR.

Le secrétaire d'État en charge du tourisme Jean-Baptiste Lemoyne a indiqué mardi que les restaurants d'Ile-de-France, qui ne peuvent encore exploiter que leurs terrasses, pourraient rouvrir "un peu plus tôt que le 22 juin" si la situation sanitaire évolue favorablement.

La veille, l'Umih, principal syndicat du secteur de l'hôtellerie-restauration, avait demandé que cafés, bars et restaurants d'Ile-de-France et des deux autres zones "orange", la Guyane et Mayotte, puissent "rouvrir rapidement", jugeant que leur exploitation, "limitée aux seules terrasses", n'était "pas rentable".

Le syndicat patronal souhaite aussi un "assouplissement général du protocole sanitaire sur l'ensemble du territoire", où cafés, bars et restaurants ont rouvert, en particulier "les règles de distanciation des tables pour permettre aux établissements d'utiliser toute leur capacité à recevoir du public".

Le secteur, qui compte 168.000 restaurants, 38.800 bars ou cafés et 6.000 établissements de nuit en France, a été sévèrement mis à mal par deux mois et demi de fermeture dus à la crise sanitaire.

Le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a appelé dans un entretien aux Echos à accélérer le déconfinement et à "réviser les protocoles sanitaires s'appliquant en entreprise".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.